habillage
premium1
premium1
actu_20343_vignette

Les livres à boire 2.0 by Big

Le 18 févr. 2014

Alors que nous avons tous les yeux braqués sur la tendance des « wearable technologies », le n°2 de l’innovation européenne revisite la création conviviale. Mais de quoi s'agit-il exactement? Par Nesem Ertan.

Certains annonceurs commencent à montrer l’exemple à travers le monde, en intégrant progressivement des métiers stratégiques qu’ils out-sourcaient auparavant. Des silos se cassent pour mieux « brainstormer » et créer de façon intelligente et ouverte. BIG, le Breakthrough Innovation Group de Pernod Ricard, avec à sa tête Alain Dufossé, se dit ainsi fonctionner en mode Start-Up. Ce n’est donc pas une surprise s’il organise des Innovation Day à l’Ecole 42. C’est lors du dernier volet de cet évènement qu’a pu être découvert le « Gutenberg Project ». Il sera lancé sur des marchés test avant d’être commercialisé à plus vaste échelle d’après le site Popsop.

 

 

Il s’agit de livres métalliques connectés à une application pour tablette numérique, au détail près qu’ils sont creux à l’intérieur et servent en réalité de bouteilles d’alcool dotées d’un doseur en guise de shaker. Bienvenu à « Mixology101 » : l’atelier de mixologie pour des soirées entre amis ! (lien vidéo).

 

Vous l’avez compris : des recettes et des indications en step by step vous sont proposées pour la création de cocktails et quand il ne reste presque plus d’alcool dans l’un de vos « livres de recette », un push est transmis à votre device afin de vous proposer une petite visite en e-commerce. A vous de décider, si vous préférez une goutte d’Absolut à une goutte d’Evian bien entendu..

 

Pernod Ricard incarne ainsi concrètement sa signature « créateur de convivialité ». Au lieu de jouer à la Wii et de rire comme des gosses devant Mario, avec Gutenberg, nous pourrions rendre jaloux David Craig. En bon early adopteur, nous arroserons nos soirées d’un nouveau genre de convivialité qui sentira le citron et la menthe fraiche ! Bref, la simplification est l’atout clé de ce projet, tant au niveau de l’expérience proposée qu’au niveau de l’achat. Le dosage automatique peut aussi contribuer à la modération des consommations. La note finale dépendra tout de même en grande partie de la qualité de production, pour que les livres de Pernod puissent se faire une place durable dans nos vies : beauté effective des objets, fluidité de l’application, simplicité et qualité des contenus…

 

Le potentiel d’une telle idée est extrêmement fort d’un point de vue de « Brand Rejuvenation » (rajeunissement de votre marque) et plus particulièrement de relationnel. On se projette de façon quasi naturelle dans les mécaniques à valeurs ajoutées digitales et social media que cette innovation peut générer. Les utilisateurs pourraient assez vite commencer à créer leurs propres recettes et les partager via l’application... Des mixologistes stars pourraient collaborer avec la marque pour proposer des menus..

 

Je serais très curieuse de connaître les conditions réelles dans lesquelles BIG a opéré pour s’attaquer à la complexité de réalisation de cocktails (ou était-ce celle de donner vie à sa promesse de marque ?). Un de leur designer a-t-il eu un moment d’inspiration ? Est-ce une des 100 autres idées générées lors d’une session de design thinking transversale ? Quoi qu’il en soit, c’est un bel exemple d’analyse de consumer journey qui propose une solution créatrice de valeur à une friction. Viser un concept qui traite simultanément les enjeux de production, de packaging, de marketing et de communication est un beau défi, qui a bien réussi à Milka et son dernier carré de chocolat plus anecdotiquement, et à Nike + plus sérieusement..  Mais les exemples concrets et pertinents ne se comptent encore que sur les doigts d’une main.

 

Quand la réalité augmentée a vu le jour, on a rapidement été tenté de tout « augmenter » : même Johnny y est passé.. en sus des brosses à dents et autres fourchettes 2.0. Et la 3D génère une excitation similaire chez certains. Il y a bien entendu aussi des inventions très utiles dans le lot.. C’est vital de faire des essais mais savoir mettre en place une culture de l’innovation et un laboratoire digne de ce nom n’est pas chose évidente. De bonnes idées peuvent nous tomber dessus alors qu’on est en train de faire nos courses certes, mais on peut attendre longtemps avant que le miracle ne fleurisse. Alors qu’on pourrait investir un peu (ou beaucoup..) et inscrire notre cerveau à une salle de sport dotée d’une bonne restauration, pour l’entrainer et la nourrir de façon saine et diversifiée...

 

Tout cela étant dit, si vous me dites que les Mojito ce n’est pas pour vous, et que vous êtes plutôt bière et gaming, ne nous quittons pas fâchés pour autant. Je vous laisse découvrir “The Last Bar Fighter” : 

 

 

 

 

Nesem Ertan

Communication Planner

@nesemertan

Adrien de Blanzy - Le 18 févr. 2014
premium 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.