habillage
premium1
premium1
candy crush saga
© bizoo_n via Getty Images

Candy Crush, Akinator, Viber... Ces vieilles applis qui rendent encore accro

Le 7 juin 2019

Figurez-vous que des gens draguent encore sur Badoo, avant d’aligner 3, 4 bonbons sur Candy Crush. Petite sélection de vieilles applis qui rendent encore accros.

Candy Crush Saga

Aligner des petits bonbons acidulés ravit encore des centaines de millions de joueurs. Oui, on vous voit dans le métro. (Certains addicts oseront peut-être le maillot à l'effigie du jeu). L’appli créée en 2012 s’accroche encore à la 68ème place du top 100 des applications gratuites les plus téléchargées de l’App Store d’Apple. Loin devant ses pales copies : Dots, Diamond Dash et autres Saga Farm Heroes. Candy Crush Saga fait même partie des jeux les plus rentables de tous les temps. Les plus accros n’hésitent pas à débourser quelques euros pour parvenir au niveau 5 530. Oui, 5 530.  La recette de son succès : un design saturé de couleurs qui anesthésie le cerveau et entraîne le joueur dans « un vide et une non-réflexion » donnant ainsi l’impression de ne pas s’ennuyer, explique Jean-Gabriel Causse, designer français spécialisé dans l'influence des couleurs à L’Express. Mais peut-être que la gloire va enfin s'estomper : les joueurs pourraient être gavés par tous ces bonbons colorés. Selon le Financial Times, le nombre d’utilisateurs mensuels a chuté de 40 % entre 2018 et 2019.

Akinator

Souvenez-vous : en 2007, Akinator le « génie du web » parvenait (presque toujours) à deviner le personnage auquel vous pensiez en vous posant une série de questions. Donnant ce sentiment étrange d’échanger avec une machine douée d’intelligence, bien avant les premiers mots de cet idiot de Siri. Et bien, figurez-vous qu’Akinator est toujours en vie. Et il va plutôt bien. Sur l'App Store, il affiche la note honorable de 4,1/5 et figure parmi les 100 applications les plus téléchargées.

Hipstamatic

Franchement, on pensait qu’Instagram et ses filtres auraient évincé une application payante comme Hipstamatic. Celle-ci permet de donner un effet vintage façon argentique à vos photos. Malgré la concurrence du réseau social, l’appli, qui fête ses dix ans, continue de cartonner. Elle occupe la 46ème place du top des applis payantes les plus téléchargées de l’App Store. On apprend sur NRJ qu’elle est même l’application préférée de la chanteuse Jenifer. « C’est juste extraordinaire pour faire des photos, confie-t-elle. Il y a plein de péloches. » On te croit sur parole, Jen.

AdopteUnMec et Badoo

Tinder n’aura finalement pas achevé les applis de rencontre des années 2000 (qui à l’époque n’étaient que des sites). AdopteUnMec, créé en 2008, figure toujours parmi les applications les plus rentables de Google Play. Sa promesse ? Donner aux femmes le contrôle sur la relation, en leur permettant de mettre leurs hommes favoris (rangés par rayon : timide, bohème...) dans un caddie. Subtil et malin. De son côté Badoo, qui compte tout de même 426 millions d’inscrits, réplique plus ou moins la recette d’Happn : un algorithme de géolocalisation vous montre les personnes proches de vous. On apprécie particulièrement la fonction sosie qui permet de trouver les personnes ressemblant à vos stars préférées. L’appli est aussi réputée pour ses nombreux brouteurs, des arnaqueurs du web qui séduisent leur victime pour leur soutirer de l’argent. Finalement Yubo, le petit dernier des applis de rencontre pour ado, n’a rien inventé. L’appli peut tout de même se targuer d’avoir fait naître des relations de plus de dix ans. Comme Florent, cet auditeur RMC, qui avoue au micro de Jean-Jacques Bourdin avoir eu « quelques galères » pour trouver sa femme sur le site, parce qu’« il n’y a pas que du bon » avant de trouver la perle.

Viber

Le rachat de WhatsApp par Facebook a mis un sacré coup à Viber, messagerie fondée en 2010. Mais l'opération ne l’a pas complètement achevée. L’application revendique 1 milliard de membres inscrits. Elle n’aurait toutefois que 260 millions d’utilisateurs mensuels actifs, explique Le Monde. Contre 1,5 milliard pour WhatsApp ou 1 milliard pour WeChat. L'application tente un retour en se transformant en réseau social

Runstatic

En 2009, date de sa création, Runstatic faisait figure de pionnier du mouvement « quantified sef », qui consiste à enregistrer et piloter toutes ses données de vie (alimentation, sport, sommeil...). Chez Runstatic, c’est la durée et la distance de son jogging ou de sa promenade en vélo qu’on enregistre. Le principe a été souvent copié par d’autres comme Nike Run Club. Mais Runstatic reste le champion du genre. L’appli figure dans le top 100 de l’App Store (à la centième place, mais quand même).

POUR ALLER PLUS LOIN : 

> Google a déjà tué 150 applications, et certains internautes ne s'en remettent pas

> Ces applis qui vous culpabilisent à coup de notifications

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.