habillage
Une femme qui mange une crevette avec des baguettes
© Ruslan Petrov via Unsplash

Véganisme : en France, on s'y intéresse mais on ne veut pas franchir le pas

Le 30 oct. 2019

Pour la planète, la santé ou le bien-être animal, le véganisme et le végétarisme intriguent mais ne séduisent pas.

À l'occasion de la journée mondiale du veganisme qui a lieu le 1 novembre, La Fourchette dévoile une étude européenne sur ce régime alimentaire. D'après le spécialiste de la réservation de restaurants, 40% des Européens seraient intéressés par ce mode d'alimentation.

Beaucoup d'intéressés, peu de végétariens

Loin du cliché de la millenniale qui regarde amoureusement sa salade de chou kale, en France, ce sont les hommes qui se disent le plus intéressés par le véganisme. D'après l'étude La Fourchette, ils sont 50% à montrer de l'intérêt pour ce régime alimentaire contre 38% des femmes. Mais entre l'intérêt et le passage à l'acte, il y a un sacré fossé. Ainsi, on estime la population de végétariens et de végétaliens à seulement 3% en France. Pour des raisons environnementales, éthiques ou sanitaires, le sujet prend de l'ampleur mais on reste plutôt dans la mini-tendance.

Paris, ville vegan-friendly

La Fourchette note quand même que les réservations de restaurants vegan ont été multipliées par 10 entre 2016 et 2019. Un chiffre en hausse, certes, mais qui semble accompagner naturellement le développement de l'offre de restauration végétalienne en France. Désormais, 7% des établissements français présents sur La Fourchette sont vegan ou proposent des alternatives sans produits d'origine animale. Paris est d'ailleurs la ville européenne qui compte le plus de resto vegan ou vegan-friendly sur le site.

Changement de consommation ou simple mode ?

Pour 74% des Français, le véganisme ne serait qu'une mode – comparable au jean taille basse et donc vouée à disparaître. Ce sont les résultats d'un sondage mené par YouGov qui nous apprend également que 85% des Français consommateurs de produits d'origine animale n'envisagent pas de changer de régime alimentaire. Malgré les études qui pointent du doigt les effets bénéfiques des régimes à base de plantes pour l'environnement et pour la santé, 52% des consommateurs estiment que rien ne pourra leur faire abandonner totalement viandes et produits laitiers.

La viande n'a pas dit son dernier mot

Aux États-Unis, le steak végétal Beyond Meat et sa capitalisation boursière record a beaucoup fait parler. Mais dans l'Hexagone, même si la consommation de viande est en baisse depuis deux décennies, elle représente toujours 20% de l'alimentation globale des Français. D'après les chiffres du CREDOC, en 2016, 72% des repas français, hors petits-déjeuners, contenaient de la viande. Et la plus forte croissance de toute l'histoire de la restauration rapide en France revient... à O'Tacos – la chaîne de fast-food qui permet de composer des sandwichs en mixant jusqu'à 4 viandes différentes.

Une majorité de Français pense qu'il faut revoir profondément notre modèle économique mais repenser complètement le contenu de nos assiettes n'est pas encore au menu.

POUR ALLER PLUS LOIN

> Entre vegan, no gluten, omnivores... peut-on encore partager un repas sans s'engueuler ?

> Ce n'est pas en « véganisant » Herta qu'on va changer les choses

> Tout le monde investit dans des start-up véganes

Alice Huot - Le 30 oct. 2019
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.