Le visage d'une femme qui pleure

The Dictionary of Obscure Sorrows : le lexique qui donne des noms aux sentiments qui n'en ont pas

© Gareth David

Né sur Internet, « The Dictionary of Obscure Sorrows » (Le dictionnaire des peines indéfinissables) est un recueil écrit par John Koenig rassemblant plusieurs centaines de néologismes. Parmi eux, de nouveaux mots qui encapsulent parfaitement nos états d'âme.

Énouement, onism, dès vu… Véritable objet créatif et poétique, The Dictionary of Obscure Sorrows définit linguistiquement des sentiments et émotions jusqu'alors indéfinissables et nébuleux. Palmarès de mots qui touchent en plein cœur.

C'est quoi The Dictionary of Obscure Sorrows ?

« Mettre en lumière l'étrangeté fondamentale des humains — tous les maux, démons, vibrations, joies et envies qui bourdonnent en arrière-plan de la vie quotidienne. » Voilà comment l'américain John Koenig définit son objectif avec la création The Dictionary of Obscure Sorrows. Pour remplir « les trous laissés dans la langue anglaise », il est allé puiser dans l'étymologie et la signification des préfixes, suffixes et racines qu'il remanie afin de proposer des définitions aussi percutantes que poétiques. Rien d’étonnant : John Koenig a commencé l'écriture du dictionnaire en 2006 alors qu'étudiant dans le Minnesota, il s'essayait à la poésie et se trouvait en manque de mots.

Initialement publié sur un blog en 2009 et sur YouTube en 2014, le recueil a été publié par la prestigieuse maison d'édition américaine Simon & Schuster. Normal, c'est beau et d'une acuité étourdissante. (Anecdote : les termes ellipisme, énouement et onisme, ont été utilisés pour baptiser les cocktails du restaurant Knife à Chicago.)

Ces 6 néologismes qui vous parleront sûrement

Plonger dans le dictionnaire qui lèvera le voile sur ce que signifient scabulous et trumspringa, ou sur la manière de nommer la certitude qu'un moment deviendra un souvenir ou le sentiment que l'intrigue de votre vie n'a plus de sens pour vous. (N'ayez crainte, l'auteur ne manque pas d'expliciter phonétiquement la prononciation anglaise de ses néologismes.)

La cuna

Le néologisme emprunte au latin lacuna (un trou ou espace non rempli) et à l'espagnol la cuna (berceau). Il désigne « le pincement de tristesse » ressenti à l'idée qu'il n'y ait plus de frontières et limites à dépasser. Quand le dernier explorateur a cartographié la dernière surface inexplorée de la Terre, il a annihilé la dernière part de mystère.

Trumspringa

Ce nom est formé à partir de l’allemand Stadtzentrum (centre-ville) et Rumspringa, qui décrit le moment où les jeunes Amish sont partiellement déliés de leur obligation pour découvrir le « vrai monde ». Trumspringa désigne donc le fantasme récurrent d’abandon de son travail en perte de sens pour partir retaper un phare abandonné sur la côte bretonne. Ces pensées ne constituent généralement qu’une petite parenthèse que l’on referme en pensant aux prochaines factures à payer.

Kenopsia

Du Grec ancien κενό (le vide) et -οψία (le fait de voir), kenopsia désigne l'atmosphère d'un lieu habituellement grouillant de monde désormais abandonné et calme. Exemple : Venise pendant le confinement.

Sonder

Dérivé du verbe français « sonder », le sonder — utilisé ici comme nom commun — définit la prise de conscience que les personnes que vous croisez dans la rue ne sont pas que de simples figurants déambulant à l'arrière-plan de votre quotidien, mais bien des personnes à part entière ayant chacun leur propre histoire. La sensation entre en conflit avec l'impression d’être un « personnage principal » et vous renvoie invariablement au fait d'être vous-même un figurant dans la vie des autres.

Scabulous

Cet adjectif fabriqué à partir de l’anglais scar (cicatrice) et fabulous (fabuleux) désigne la fierté que l’on éprouve à porter certaines cicatrices. Ces dernières sont vues comme une forme d’autographe signé par un monde heureux de nous voir désireux de continuer à vivre en lui, même si cela fait mal parfois.

Onism

La frustration que l'on ressent à être coincé dans un seul corps, qui n'habite qu'un seul endroit à la fois. En philosophie, le monisme est la croyance qu'une grande variété de choses peuvent être expliquées par une seule réalité. Par extension, l'onisme est une sorte de monisme — votre vie est bien limitée à une seule réalité puisque restreinte à un seul corps. Néanmoins, il lui manque clairement quelque chose.

Pour mettre la main sur le livre, c'est ici.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.