Snoop Dogg débarque sur The SandBox

458 000 $ : le prix à payer pour vivre auprès de Snoop Dogg dans le métavers

Ça y est, l'influence fait son entrée dans le métavers : Snoop Dogg réinvente les quartiers de stars et comme dans la vraie vie, vivre là implique de payer – cher.

Les mordus de métavers n’ont pas fini d’investir sur le Web du futur. Après les œuvres d’art numériques, ou les skins sur Roblox, c’est au tour de l’immobilier virtuel de mobiliser les foules. D’après Presse-Citron, 458 000 dollars ont été déboursés pour acquérir un terrain adjacent aux propriétés du rappeur Snoop Dogg, présent sur The Sandbox depuis son lancement. Décryptage.

Snoop Dogg dans le métavers : un coup de com' réussi

Le 29 novembre dernier, un nouveau challenger s’est glissé parmi les futurs géants du métavers : The Sandbox. Ce nouveau monde virtuel expansif est basé sur la vente de parcelles terrestres et de biens virtuels en NFT, moyennant des sommes astronomiques. Un yacht, une villa… Les premiers arrivants de la plateforme ont misé gros pour conquérir la plateforme, si bien qu’à peine lancée, près de 86,56 millions de dollars y ont été investis (source : Decrypt).

Et quoi de mieux qu’une star de renom pour alimenter la hype. En cela, Snoop Dogg a été convié à débarquer sur le métavers et à y installer ses quartiers. Skins exclusifs, statuettes en NFT… le rappeur et la plateforme ont déployé tout un arsenal de raretés virtuelles pour rendre la plateforme visible. De fil en aiguille, les parcelles de terrain avoisinant le quartier du rappeur dans le jeu ont gagné en valeur, jusqu’à trouver preneur pour 458 000 $.

L’évident potentiel du méta-partenariat

Si vous pensiez que Snoop Dog avait flairé le bon coup, il n’est et ne sera sûrement pas le seul. Car dans le florissant business des métavers, les influenceurs et personnalités publiques ont tout à gagner. Au-delà d’un éventuel contrat lucratif avec une plateforme, les célébrités peuvent se servir des lieux comme d'un gigantesque tremplin d’influence, afin d'assurer la continuité de leur image de marque sur le nouveau Web. Par exemple, lorsque Lil Nas X se produit en concert virtuel sur Fortnite, il vient cueillir ce nouveau marché d’influence tout en générant des gains et une audience exceptionnelle (33 millions de vues tout de même ! ).

Bien entendu, la plupart des métavers ont cette mécanique à l’esprit. Dernier en date, le géant sud-coréen Zepeto, basé sur la vente de haute couture virtuelle. Sur la plateforme, on retrouve le groupe de K-pop BTS ou la chanteuse Selena Gomez, modélisés en avatars pour vendre leur merch virtuel et étendre leur aura. Quoi qu’il en soit, les liens entre les influenceurs et les mondes virtuels risquent d’être de plus en plus courants.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.