Une bouche aux lèvres couvertes de paillettes roses

Crypto bro, dopamine dressing, yassification... les tendances du jour expliquées en 8 néologismes

Newstalgia, crypto baddie, comvaxibility... Déchiffrage de ces expressions cryptiques qui reflètent nos obsessions du moment.

Top des néologismes à placer pour briller en société.

Crypto Baddie

Elle est le pendant féminin du crypto bro, ce mâle fanas de NFT et de muscu. Mais pas forcément sa copine. Pour elle, le web3 est un formidable levier d'émancipation lui permettant d’atteindre l’indépendance financière. Sous couvert de féminisme, les Crypto Baddies ne sont que l’énième émanation d’un capitalisme passé au filtre rose pailleté. Elles aussi rêvent de devenir millionnaires, mais sans forcément renoncer à un look soigné et tendance.

À lire sur L’ADN.eu : Web3 Baddies, Crypto Coven... ces communautés très girl power fanas de NFT

Dopamine dressing

C’est la tendance mode qui encapsule toutes les autres. Le mantra : combattre la morosité ambiante et la dépression saisonnière en garnissant nos garde-robes de tenues multicolores façon color block, du rose malabar au jaune poussin, tout en misant sur les accessoires fantaisistes. Où observer la tendance : sur les podiums de la Fashion Week new-yorkaise.  

Yassification

Sur les réseaux, se faire « yassify » signifie voir son portrait passé au filtre maquillage drag queen. Vous ne voyez pas ce que cela peut donner ? Imaginez le visage de La Jeune Fille à la perle grimée avec des lèvres botoxées, d’immenses faux cils et une chevelure de lionne. Pour trouver le meilleur de la yassification, se rendre sur le compte Twitter @YassifyBot.

À lire sur L’ADN.eu : C'est quoi la « yassification » qui fait rire Internet ?

Cannamoms

Contraction de cannabis et moms, les cannamoms sont des mamans qui aiment à fumer de l’herbe en toute décontraction. Alors que le stigma autour de la consommation de marijuana part en fumée (haha), elles reconnaissent s'en griller une régulièrement à l’heure de la récré. Elles l’affirment : seule cette consommation leur permet de profiter au mieux de leurs enfants.

À lire sur L’ADN.eu : Cannamoms : ces mamans qui fument du cannabis pour être moins stress avec junior

Crypto bro

Le crypto bro a deux obsessions : les NFT et la muscu. Il se veut loup solitaire au mental d’acier : douche à l'eau glacée au réveil, jus de céleri, lever de poids et lecture de quelques pages d'Ainsi parlait Zarathoustra. S’ajoute dorénavant à ce programme chargé la consultation de son portefeuille crypto. Car le crypto bro est convaincu que son destin est de devenir millionnaire en faisant main basse sur la prochaine crypto à la mode. Où le croiser : sur Twitter ou au festival NFT.NYC.

À lire sur L’ADN.eu : Crypto bro : ces mâles sigma devenus fanas de NFT

Pandemic Fatigue

Réunion Zoom, masques, gestes barrières et informations ultra anxiogènes... ils n’en peuvent plus. Certains Z, (comprendre : les moins de 25 ans) décident donc de se remettre à vivre comme si la pandémie était complètement derrière eux. Une fois leurs vaccins à jour, le programme est clair : grosse teuf, embrassades et voyages au bout du monde. La bamboche, c’est maintenant. Yolo, quoi.

Newstalgia

La nostalgie se porte si bien qu'elle a carrément changé de nom. La newstalgia ajoute à sa version vintage un peu de fantaisie et une envie d'aller de l'avant. Au lieu de regretter ce qui a été, il s'agit de magnifier le passé en mélangeant différentes couches d'ancien (le grunge des années 90 et le design art déco des années 20) à du contemporain. Ça peut être moche, mais l'objectif est de créer quelque chose d'inédit et d'éclectique. Où dénicher cette esthétique : sur les réseaux de vos ados ou les magazines de déco.

À lire sur L’ADN.eu :  Newstalgia : le nouveau visage de la nostalgie

Comvaxability

C’est le mélange de « vaccin » et « comptabilité » en anglais. On le sait, dater est compliqué, entre flemme de faire des rencontres post-pandémie et Antoine C. qui cesse soudainement de répondre à nos messages. Sauf que maintenant, il faut aussi composer avec le vaccin et les interminables débats entre pro et anti. Alors pour ne pas dater en terrain miné, on privilégie les échanges avec les personnes affichant fièrement le même statut vaccinal que nous. Sur Tinder, il est même possible d’agrémenter sa profile pic d’un petit sticker représentant un sparadrap. Quelle époque formidable.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.