habillage
premium
premium
Une personne en train de passer un appel vidéo sur son ordinateur
© LeoPatrizi via Getty Images

Les chiffres sur la façon dont le Covid-19 impacte nos usages numériques

Le 28 avr. 2020

Dans son édition d’avril 2020, l’agence We Are Social livre les enseignements sur notre rapport au numérique en pleine pandémie.

Le Covid-19 a impacté tous les aspects de notre vie quotidienne : notre vie sociale, notre vie professionnelle, la façon dont nous consommons, notre rapport aux marques… mais aussi nos usages numériques. Rien d’étonnant à cela dans la mesure où les outils digitaux nous permettent justement à maintenir un lien avec notre entourage. Les équipes de We Are Social donnent les chiffres au sein de leur Digital Report 2020.

Les principaux enseignements

Sans surprise, dans les pays où les mesures de confinement sont les plus strictes, l’activité numérique des internautes a largement augmenté. Parmi les activités les plus concernées, on retrouve l’utilisation des réseaux sociaux (notamment à cause des appels vidéo), le e-commerce (largement plébiscité pour les courses alimentaires), les jeux vidéo (coucou Animal Crossing), le visionnage d’e-sport…

Carton plein pour Disney Plus et Netflix

À qui profite la crise ? À Netflix, à n’en pas douter, dont les impressionnants résultats viennent confirmer ce que l’on supposait : nous sommes accros à la plateforme… et le confinement appuie la tendance, puisque le 15 avril 2020, le géant du streaming pouvait se targuer d’une valeur boursière de 190 milliards d’euros et, une semaine plus tard, de revendiquer 15,8 millions de nouvelles personnes s’abonnant à son service.

Autre gagnant : Disney Plus. Le rapport de We Are Social note une croissance impressionnante pour le lancement de l’offre. Par ailleurs, le lancement en Europe et en Inde permet à Disney Plus de revendiquer plus de 50 millions d’individus abonnés en seulement cinq mois.

Collègues, famille, potes… on se parle surtout sur les réseaux

Le succès est aussi sur les réseaux sociaux. Que ce soit pour échanger entre proches ou moins proches, on privilégie les réseaux sociaux aux cartes postales. Près de la moitié des internautes interrogés déclarent ainsi passer plus de temps sur les réseaux sociaux – même si la hausse est plus nette chez les plus jeunes (58% des 16-24 ans contre 32% des 55-64 ans).

Et ce n’est pas Facebook qui va s’en plaindre : au cours d’une conférence de presse adressée le 18 mars 2020, Mark Zuckerberg a annoncé que le nombre d’appels passés via WhatsApp et Messenger avaient doublé avec le confinement de certains pays européens. Ainsi, l’Italie qui a été parmi les premiers pays concernés, enregistre une augmentation de 1 000% des appels passés sur Messenger réunissant au moins trois personne sur le seul mois de mars.

On n’oublie pas Snapchat et TikTok, qui, d’après les données d’AppAnnie constatent aussi une augmentation de leur utilisation. Reddit, qui pourrait bien héberger la plus cool des communautés web en France, a également indiqué une augmentation de 20 à 50% de sa fréquentation !

L’appel vidéo va-t-il devenir incontournable ?

De nouvelles plateformes ont fait leur entrée parmi les applis chouchous des internautes et mobinautes. Le rapport fait la part belle aux plateformes de visioconférence : que ce soit pour notre usage pro ou perso, il semble que la visio soit devenu notre moyen de communiquer préféré.

Ainsi, Zoom, malgré les alertes qui entourent la gestion de notre vie privée, enregistre 200 millions d’utilisateurs et utilisatrices par jour ces dernières semaines, soit 20 fois plus qu’avant la pandémie. L’application a d’ailleurs été téléchargée plus souvent que Netflix en mars 2020 à travers le monde.

Mais puisqu’il n’y a pas que Zoom dans la vie, la pandémie a aussi servi certains services concurrents, comme « Meet » de Google qui a enregistré 30 fois plus de téléchargements aux États-Unis dans la semaine du 15 au 21 mars qu’en période pré-pandémique. Et les scores sont aussi impressionnants en Europe : l’appli compte 140 fois plus de téléchargements pour l’Italie, 64 pour l’Espagne et 24 pour le Royaume-Uni.

