actu_29191_vignette_alaune

Une ambition pour le climat qui transcende les frontières ?

Avec 1,57K de conversations, en hausse de 537% sur les deux derniers jours, la High Ambition Coalition est le sujet de cette fin de COP 21.

Officiellement lancée lors de la COP 21, la High Ambition Coalition regroupe une centaine de pays engagés dans les négociations et qui souhaitent arriver à un accord véritablement décisif pour le climat. La majorité de ses membres sont des pays en développement parmi les plus touchés par le changement climatique, qui ont été rejoints cette semaine par deux alliés de poids : les États membres de l’Union Européenne et les États-Unis.

Puisque l’union fait la force, les responsables politiques des pays de la coalition occupent le haut de notre classement des tweets les plus viraux. Le Commissaire européen à l’énergie et au climat, Miguel Arias Cañete (@MAC_europa – 29,6K followers) y côtoie ainsi le Ministre des affaires étrangères des Îles Marshall (@MinisterTdB – 3K followers). Les messages sont fortement relayés, sans doute grâce à la cohérence des demandes de la coalition. Leur proposition d'un principe de « revue à la hausse » des ambitions climatiques, susceptibles d'être révisées tous les 5 ans, a par exemple déjà été acté.

L’une des problématiques majeures de la COP 21 est l’opposition entre pays en développement et pays développés, les premiers accusant les seconds d’être les principaux responsables du dérèglement climatique, tout en refusant de partager les ressources nécessaires pour y faire face. Avec l’entrée des États-Unis dans la coalition, c’est la diversité nécessaire à la conclusion d’un accord global efficace qui commence à se mettre en musique. Ainsi, parmi les 10 twittos les plus suivis sur ce sujet apparaissent, aux côtés de médias philippins (@inquirerdotnet et @rapplerdotcom – 1,4M followers chacun), une ONG britannique (@wwf_uk – 176K followers) mais aussi le département d'État chargé des Affaires étrangères aux États-Unis (@StateDept – 1,9M followers).

 
L'hémisphère nord, plus connecté, devance ainsi celui du sud, les États-Unis et les pays européens représentant presque les deux tiers des conversations géolocalisées (64,51%). À long terme, la lutte contre le réchauffement climatique ne passera-t-elle pas aussi par la réduction de la fracture numérique mondiale ?

 

TBWACORPORATE & Linkfluence

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.