habillage
Personne en train de ramasser une bouteille en plastique sur la plage
© Inside Creative House via Getty Images

Les start-up « à impact », la nouvelle lubie des investisseurs

Le 1 oct. 2020

Ventech, La Ruche et Aviva lancent un fonds d’amorçage dédié aux jeunes entrepreneurs sociaux. Une nouvelle illustration de l’attrait croissant des investisseurs pour les start-up censées être plus vertueuses pour l’environnement et la société.

Finis les « uber de » et autres plateformes disruptives, les jeunes pousses qui ont la cote chez les investisseurs se revendiquent à « impact ». Les initiatives pour aider et financer ces entreprises plus soucieuses de l’environnement et de la société se multiplient. Dernière en date : Alliance for Impact, un fonds d’amorçage combiné à un programme d’accompagnement pour les « entrepreneurs responsables ». Une structure lancée jeudi 1er octobre par l’assureur Aviva, l’incubateur La Ruche et le fonds d’investissement Ventech.

« C’est un moyen d'accélérer l’émergence de ces nouveaux modèles d’entreprises plus durables », explique Audrey Simiana, directrice de La Ruche. « Aujourd’hui, certaines jeunes pousses à impact n’osent pas toujours se tourner vers les investisseurs, car elles ont parfois peur de voir la nature de leurs projets détourner.»

Alliance for Impact s’adresse aux entreprises en tout début de parcours. Le fonds prévoit d’accompagner 250 entrepreneurs et d'investir dans un à deux projets par mois, avec des tickets allant de 150 000 euros à 500 000 euros.

Recyclage de peinture et bien-être au travail

Parmi les premières start-up pré-sélectionnées, on trouve une jeune pousse spécialisée dans le recyclage de peinture, une autre qui fait dans le bien-être au travail, d’autres dans le domaine de la santé, une autre encore est une spécialiste de la livraison de colis par co-voiturage, énumère la directrice de La Ruche. Bref, le spectre est assez large.

L’impact investing est devenu une tendance à la mode chez les fonds d’investissement. En 2019, d'après l'Association française de la gestion financière, les encours de l'investissement socialement responsable (ISR) ont fait un bond de 32 %, pour atteindre plus de 1,8 milliard d'euros, rapporte Les Echos. Les fonds Initiative & Finance et Capital Croissance lanceront eux aussi leurs entités dédiées aux entreprises à impact en 2021. Les investisseurs sont de plus en plus sensibles à ce type de start-up car elles sont perçues comme plus pérennes et agiles.

Dans les colonnes du Monde, Jean Moreau, coprésident de Tech for Good France, se réjouit de ce nouvel attrait des investisseurs. « Aujourd’hui, avoir une mission noble ajoute un supplément d’âme à votre business et attire les investisseurs, explique-t-il. Alors qu’on avait de toutes petites levées de fonds il y a quelques années, on accède désormais à des financements de plus en plus conséquents ».

Impact, tech for good, ESS... Le marketing du bien

Le risque reste que le mot « impact », devienne comme « tech for good » ou leur ancêtre « économie sociale et solidaire » une expression fourre-tout que start-up et investisseurs brandissent comme un argument marketing.

Audrey Simiana estime être préparée à cette éventualité. « Nous serons attentifs à l’intention de l’entrepreneur, la finalité du projet mais aussi à l’ensemble de sa façon de faire, la manière dont l’entreprise s’approvisionne, l’attention apportée à l’origine des ressources et aux fournisseurs. Notre expérience à La Ruche, qui existe depuis 12 ans et a accompagné 400 entreprises, nous permettra de mieux détecter les projets les plus vertueux.»

Marine Protais - Le 1 oct. 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.