Des oiseaux sur fond bleu avec les mots fakes en rouge autour

« Les oiseaux ne sont pas réels »  : l'histoire folle d'une fausse théorie du complot qui a séduit les Z

© Montage via freepng.fr

Depuis 2017, le mouvement Birds Aren't Real (les oiseaux ne sont pas réels) fait de plus en plus d'adeptes. Aujourd'hui, son créateur Peter McIndoe révèle la supercherie et l'intention derrière cette fausse théorie du complot.

Chemtrails, QAnon, terre plate, injection de puce 5G via les vaccins... les théories du complot ne manquent pas. Celle dite « Birds Aren't Real » a été lancée par Peter McIndoe, étudiant américain débraillé de 23 ans. Cheveux en bataille et lunettes bleu néon sur le nez, il sillonne le pays en van pour répandre la bonne parole. Selon lui, les oiseaux ont tous été tués dans les années 70 et remplacés par des drones. Leur mission ? Espionner les citoyens pour le compte de la Maison-Blanche...

Crédit : Birds Aren't Real

Birds Aren't Real, la théorie du complot qui n'en est pas une

À Los Angeles, Memphis ou Pittsburgh, il n'est pas rare de croiser des panneaux proclamant « Birds Aren’t Real. » Dans les grandes villes, des flyers ornent les poteaux électriques et les lampadaires, et des rallies sont organisés à New York ou Chicago.

birds aren't real

En novembre dernier, le mouvement manifeste devant le siège social de Twitter à San Francisco exigeant que le géant retire l'oiseau bleu de son branding. Juché sur son van qui affiche en lettres capitales noires BIRDS AREN'T REAL, Peter McIndoe, mégaphone en main, intime à Jack Dorsey de bien vouloir modifier son « dégoûtant logo d'oiseau. » Parmi les slogans brandis sur les bannières des participants : « If it squawks, it stalks ! » ( « Si cela couine, cela traque !  » ) ou encore « If it flies, it spies ! » ( « Si cela vole, cela espionne !  » )

Sur Instagram, le mouvement rassemble des centaines de milliers de followers (350 000 abonnés pour 131 publications), certains amusés, d'autres convaincus. Avec son site web léché et didactique (via lequel il est possible pour une poignée de dollars de se procurer stickers, casquettes et t-shirts au design élégant), le mouvement Birds Aren't Real a bien pris, il est même devenu viral. En témoignent les nombreuses vidéos YouTube montrant Peter McIndoe en train de répandre tranquillement l'information depuis son van garé devant Walmart...

« Birds Aren’t Real n’est pas une simple satire superficielle des conspirations. »

Durant les cinq dernières années, Peter McIndoe a incarné son personnage à la perfection : celui d'un jeune homme zinzin à la dérive ayant réussi à rassembler une poignée de fidèles tout aussi perchés que lui. Aujourd'hui, le jeune homme qui déclare avoir été « élevé par Internet » raconte qu'il savait parfaitement ce qu'il faisait.

Si Peter McIndoe lance le mouvement sur un coup de tête, son intention s'est rapidement aiguisée. L'idée lui vient à Memphis lors d'une marche pour le droit des femmes à laquelle s'invitent des manifestants pro-Trump brandissant des panneaux aux slogans ubuesques. « Birds Aren’t Real n’est pas une simple satire superficielle des conspirations. Cela vient du plus profond de nous, déclare le jeune homme aujourd'hui au New York Times. Beaucoup de gens de notre génération ressentent la folie dans tout cela, et Birds Aren't Real a été un moyen pour eux de digérer tout cela. » Par tout cela, comprendre l'absurdité d'un monde post-vérité.

Afin de parfaire la supercherie, le jeune homme engage un acteur débonnaire pour jouer le rôle d'un ancien agent de la C.I.A qui confesserait avoir travaillé sur la surveillance par drone (sur TikTok, la vidéo est vue plus de 20 millions de fois), et d'autres encore pour représenter les « bird truthers » et légitimer le mouvement sur Instagram.

Grâce à l'argent récolté via la vente de merchandising, Peter McIndoe et son ami Connor Gaydos peuvent se consacrer à temps plein à leur activité, financer l'achat de panneaux publicitaires et envoyer des membres de leur « Bird Brigade » , leurs adeptes mis dans la confidence, participer aux rallies et conférences tenus dans le pays. Parmi les membres de la Bird Brigade, Claire Chronis, 22 ans : « C'est une manière de combattre les problèmes dans le monde qu'on a pas vraiment d'autres moyens de combattre » , rapporte la jeune fille au New York Times. « On combat la folie par la folie. »

Comme beaucoup de membres de la Bird Brigade, Peter McIndoe a « perdu » beaucoup de proches, tombés sous les fake news et théories du complot. En cosplayant des théoriciens du complot, ils auraient trouvé une communauté et un moyen de rire ensemble de l'incompréhensible, explique au New York Times le jeune homme. Né dans une famille très religieuse et conservatrice, Peter McIndoe aurait baigné toute son enfance dans le conspirationnisme : scolarisé à la maison, on lui avait appris que « la théorie de l'évolution faisait partie d'un grand plan de lavage de cerveau des Démocrates et que Obama était l’Antéchrist. » Une fois à la fac en 2016, il doit se débattre dans un monde composé de réalités multiples. Et réalise qu'il n'est pas le seul...

« Nous avions un but. Forcer l'Amérique de l'ère d'Internet à se regarder dans un miroir. »

Avec le temps, Birds Aren't Real se solidifie autour d'une idée centrale : « C'est essentiellement devenu une expérience de désinformation. Nous avons pu construire un monde entièrement fictif qui a été rapporté comme un fait par les médias locaux et questionné par le public. »

Car si le mouvement prend autant d'ampleur, c'est notamment grâce à la couverture médiatique qu'il reçoit. À plusieurs reprises, Peter McIndoe est interviewé par la presse locale américaine, qui traite tour à tour le sujet de manière sceptique ou sérieuse.

Depuis, le jeune a voulu tomber le masque, estimant que le moment était venu de lutter contre la désinformation autrement. Objectif 2022 : retourner autant de conspirationnistes que possible. « Oui, nous avons intentionnellement diffusé de la désinformation au cours des quatre dernières années, mais nous avions un but. Forcer l'Amérique de l'ère d'Internet à se regarder dans un miroir. »

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.