Prisée pour son côté ludique, l’application Houseparty fait fureur chez les jeunes utilisateurs, révèle AppAnnie. En Espagne, le nombre de téléchargements d’Houseparty a été multiplié par plus de 2 000 pour las semaine du 15 au 21 mars, et par 423 en Italie.

Quant à savoir si, une fois le confinement terminé, nous continuerons à les utiliser… il est difficile de spéculer. Les équipes de We Are Social notent toutefois que dans la mesure où nous utilisons ces services plusieurs fois par jour, il est à parier qu’ils ne disparaîtront pas de nos usages du jour au lendemain.

Sur Facebook, les annonceurs se frottent les mains

Communiquer ou pas pendant la crise ? La question est posée par de nombreuses entreprises. Certains canaux semblent pourtant bénéficier de scores très satisfaisants. C’est le cas de Facebook – encore – qui promet que les annonceurs sont désormais capables de toucher plus de 2 milliards de personnes à travers le monde

Et ce n’est pas pour déplaire aux internautes, qui sont 51% à approuver le fait que les marques continuent à faire de la pub, selon une étude GlobalWebIndex.

Toujours plus de jeux vidéo

Le psychiatre Serge Tisseron nous l’annonçait : le confinement a amplifié certains comportements. Les jeux vidéo n’échappent pas à la règle. L’étude GlobalWebIndex montre que 4 internautes sur 5 jouaient déjà aux jeux vidéo avant le confinement. Rien d’étonnant, donc, à ce que les téléchargements hebdomadaires de jeux mobiles aient bondi de 30% par rapport au trimestre précédent en mars 2020.

Le GlobalWebIndex note que la tendance est accentuée chez les jeunes utilisateurs, 43% des hommes âgés de 16 à 24 ans déclarant passer plus de temps à jouer en ce moment.

Le e-commerce surtout sollicité… pour les courses alimentaires

Dans la mesure où de nombreux commerces ont été forcés de fermer leurs lieux physiques avec le confinement, il n’est pas étonnant que les individus se soient tournés vers le e-commerce pour faire leurs achats. Plus de la moitié des internautes de 25 à 44 ans déclarent avoir passé plus de temps à faire des achats en ligne ces dernières semaines. Les hommes sont principalement concernés.

Les catégories les plus représentées ? L’alimentation et l’épicerie. Un tiers des internautes a ainsi fait davantage d’achats en ligne dans ce secteur à cause du confinement. Le résultat, c’est une hausse importante du trafic sur les sites web des supermarchés. ContentSquare note une augmentation de 251% des visites sur les sites web de supermarchés entre le 8 et le 15 avril par rapport au trafic hebdomadaire moyen début 2020. Sans surprise, le niveau des transactions augmente également (+76% par rapport à l’avant-confinement).

En revanche, on ne peut pas en dire autant pour le secteur des voyages : le trafic des sites liés au tourisme a diminué de 72%% ces dernières semaines. Quant aux transactions, elles sont quasiment nulles et enregistrent une baisse de 92% sur la semaine du 15 avril. Cela ne veut pas dire que nous ne pensons pas aux vacances pour autant : certaines personnes profitent du confinement pour planifier leurs vacances, révèlent les recherches du GlobalWebIndex.

Et pour la suite ?

Le rapport estime que nos usages concernant les achats en ligne ou les services de visioconférence vont rester à des niveaux plus élevés qu’avant le confinement – d’autant plus que nous avons réussi à dépasser les premiers freins rencontrés. En revanche, ces pratiques pourraient disparaître une fois la crainte sanitaire complètement dissipée.

Au niveau des budgets publicitaires, il faudra miser sur des formats capables d’apporter des bénéfices tangibles. Un autre moyen est de doper sa créativité pour sortir du lot.

Quant au sport, si les manifestations sportives ne reprennent pas d’ici le milieu de l’année, l’e-sport pourrait bien voir sa cote de popularité augmenter. Les signaux sont déjà là : les recherches de GlobalWebIndex indiquent que 10% des internautes passent plus de temps à en regarder – un chiffre qui s’élève à plus de 20% en Inde…

Retrouvez le rapport dans son intégralité

Mélanie Roosen - Le 28 avr. 2020
À lire aussi
premium2
premium1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.