habillage
premium1
premium1
Les frères Winklevoss

Les jumeaux qui ont loupé Facebook font fortune avec les bitcoins

Le 8 déc. 2017

Les frères Winklevoss se sont fait piquer Facebook par Zuckerberg mais cumulent la plus grosse fortune en bitcoins... et pèsent lourd dans le modèle.

Ennemis jurés de Mark Zuckerberg, les jumeaux Winklevoss clament avoir inventé Facebook. Le film qui relate le procès qui les a opposés au fondateur du réseau les a rendus célèbres. Mais aujourd’hui, c’est une autre pépite numérique qui les remet sous les feux des projecteurs

En 2013, alors que le bitcoin ne vaut « que » 120 dollars (contre 15 000 aujourd’hui) et que l’engouement qu’il suscite est plutôt confidentiel, Tyler et Cameron investissent 11 millions de dollars dans la cryptomonnaie.

Un sacré pari à l’époque, mais qui fait d’eux les premiers milliardaires en bitcoins au monde.

Derrière cet investissement massif, un objectif bien précis : créer un fonds côté en bourse dédié au Bitcoin.

Pour le moment, la SEC (Securities and Exchange Commission) a refusé le projet, en raison de l’absence de régulation actuelle sur le marché. « La Commission considère (…) que la proposition n’est pas conforme à l’Exchange Act, qui exige, entre autres, que les règles d’une bourse nationale d’échange de valeurs mobilières doivent être conçues pour prévenir les pratiques frauduleuses et les manipulations, et pour protéger les investisseurs et l’intérêt public », peut-on ainsi lire dans une déclaration de l’organisme. Cette décision avait provoqué une légère chute de la valeur du bitcoin.

Si les deux frères sont bien décidés à persévérer, leurs ambitions inquiètent certains. « Si leur projet n’aboutit jamais, ils pourraient très bien choisir de tout vendre et cela créerait une onde de choc dans le système », nous explique un ancien détenteur de bitcoins. « C’est une hypothèse : mais si deux hommes qui possèdent autant de bitcoins abandonnent leur fortune, le signal envoyé sur le marché sera très fort, et ça mettrait le bazar. Le problème c’est que c’est un système décentralisé en théorie, mais qui le reste tout de même en termes de pouvoir ».
Yassir Kazar, président de Yogosha, n’est de son côté pas alarmé et ne croit pas à cette théorie. « Connaissant les personnages et leurs parcours, je pense que leurs ambitions vont plutôt définir une tendance : ce sont des pionniers, et que leur projet aboutisse ou non, d’autres vont s’en inspirer et essayer à leur tour. La bourse devra accepter les cryptomonnaies à un moment donné ».
Affaire à suivre… car on connaît la pugnacité des deux frères envers ceux qui « s’inspirent » d'un peu trop près de leurs idées…
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.