2 actrices du film How to be single

« Réussir son célibat »  : la nouvelle pression qui pèse sur les millennials

© How To Be Single

Vivre en solo est socialement plus acceptable qu'avant. Encore faut-il s'y prendre correctement.

Côté relations amoureuses les choses changent, surtout chez les plus jeunes, peu fans du mariage mais adeptes du trouple et des messages envoyés à l'univers. Chez les millennials pourtant, une chose demeure immuable : pour gagner le droit de vivre son célibat en toute quiétude, il faut se plier aux diktats du développement personnel.

Si vous êtes célibataire passé 30 ans, mieux vaut utiliser votre temps libre pour apprendre une quatrième langue, faire du bénévolat dans un jardin communautaire et peaufiner vos talents en wok racing toboggan (oui, c'est un sport). Sous peine d'attirer l'opprobre général... Car si vous n'êtes pas à la hauteur, la sentence ne manquera pas de tomber : vous êtes en train de rater votre célibat.

Voyage, roman et bénévolat, le passeport pour un célibat « réussi »

Loin d'être conspué, le célibat est aujourd'hui célébré comme le nouveau cool. Alors que des célébrités comme Emma Watson ou Mindy Kaling louent le fait d'être « leur propre partenaire », le célibat est vanté par la doxa comme meilleur moyen de se concentrer sur soi, de « grandir », d'apprendre et de croquer la vie à pleines dents. Mais comme le précise Dazed, « c'est vrai pour certains ; pour les autres, pas tant que ça ». Car parfois, on a juste envie de mener une vie moyenne, average, basic... Comprendre : se nourrir de plats préparés et regarder la dernière saison d'Euphoria en pyjama.

À vos risques et périls ! Pour que votre célibat soit accepté comme un mode de vie légitime, mieux vaut se lancer dans la rédaction d'un roman de science-fiction dénonçant les travers du capitalisme, aller s'enchainer à des baleiniers avec Green Peace et apprendre le braille à des orphelins aveugles. Et surtout, assumer son choix en toutes circonstances en étant invariablement heureux et « empowered », notamment si vous êtes une femme sans enfants... « À notre époque obsédée par le développement personnel, le célibat doit être considéré comme quelque chose d'absolument édifiant », souligne le média Dazed. Pour réussir son célibat donc, ne jamais montrer de failles, de regrets ou de ressentiment...

Réussir son célibat : une question de classe sociale

Dans son ouvrage The Lonely Hunter : How Our Search for Love is Broken (février 2022), l'essayiste américaine Aimée Lutkin revient sur le récit dichotomique que l'on impose aux célibataires, entre désespoir apathique et épanouissement échevelé.

Dans son essai, l'autrice désigne le discours porté par l'ouvrage Women Don’t Owe You Pretty (mai 2020) de Florence Given – un discours visant à glorifier à tout prix la vie de célibataire – comme étant trop réducteur et culpabilisant. « La vérité est qu'être célibataire, tout comme être en couple, peut être solitaire, douloureux et humiliant : je ne vois pas l'intérêt de prétendre que ce n'est jamais le cas ; qu'il n'est jamais, en aucune circonstance, légitime de se sentir mécontent. »

Pour l'Américaine, l'hypothèse défendue par Florence Given est délétère, car elle ferait directement porter le poids de la responsabilité du sentiment de solitude aux individus, et ce alors qu'une multitude de facteurs sociaux et économiques sont aussi à prendre en compte. Sans surprise, être célibataire est plus agréable pour Carrie Bradshaw que pour un cinquantenaire au chômage partiel issu d'une minorité et déjà rincé par un mariage éprouvant. « Aux États-Unis et en Grande-Bretagne, ce sont les populations pauvres, sans emploi, déplacées et migrantes qui souffrent le plus de la solitude et de l'isolement », souligne l'écrivain et universitaire Eric Klinenberg dans le New York Times. « Leur vie est instable, tout comme leurs relations. Lorsqu'ils se sentent seuls, ils sont les moins à même d'obtenir un soutien social ou médical adéquat. »

Encore un exemple du double standard qui sépare riches et pauvres ? Ouais.

commentaires

Participer à la conversation

  1. Anonyme dit :

    Avec les réseaux sociaux et les sites de rencontres il y a tellement de choix l'amour a perdu de la valeur malheureusement il suffit de faire son marché sur le net trop de choix comme si on faisait son marché, les personnes ne cherchent pas à se connaître ce sont que des plans Q sur internet et tellement Fake ces fausses relations c'est flippant, où est passé l'amour ? le vrai avec des vrais sentiments, du romantisme, prendre son temps pour connaître la personne, l'aimer comme elle est tout simplement pas à choisir sur une photo et des critères sur internet pour moi ça c'est pas de l'amour juste faire son marché

  2. Anonyme dit :

    Il n'y a pas de honte ni d'humiliation à être célibataire c'est la vie tout simplement il y en a qui ont tout et d'autre rien c'est comme ça

  3. Anonyme dit :

    Est-ce une mode ?, une façon de jouer les moutons de Panurge, ou bien la bêtise collective ???

  4. Amour toujours dit :

    Non il y a toujours quelqu'un pour quelqu'un ! Tout le monde a une âme sœur sur cette terre ! Peu importe qui vous êtes tout le monde a le droit à l'amour et d'être aimé réciproquement ! Personne n'est inférieur ! Courage à tous les célibataires !! Vous trouverez une personne qui vous correspond et qui vous aime tel que vous êtes ! Courage je crois en vous et à l'amour !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.