habillage
premium1
premium1
Donald Trump

Patagonia veut attaquer l’administration Trump en justice

Le 6 déc. 2017

La marque militante n'a pas froid aux yeux. Après que le président américain a annoncé qu’il amputerait deux régions protégées de l’Utah, elle a affirmé sa volonté de monter au créneau contre cette « action illégale ».

« Le président a volé vos terres », c’est le claim que l’on peut lire sur le site de la marque en réponse au récent décret de Donald Trump de réduire la surface deux réserves archéologiques protégées dans l’Utah ; le Bears Ears National Monument qui serait amputé de 85% de sa surface et le Grand Staircase-Escalante National Monument de 45%.

Un affront pour de nombreux défenseurs de la nature mais aussi pour certaines marques de vêtements outdoor qui n’ont pas manqué d’exprimer leur indignation sur les réseaux. En première ligne et sans surprise, la marque Patagonia, qui lançait les hostilités en affirmant qu’elle continuerait à se battre pour leur sauvegarde aux côtés de 350 entreprises, organismes de conservation et tribus amérindiennes : « Les grimpeurs, les randonneurs, les chasseurs et les pêcheurs reconnaissent tous que les terres publiques sont un élément essentiel de notre patrimoine national et que ces terres n'appartiennent pas seulement à nous, mais aux générations futures. », peut-on lire sur le site.

Nous surveillons de très près les actions de l'administration Trump et nous nous préparons à prendre toutes les mesures nécessaires, y compris des actions en justice, pour défendre nos paysages publics les plus précieux.

- Rose Marcario, CEO de Patagonia

Plus loin, la marque énumère les sources et les différents moyens qui peuvent permettre à ses clients-entes de s’engager à ses côtés. Dans un communiqué, la CEO de Patagonia Rose Marcario va plus loin en menaçant directement l’administration de Donald Trump : « Un président n'a pas le pouvoir d’abroger un texte concernant un monument national. Tenter d’en modifier les frontières outrepasse le processus légal d'examen des caractéristiques culturelles et historiques ainsi que la contribution du public. », explique-t-elle. « Nous surveillons de très près les actions de l'administration Trump et nous nous préparons à prendre toutes les mesures nécessaires, y compris des actions en justice, pour défendre nos paysages publics les plus précieux (...) », poursuit-elle.

Un engagement de marque qui a du sens si l’on en croit son historique militant en faveur de l’environnement. À l’occasion du Black Friday en 2013, la marque avait lancé la campagne « Worn Wear », une initiative qui incitait ses clients à acheter ses articles d’occasion et d’échanger les leurs contre des bons de réduction. Trois ans plus tard, Patagonia avait remis ça en reversant la totalité de son chiffre d’affaires du Black Friday, soit 10 millions de dollars, à des organismes de protection de l’environnement.

D’autres marques de vêtements outdoor ont rejoint la fronde à l’instar de The North Face qui annonçait avoir fait un don de 100 000$ à destination d’un organisme de protection du Bears Ears National Monument. La marque REI a également exprimé son soutien à la cause en incitant ses followers à changer de photo de profil au profit du message « We Love Our Public Lands ».

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.