habillage
premium 1
premium 1
Homme avec un journal sur sa tête en noir et blanc
© Bruno Bučar via Getty Images

Trois textes à lire pour mieux vivre le reconfinement

Le 6 nov. 2020

Le deuxième round du confinement vient de commencer et vous voilà déjà lassé ? Voici une sélection de trois textes parus dans la presse et sur le web pour requinquer sa matière grise (et se donner un peu d'espoir).

Pour comprendre sa mélancolie

L’idée principale : Courrier International reprend un très bel article du quotidien de Lisbonne Público. Rebaptisé « Reviens, la nuit », ce texte est une réflexion sur l’absence de vie nocturne causée par les mesures sanitaires et ses conséquences pour artistes, fêtards, militants, et autres noctambules. La nuit c’est toute une économie, mais c’est aussi une échappatoire, un espace où l’on accepte mieux les différences. « La nuit a fait de moi une personne plus tolérante », explique un animateur radio cité par Público. Un texte poétique et cathartique, qui donne une explication à ce sentiment de vide. La nuit offre un moment de décrochage d’avec notre personnage du quotidien, qui bien souvent le réduit à ce qui n’est au fond qu’une facette construite par soi et par les autres, décrit l'article. Si, vous aussi, votre personne nocturne vous manque, lisez ce texte.

La citation forte : « La nuit, nous ne parlons pas la même langue, nous ne faisons pas les mêmes réponses que le reste du temps. La nuit nous sommes dans la conversation, les jeux de séduction, nous buvons un verre, nous profitons d’un autre espace », Antonio de Castro Careiro, chercheur en philosophie.

Pour se faire une raison

L’idée principale : Aux réfractaires du second confinement, Laurent Bibard, professeur en management, titulaire de la chaire Edgar Morin de la complexité, ESSEC, répond dans une tribune pour The Conversation qu’il « est des situations où il est urgent d’obéir ». Pour lui, il faut mettre nos libertés individuelles de côté pour jouer collectif, et préserver la liberté sur le long terme. On peut être en désaccord avec ce texte, mais il permet d’amorcer une réflexion autour de la privation de nos libertés individuelles. Pour un autre point de vue sur ce sujet, lisez cette interview de Jean-Marie Burguburu, président de la Commission nationale consultative des droits de l’homme, qui s’oppose à la banalisation des mesures restrictives.

La citation forte : « La liberté n’est pas seulement l’indépendance. Elle ne consiste pas à faire ce qui nous chante en totale "séparation" d’avec les autres. La véritable liberté, loin d’être l’indifférence, est celle de construire une vie sensée pour soi-même et les autres, au beau milieu des autres, voire pour eux.»

Pour penser l’après

L’idée principale : Dans un entretien au Monde, Cynthia Fleury, philosophe et psychanalyste donne quelques pistes réflexives pour faire face à ce nouveau confinement, qui se double d’un choc terroriste. Vous avez l’impression de vivre un jour sans fin ? Réfléchissez aux jours sans fin que nous nous créions déjà avant le premier confinement (pression au travail, automatisme, accélération des modes de vie), cette période pourrait nous donner l’envie d’arrêter de se fabriquer ces jours sans fin inutiles. Vous vous sentez coincés entre virus et terrorisme ? Songez à toutes les alternatives qui existent pour préparer une mue sociale : démocratie participative, responsabilité sociale et sociétale des entreprises, commons...

La citation forte : « C’est un pacte avec le commencement qu’il nous faut poser, ce courage de l’émergence, de faire émergence ensemble. Il y a quantité d’ennemis de cette transformation (du monde), mais tous les outils sont aussi là pour les destituer.»

Marine Protais - Le 6 nov. 2020
À lire aussi
premium2
habillage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.