Peut-on devenir millionnaire grâce aux cryptomonnaies ?

Peut-on devenir millionnaire grâce aux cryptomonnaies ?

© Montage Lee Jung‑jae dans Squid Game

Devenir millionnaire ou juste riche grâce aux cryptomonnaies, on commence à en rêver ! Mais après l’arnaque des tokens Squid Game, il est temps de capter la leçon. Car quand il y a farce, mieux vaut comprendre qui est le dindon...

Vous connaissez la série Netflix Squid Game et son succès international (si non, arrêtez les VHS de La chance aux chansons... on vous a repéré). Vous avez peut-être été tenté par l’achat de la cryptomonnaie éponyme. Créée le 21 octobre 2021, on pouvait acquérir les jetons Squid pour une fraction de dollar, 0,7 en l’occurrence. Leur valorisation n’a pas tardé à grimper, dépassant même les 2 800 dollars. Et puis, c’est l’arnaque. Le 1er novembre, les créateurs de la cryptomonnaie ont converti tous leurs tokens en monnaie bien réelle et ont causé l’effondrement du Squid à moins de 0,01 dollar. Les investisseurs ont perdu leur mise tandis que les escrocs ont remporté le gros lot : 3,38 millions de dollars.

Jackpot à 4,5 milliards de dollars

Le pactole est coquet mais la pirouette est loin d’être une première. En octobre dernier, le projet Evolved Apes avait usé du même stratagème – avec à la clé, un butin de 2,7 millions de dollars. En avril dernier, 69 000 bitcoins, soit 4,5 milliards de dollars au moment des faits, ont été dérobés par deux frères sud-africains via leur plateforme de change Africrypt. Le même mois, la même arnaque rapportait 2 milliards de dollars via la plateforme Turque Thodex. En septembre, un faux NFT Banksy était vendu 300 000 euros… Bref, avec l’explosion des crypto vient l’explosion des arnaques aux crypto.

Depuis le début de l'année 2021, les cryptomonnaies seraient même la deuxième source d'arnaques remontées à l'Autorité des marchés financiers (AMF), rapporte Business Insider. L’agence d’analyse spécialisée en blockchain Chainalysis estime quant à elle à 7 millions le nombre de victimes d’escroqueries de ce type pour la seule année 2020.

L’une des arnaques les plus communes dans le monde de la crypto est le pull rug, « tirer le tapis » . Le modus operandi est celui choisi par les créateurs du Squid Game Coin. Créer une cryptomonnaie en faisant monter la hype et forcer sur le buzz. Lorsque l’actif est au plus haut, les créateurs convertissent tous leurs actifs en monnaie sonnante et trébuchante. La monnaie perd toute sa valeur, tout le monde a perdu sa mise, seuls les créateurs sont devenus riches.

Pourquoi on se laisse berner ? À cause de Michel le milliardaire...

« Ça arrive régulièrement dans le monde des crypto que des gens créent un projet pour surfer sur une actualité. Parfois ça marche, mais il est très rare que ce soit solide, explique Alexandre Stachtchenko, co-fondateur de Blockchain Partner et directeur Blockchain & Cryptos chez KPMG France. Lorsqu’on entre dans le monde des crypto, il ne faut pas essayer d’être plus intelligent que le marché. »

Or, il faut reconnaître que les cryptomonnaies restent un environnement complexe. Pourtant, on ne voit que l’appât du gain et notre imaginaire finit de nous berner. « Il y a ce fantasme persistant de Michel qui aurait investi dans les Bitcoins en 2011 et qui serait devenu milliardaire, ironise l’expert blockchain. Or cet homme remarquablement chanceux qui aurait misé de l’argent sur un projet qu’il ne comprenait pas n’existe pas. S’il existe, son exemple est tellement extraordinaire et marginal qu’il ne devrait surtout pas être érigé en modèle d’investissement viable. » Bref. La question « Michel peut-il devenir millionnaire en achetant des cryptomonnaies ?  » est vite répondue... Et c’est non.

On a tort, par exemple, d’imaginer que le succès d’une cryptomonnaie réside dans un nom cool ou un design sympa (coucou Dogecoin et Shiba Inu). En réalité, il faudrait tenir compte de beaucoup plus de critères et comprendre les promesses technologiques du projet, qui ne sont pas toujours faciles à cerner. Le monde des crypto reste fait de jargon et d’interfaces tout sauf user-friendly pour qui vient de débarquer. Alexandre Stachtchenko insiste : « Quand on est néophyte, on ne peut pas investir dans quelque chose qu’on ne comprend pas. Il vaut mieux ne pas sortir des crypto principales, c’est-à-dire Bitcoin, ou Ethereum si on est plus ouvert. Le reste est un pari technologique. Si vous ne les connaissez pas, vous faites un pari dans le vide. » D’autant que du côté des émetteurs, n’importe quel quidam peut créer sa propre crypto. Un journaliste du New York Times s’y est essayé, il a créé Idiot Coins pour 1 000 dollars, frais de marketing compris.

Alors, le monde des crypto, c'est le nouveau Far West ?

En France, les cryptomonnaies sont réglementées, souligne Alexandre Stachtchenko. Mais la procédure est longue et laisse se développer une offre non réglementée. En cas d’arnaque, les dépôts de plainte donnent des chances infinitésimales de revoir son argent.. Certaines victimes tentent de sauver les meubles. Autour de ces projets se créent des communautés avec des canaux de conversations actifs, notamment sur Telegram ou Discord. Certes, dans le modèle des cryptomonnaies, c’est la communauté qui crée de la valeur et, comme pour toutes les technologies de réseau, plus l’adoption est grande et plus la valeur est forte. Mais pour l’instant, le gros de la valeur n’est amassé que par quelques-uns. En matière de crypto, don’t believe the hype... et si Michel veut faire fortune, il va devoir bosser pour inverser le rapport de force. Sinon, gare au dindon !

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.