premium 1
billet de banque

Ils vont payer leurs salariés en bitcoins

Le 15 déc. 2017

GMO Internet, société japonaise de services en ligne, va proposer à ses salariés d’être partiellement rémunérés en bitcoins. L’objectif ? Tenter de mieux comprendre la nébuleuse que représente la crypto-monnaie.

GMO Internet, qui offre différents services sur Internet dont une plateforme d’échanges de bitcoins depuis mai 2017, va tenter l’expérience du salaire partiel en bitcoins, a indiqué une porte-parole de l’entreprise à l’AFP. En février prochain, elle proposera à ses 4 000 salariés au Japon la possibilité de percevoir près de 100 000 yens de leur paie mensuelle, soit un peu plus de 750 euros, en bitcoins.
"Nous espérons améliorer notre propre connaissance de la monnaie virtuelle en l'utilisant vraiment.", a expliqué la porte-parole de GMO Internet.
Dans quelques semaines, la société devrait également se lancer dans le minage de bitcoins (procédé par lequel on fabrique de la monnaie virtuelle et par lequel les transactions sont sécurisées).

Un intérêt qui s’explique notamment par l’ascension récente de la crypto-monnaie. En novembre dernier, le bitcoin avait passé le seuil des 10 000 dollars pour un seul bitcoin. À l’heure où cet article est écrit, un bitcoin équivaut à 17 617 dollars.

Et la société n’est manifestement pas la seule à s’y intéresser. En novembre dernier, le gestionnaire d’actifs français Tobam annonçait la création d’un fonds commun de placement en bitcoins. À la même période, la banque américaine JP Morgan se tâtait frileusement à proposer des contrats à terme (fait de s’engager à livrer un actif dans le futur) en bitcoins, alors même que son grand patron James Dimon avait qualifié la monnaie « d’escroquerie » un mois auparavant.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.