premium 1
premium1
cerveau

Google se met au machine learning pour son moteur de recherche

L'ADN
Le 8 juin 2017

Google a toujours une longueur d’avance et n’est pas en reste en matière d’intelligence artificielle. La firme de Mountain View a ainsi révélé l’an dernier que les 3 critères les plus importants pour positionner un site dans son moteur de recherche étaient : les contenus, les liens et… Rankbrain ! Une tribune signée par l'agence Moov'Up.

Rankbrain ? Un nom étrange qui ne parle qu’aux initiés ! Système d’intelligence artificiel, Rankbrain est basé sur le machine learning et est devenu en quelques années une composante essentiel de l’algorithme de Google pour classer les résultats de son moteur de recherche.

A la découverte de Rankbrain

Conçu pour faciliter la compréhension des requêtes complexes par le moteur de recherche, Rankbrain permet de gagner en pertinence pour des requêtes très précises.

Après la voiture autonome, avec Rankbrain, Google place l’apprentissage automatique au cœur des recherches afin de développer l’analyse prédictive. L’algorithme est, ainsi, désormais capable de lier de grandes quantités d’informations et de données et d’apprendre des requêtes et choix des internautes pour affiner le classement de ses résultats au fur et à mesure.

Mais Google va plus loin en complétant cette capacité par le « deep learning » qui elle est basée sur un système de neurones artificiels. Non seulement la machine apprend en compilant des données mais elle est aussi capable d’apprendre à reconnaître des voix ou images. Google Brain en 2012 avait déjà été capable de distinguer un chat, d’un humain sur une « simple » analyse de millions d’images YouTube. C’est sur la même technologie que se base Rankbrain pour apprendre à mieux répondre aux attentes des internautes.

Le programme est ainsi en mesure d’établir des connexions entre les requêtes recherchées par les internautes et de construire des vecteurs entre les différents mots pour intégrer des requêtes complexes et y répondre au mieux. Google peut donc mieux positionner une page répondant à la requête d’un internaute même si celle-ci ne contient pas explicitement cette requête.

seo

Rankbrain : ami ou ennemi du monde SEO ?

A l’heure où les requêtes des internautes sont de plus en plus précises et leur niveau d’exigence de plus en plus haut, Rankbrain est annoncé comme la nouvelle arme de Google pour valoriser l’affichage de résultats pertinents à l’abri d’éventuelles manipulations de spécialistes SEO. Néanmoins, la communication de Google reste floue sur ce sujet et dans l’immédiat la firme continue d’affirmer que cette technologie ne remplace absolument pas les autres leviers de positionnement, sur lesquels les référenceurs ont la main, mais qu’elle permet juste de favoriser les contenus les plus utiles à l’internaute.

Pour autant, nombreux sont les professionnels du référencement qui se sont déjà penchés sur le phénomène Rankbrain et y ont détecté un potentiel levier SEO. Sans maîtriser complètement l’outil, il est certain qu’il n’est pas impossible de jouer aussi sur ce critère pour le satisfaire. Et pour cause, cette nouvelle technologie ne fait que renforcer un peu plus les tendances observées en termes SEO ces dernières années : ne plus se focaliser sur une requête ou un mot-clé mais proposer un contenu thématique pertinent capable de répondre aux besoins précis des internautes.

Rankbrain n’est donc pas véritablement manipulable, mais il est tout à fait possible de travailler ses contenus pour influencer la machine. Pour cela, il va falloir porter une attention croissante aux contenus. Il ne s’agit plus uniquement de proposer des contenus, riches, pertinents et frais mais surtout de proposer des contenus intelligents, qu’il va falloir interroger pour s’assurer qu’ils répondent bien aux requêtes du moment des internautes.

Pour cela, 3 actions vont devenir essentiel au travail quotidien de référencement :

  • Analyser ses contenus : la base pour jouer sur le levier Rankbrain. L’idée n’est plus d’empiler les contenus mais d’analyser et comprendre les contenus qui sont appréciés afin de les creuser. Le CTR (taux de clics) de vos résultats Google deviendrait dans ce cas un critère d’analyse particulièrement intéressant.
  • Elargir la recherche de mots-clés : travailler des univers sémantiques plutôt que des requêtes très précises en établissant des connexions comme pourrait le faire Rankbrain : place à la longue traine !
  • Ne plus se focaliser sur la répétition de mots-clés : l’enjeu est d’offrir un contenu thématique répondant aux problématiques des internautes sur un sujet et plus uniquement de proposer une page dédiée à un mots-clés.

Une certaine logique en somme, qui va dans le sens d’un SEO plus intelligent et moins forcé, mettant l’accent sur le contenu et sa véritable pertinence.

A l’heure du Big Data et du développement croissant de l’intelligence artificielle, le moteur de recherche constitue un terrain d’innovation extraordinaire en la matière, pour tirer le meilleur parti du travail de référencement, on l’espère.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.