habillage
Une jeune fille lors d'une manifestation
© Josh Barwick via Unsplash

4 tendances pour comprendre les nouvelles générations

Le 4 oct. 2019

Entre engagement écologique et usage compulsif des réseaux sociaux, quatre tendances pour appréhender les millennials et leurs petits frères.

Philanthrokids : il n'y a pas d'âge pour sauver le monde

Passe ton bac d’abord ? Non, les « philanthrokids » veulent avant tout changer le monde. Ces ados n’ont pas encore le droit de vote, mais ils ont compris qu’ils ont le devoir d’agir. La figure emblématique de ces superados : Greta Thunberg, la Suédoise de 16 ans qui a incité des milliers de lycéens à sécher l’école. Partout, les autres s’activent. Ils ne seront pas tous en lice pour un prix Nobel de la paix, comme Greta, mais qu’il s’agisse de questions environnementales ou sociétales, les philanthrokids n’ont pas l’intention d’attendre que les adultes se mettent au boulot.

Hypervrai : la quête de l'authentique

On veut de l'authentique ! Des plats sans chichis comme chez Mamie et une déco ambiance 70’s comme chez Tonton – flingueur, évidemment. On est dans l'hypervrai, la France plus française que française. Mais dans cette reconstitution, tout est trop hypervrai pour être honnête. Si on gratte un peu, on comprend que le routier du XIème n'a même pas de parking, que le petit bistrot dans son jus propose un pot-au-feu végé et que Jean nous fourgue son « vrai » jambon-beurre à plus de 5 euros. Ben oui, à force de courir après le vrai, on tombe dans le faux.

Flygskam : ils préfèrent prendre le train

On a beau aller au travail à vélo, manger végane et faire ses cosmétiques maison, les vacances à Bali pèsent lourd au compteur de notre bilan carbone. En Suède, de plus en plus de citoyens ont du mal à vivre avec ce poids sur la conscience. Ils ont donné à leur malaise un nom : le flygskam. Littéralement, la « honte de prendre l’avion ». Alors, c’est clair, pour leurs prochaines vacances, les « flygskameurs » prendront le train.

Touristagram : le tourisme de masse 2.0

Alerte ! Instagram nuit gravement aux plus beaux endroits de la planète. Un influenceur géolocalise sa photo, et c’est la « touristagram » qui s’abat sur les spots de rêve. Les hordes aussi veulent poster leurs photos. En mai 2019, l’Islande a fermé l’accès au magnifique canyon Fjaðrárgljúfur qui apparaissait dans un clip de Justin Bieber ainsi que dans l’ultime saison de Game of Thrones. À Paris, rue Crémieux, on réagit avec humour en raillant ces « touristagrameurs » sur un compte Instagram qui moque leurs poses les plus ridicules.

POUR ALLER PLUS LOIN

> Egocentrique ou engagée : les deux visages de la génération Z

> 5 tendances qui donnent confiance en l’avenir

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

  • Bon à savoir : afin de lutter contre ces ruées de touristes en quête du selfie parfait à poster sur Instagram, le WWF France a mis en place « I Protect Nature », un outil de géolocalisation fictive. Plutôt malin… #iprotectnature