habillage
premium1
Un néon vert fluo avec le mot
© ComicSans via Getty Images

Tout le monde investit dans des start-up véganes

L'ADN
Le 8 mars 2019

Après Bill Gates, c’est au tour d’un autre milliardaire d’investir dans une start-up spécialisée dans les produits véganes : Jeff Bezos ! Et ils sont loin d’être les seuls. CNBC parle déjà d’une « vegan mafia » !

30 millions de dollars. C’est la levée de fonds réalisée par NotCo, une start-up chilienne spécialisée dans les alternatives aux protéines animales. Parmi les participants, on retrouve le patron d’Amazon, Jeff Bezos.

Autant dire que niveau business, il a du flair. Et dans le genre, ce n’est pas le seul à se poser la question du futur de l’alimentation. Bill Gates a notamment investi dans l’entreprise Beyond Meat, qui cherche à recréer le goût et l’aspect des steaks hachés, sans utiliser de matière animale. Notons pour ce dernier qu'il a aussi investi dans une super-vache censée pouvoir résoudre la faim dans le monde... ce qui n'est pas une solution franchement végane... mais c’est un autre débat.

Vegan mafia

Les start-up véganes ne sont pas soutenues que par ces deux figures emblématiques. En 2017, CNBC rapportait qu’une « vegan mafia » s’organisait pour soutenir les alternatives aux protéines animales. Parmi eux, Ryan Bethencourt, entrepreneur et bio-hacker. Associé du fonds d’investissement Babel Ventures et lui-même végane, il explique que les membres de la vegan mafia sont des entrepreneurs bien connus du monde de la tech, ou d’anciens financiers et entrepreneurs.

Santé et futur de la planète

La plupart des membres expliquent que leurs motivations sont multiples. « Ils investissent dans des produits qui peuvent séduire les masses, parce qu’ils sont plus sains et moins chers, rapporte CNBC, mais ils sont aussi préoccupés par les modèles actuels », jugés peu durables. Kyle Vogt, l’un de ces serial entrepreneurs, explique qu’il est surtout mu par le désir de faire ce qui aura le meilleur impact sur la société. Seth Bannon, un autre, rétorque que le sujet est sanitaire et environnemental.

À noter que certains fonds sont exclusivement dédiés aux alternatives animales, à l’instar de VegInvest, Beyond Investing ou Baleine Bjorn Capital.

POUR ALLER PLUS LOIN :

Ce n'est pas en « véganisant » Herta qu'on va changer les choses

Les végans sont-ils (vraiment) des terroristes ?

Michel & Augustin, Yoplait... Comment les ONG font plier les marques qui abusent

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.