habillage mobile
premium 1
premium 1
actu_31339_vignette

A Londres des statues masquées pour dénoncer la pollution

Le 20 avr. 2016

Lundi 18 avril, plusieurs statues emblématiques londoniennes étaient équipées d’un masque à oxygène. Les auteurs ? Des militants de Greenpeace qui dénonçaient la mauvaise qualité de l’air.

Les conséquences de la pollution de l’air sur la santé humaine dans les grandes villes sont navrantes. Selon Greenpeace la qualité médiocre de l’air cause la mort de 40 000 personnes par an au Royaume-Uni. Un groupe de militants a décidé, lundi 18 avril d’entreprendre une opération pour dénoncer ce phénomène. En accrochant des masques anti-pollution à la statue de l'Amiral Nelson, d'Olivier Cromwell, de Thierry Henry, de Sherlock Holmes et Winston Churchill, ces activistes environnementaux espèrent sensibiliser l’opinion aux méfaits de la pollution.

En choisissant d’agir aux endroits stratégiques de la capitale, ils souhaitent également rallier les politiques à leur cause. La statue de la reine Victoria n’y a, elle non plus, pas échapé, surplombant le Buckingham Palace, un masque recouvrant son visage.

« Nous avons besoin d'une zone d'air pur sur une grande partie de la ville. Celui qui gagne l'élection doit arrêter de parler et commencer l'action », explique la militante Areeba Hamid. « Les études montrent que, si ces statues étaient de vraies personnes, beaucoup d'entre elles seraient en danger à cause de l'air, voilà pourquoi nous leur avons donné des masques. Bien sûr, plusieurs millions de Londoniens, y compris les enfants, respirent le même air. Les masques ne sont pas la solution, à la place, nous devons voir l'action du nouveau maire ».

L'ONG a mis en ligne une pétition à l’attention du Premier Ministre David Cameron, pour que les dirigeants du pays se mobilisent pour améliorer la qualité de l’air.

Une action largement suivie sur les réseaux sociaux autour du hashtag #CleanAirNow.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.