Boss beauties NFT

Web3 Baddies, Crypto Coven... ces communautés très girl power fanas de NFT

Toujours à l’affût des bons plans crypto, elles font l'apologie du féminisme et des NFT. Bienvenue dans le monde des Crypto Baddies, qui se décline version queer ou wiccan, cette figure new age mi druide mi chamane.

Il n'y a pas que les crypto bro, ces mâles obsédés par le jus de céleri et les cryptomonnaies, qui ne jurent que par les NFT. Il y a aussi les Crypto Baddies. C'est quoi une Baddie ? Selon le Urban Dictionary, c'est « une femme qui sait se débrouiller et prendre soin d'elle-même. Elle est très jolie et indépendante. » Par extension, une crypto baddie est une Baddie qui adore les cryptos. À l'instar des that girl qui ont placé la hustle culture au cœur de leur ethos, les crypto Baddies ont parfaitement épousé les mantras de la tant décriée girl boss, entre travail acharné, morning routines et (re)prise en main : pour elles, le Web3 n'est donc rien d'autre qu'un formidable levier d'émancipation... Mais sous couvert de féminisme, les Crypto Baddies ne sont que l'énième émanation d'un capitalisme passé au filtre rose pailleté. Présentation de certaines de ces communautés.

Crypto Baddies : Brains, Beauty, Blockchain

Le slogan aux trois B résume bien la philosophie des Crypto Baddies (1 152 abonné·e·s sur Instagram). Grâce à leur brain (cerveau), elles craquent les codes de la Blockchain, tout en étant sacrément bonnes et lookées. Leurs hashtags préférés : #bitcoin, #blockchain, #eth, #btc, #cryptocurrency, #ico, #ai, #ethereum, #litecoin et #bitcoins. Attention, les Crypto Baddies ne sont pas obsédées par l'argent, non. Ce qu'elles aiment, c'est la liberté. En revanche, elles préfèrent la vivre dans une piscine à débordement et entourées de seaux à champagne. En bonus : des maximes culpabilisantes pour qui n'adopte pas leur mode de vie.

Web3 Baddies, le métavers des filles canons

Pour intégrer la communauté en ligne Web3 Baddies (6 875 abonné·e·s sur Twitter), il faut montrer patte blanche et répondre à un petit cahier des charges résumé dans un thread Twitter. Leur mission : faire du Web3 un espace plus équitable en rassemblant des Baddies issues de « communautés marginalisées » , qu'elles soient plutôt crypto (💎) ou NFT (🎨). Sur Twitter, elles nous souhaitent la bienvenue dans « le métavers des filles canons » , on les remercie.

Crypto Coven, au croisement de la sorcellerie et des cryptomonnaies

Forte de plus de 18 000 abonnées sur Twitter, la communauté Crypto Coven vend sur Zora et OpenSea des portraits de sorcières sous forme de NFT. Avec son champ lexical vaguement ésotérique et ses imageries flirtant avec le gothique, la communauté souhaite « injecter un peu de fantaisie dans le Web. » Ou comment les réseaux sont propices aux filiations entre cryptomonnaies et ésotérisme.

Crypto Besties, du rouge à lèvres et des étoiles vs les crypto bro

Sur fond d'émoticônes « girly » , les Crypto Besties (2 077 followers sur Twitter) entendent lever des fonds (objectif 230 Ethereums, soit environ 230 000 dollars) afin de s'imposer comme « le premier collectif du métavers spécialisé dans le maquillage, en commençant par une collection de maquillage que vous créez. » À la clé, une promesse floue et des NFT sous la forme de bracelets de l'amitié. En bonus : elles veulent intégrer des micro-puces à leurs cosmétiques à venir pour prolonger leur utilisation dans le monde virtuel...

Boss Beauties, pour que les femmes deviennent « tout ce qu'elles souhaitent »

Le mantra de cette communauté aux plus de 40 000 abonné·e·s : « Une femme peut être tout ce qu'elle désire. » Leur mot clé : le fameux empowerment, avec en bonus des stars comme Eva Longoria et la très enthousiaste Randi Zuckerberg (la sœur ainée de Mark) pour chanter les louanges de cette « nouvelle et excitante technologie » dont l’acquisition permet de vraiment « réussir » et « d'écrire l'Histoire. »

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.