habillage
premium1
premium1
Homme regardant son smartphone de nuit
© OcusFocus via Getty Images

Celui qui vous a rendu accro au smartphone veut vous aider à décrocher

Le 19 oct. 2019

Nir Eyal a appris à Facebook et consorts les techniques pour nous rendre dépendants aux applis. Dans son nouvel essai Indistractable, il propose une méthode pour s'en sevrer. Voici 6 conseils tirés de son livre.

En 2014, Nir Eyal publie le best-seller Hooked, comment créer un produit ou un service qui ancre des habitudes. Ce livre de recettes de designs fortement addictifs trône dans toutes les bibliothèques de la Silicon Valley. Quelques années plus tard, le pro de la psychologie persuasive s’est fait prendre à son propre jeu : lui aussi s’est retrouvé « hooked » (accro) à son smartphone. Son nouvel essai Indistractable (publié le 17 octobre aux États-Unis) propose une méthode pour reprendre le contrôle. 

Nous avons sélectionné 6 de ses conseils. Ils consistent principalement à responsabiliser l’utilisateur plutôt que les technos. Un peu facile ? Peut-être, mais les astuces anti-distraction d’un des maîtres de la « captologie » (cet art de capter votre attention) méritent qu’on y jette un œil.

Ne pas blâmer la technologie

C’est l’un des postulats (discutable) de départ d’Indistractable. Si vous scrollez pendant des heures, ce n’est ni la faute d’Instagram ni celle de votre smartphone, assure Nir Eyal. C’est bien de la vôtre. Il faut revenir à ce qu’il appelle « la cause racine de votre distraction ». Pour l’identifier, l'écrivain recycle une vieille recette utilisée par les spécialistes des thérapies comportementales et cognitives. Elle consiste à identifier ce qui provoque chez vous un comportement addictif (regarder votre smartphone, au hasard), noter l’élément déclencheur et les sentiments qui l’accompagnent pour tenter d’en réduire la portée.

Tout planifier (même votre séance de séries Netflix)

Les adeptes des bullet journals seront ravis. Passer du temps à regarder Netflix ou une vidéo sur YouTube n’est pas très grave tant que vous l’avez prévu, estime Nir Eyal. L’auteur suggère d’ailleurs que TOUTES vos activités soient planifiées (un chouïa oppressant, non Nir ?). Car pour éviter une distraction, il faut déjà savoir que c’en est une. Et pour cela, il est utile de tenir un agenda pour identifier les moments où vous déviez. L'essayiste propose de répartir son temps entre temps pour soi, temps pour les relations avec les autres et temps pour travailler.

Envoyer moins d’e-mails et retarder leur envoi

Nir Eyal part du constat que les e-mails sont la principale source de distraction au travail. Ils mangent la moitié de notre temps. Et dans 50 % des cas, nous lisons des e-mails qui n’auraient pas dû être envoyés et nous répondons à des e-mails qui ne méritent pas de réponses. La clé est donc de diminuer le nombre d’e-mails que nous recevons. Pour cela il faut en envoyer moins, retarder l’envoi de vos réponses (certaines boîtes mails permettent de le faire automatiquement), et de blacklister les auteurs d’e-mails intempestifs qui ne vous apportent rien (oui, on vous voit).

Utiliser les conversations de groupe avec parcimonie 

Vous ne seriez sans doute pas partant pour participer à une réunion sans réel objectif qui dure une journée entière, ni une réunion de famille qui se poursuit pendant des jours. Alors pourquoi s’infliger des conversations de groupe permanentes sur Slack ou WhatsApp ? Nir Eyal cite Jason Fried, PDG de la messagerie de groupe Basecamp : « participer aux discussions de groupe comme vous allez au sauna, restez-y un peu mais sortez ensuite, ce n’est pas sain de rester trop longtemps. » Pour ce faire, Nir Eyal suggère d’allouer un temps de la journée à la conversation de groupe et d’en avertir vos collègues. En dehors de ce temps, il conseille d’activer le statut « ne pas déranger ».

Réorganiser vos applications

Nir Eyal estime que les technologies ne sont pas à l’origine du problème, mais suggère tout de même que vous supprimiez de votre smartphone les applications qui ne vous servent à rien, tout comme celles que vous aimez un peu trop. Vous pouvez planifier du temps sur Facebook dans votre agenda mais pour éviter de vous en servir en dehors de cette plage horaire, le mieux est de supprimer l’appli de votre téléphone (ou a minima de désactiver les notifications). Assurez-vous simplement que vous aurez accès à un ordinateur au moment de votre activité « Facebook » prévue dans votre emploi du temps. Autre astuce : mettez uniquement en page d’accueil de votre smartphone les applications dont vous contrôlez l’utilisation.

Éviter les newsfeeds de vos réseaux sociaux

Regarder le fil d’actu de Twitter ou Facebook s’avère souvent le début d’une longue séance de scrolling rarement enrichissante. Bonne nouvelle : vous pouvez continuer d’utiliser les réseaux sociaux en évitant les newsfeeds. L’une des techniques consiste à télécharger l’extension News Feed Eradicator qui remplace l’ensemble de votre fil Facebook par des citations. L’extension Todobook le remplace par votre to-do list. Autre méthode (moins radicale) : utiliser l’URL précis de la fonction à laquelle vous souhaitez accéder. Par exemple, si vous voulez consulter vos messages Linkedin sans avoir à lire le post pseudo inspirant de votre collègue Jean-Mi, tapez linkedin.com/messaging, et pas linkedin.com.

POUR ALLER PLUS LOIN : 

> Le jeûne de cerveau, la nouvelle tendance de la Silicon Valley

> Récit : J’ai tenté de quitter les GAFA grâce aux small tech

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.