Emploi et insertion des jeunes : sortir de l’impasse

Emploi et insertion des jeunes : sortir de l’impasse

© Christopher Campbell

Les crises à répétition, et notamment celle liée à la pandémie de Covid-19, ont eu un impact fort sur l’emploi des jeunes. Comment lutter contre le fléau du chômage qui touche particulièrement cette catégorie de population ? Quels dispositifs mettre en place pour les aider à s’insérer professionnellement ?

Popsi”, pour politiques sociales innovantes. Si le terme peut prêter à sourire, le sujet est on ne peut plus sérieux. Et a fait l’objet d’une journée d’échanges le 30 novembre 2022. À l’initiative de la direction des politiques sociales de la Caisse des Dépôts, l’évènement était dédié à la jeunesse. L’occasion d’échanger des expériences et de proposer des solutions aux multiples défis auxquels les plus jeunes d’entre nous sont confrontés.

Des dispositifs efficaces à renforcer

La crise économique résultant de l’épidémie du Covid-19 et du confinement a eu des effets particulièrement douloureux sur des jeunes déjà en proie à bien des difficultés. Au cours des échanges, le ministre du Travail, du Plein emploi et de l'Insertion, Olivier Dussopt, a affirmé être conscient de la situation. Et n’a pas hésité à rappeler que le gouvernement a souhaité moderniser ses actions en faveur des jeunes pour obtenir de meilleurs résultats. Les années précédentes, 12,5 % des 15-29 ans se retrouvaient sans emploi et sans formation, et ce taux est passé à 15 % pendant la crise du Covid-19. L’une des premières réponses du gouvernement ? Le désormais fameux dispositif 1 Jeune, 1 Solution lancé dès l’été 2020, qui réunissait sur une seule application toutes les solutions en faveur de la jeunesse.

Ce programme reposait sur trois moyens d’actions :    

  • Faciliter l’entrée dans la vie professionnelle, avec notamment des compensations de charges pour tout jeune nouvellement recruté et une aide exceptionnelle pour le recrutement d’un alternant de moins de 18 ans.
  • Une orientation et une formation vers les secteurs et métiers qui embauchent grâce à 100 000 nouvelles formations qualifiantes ou pré-qualifiantes proposées aux jeunes sans qualification ou en échec dans l’enseignement supérieur.
  • Des parcours d’insertion sur mesure pour les jeunes sans emploi ni formation, notamment par le renforcement des dispositifs Parcours Emploi Compétences (PEC) et Contrat Initiative Emploi (CIE) et l’augmentation du dispositif Garantie jeunes qui permettait un accompagnement intensif, une mise en situation professionnelle et la perception d’une allocation lors de la durée de formation.

Ce dispositif important, qui concentre près de 9 milliards d’euros de budget, a obtenu des résultats très encourageants. Les actions combinées du développement de l’insertion professionnelle par la formation, l’apprentissage et l’alternance ont permis que le taux d’emploi des 15-25 ans atteigne aujourd’hui 67,8 %, ce qui constitue un record depuis 30 ans. Désormais, ce sont 100 000 jeunes de plus embauchés chaque année.

De nouvelles actions pour l’avenir

Fort de ces résultats, l’État souhaite prolonger cet élan et donner plus d’ampleur à ces dispositifs qui semblent faire leur preuve en appuyant sur trois leviers :

  • La formation initiale, qualifiante, avec l’objectif ambitieux d’atteindre 1 million d'apprentis en 2027. Ils étaient 320 000 avant la crise du Covid-19 en 2018, et sont environ 800 000 en 2022. Un effort important, sur lequel le gouvernement affirme mettre les moyens.
  • Une réforme des lycées professionnels et une refonte des offres de formations, pour mieux préparer aux métiers de demain.
  • Développer les programmes "Engagements jeunes" pour apporter des solutions aux jeunes sans emploi ni formation. Ce dispositif, qui remplace la Garantie jeune depuis le 1er mars 2022, fixe à 300 000 l’objectif du nombre de contrats signés.

Du côté des perspectives, le ministère du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion souhaite également développer très largement le mentorat, via son programme 1 jeune, 1 mentor, qui mobilise déjà les entreprises et les associations. Près de 100 000 contrats de mentorat ont vu le jour en 2021, et l’objectif est que 200 000 jeunes puissent bénéficier de ces actions de mentorat en 2022.

Développer des dispositifs pour davantage d’emploi

Au-delà de l’existant, d’autres dispositifs permettraient de développer davantage l’emploi des jeunes. C’est la conviction d’Éric Lombard, le directeur général de la Caisse des Dépôts qui a profité de la journée Popsi pour les présenter. Parmi eux, un meilleur ajustement entre offre et demande de travail des jeunes, citant comme exemple le département de la Vendée, qui recherche activement à embaucher, et ainsi diriger les offres de formations et de dispositifs divers prioritairement vers les régions qui embauchent.

Innover sur la mobilité régionale

Si la Vendée cherche activement à embaucher, elle ne rencontre pas forcément l’intérêt des jeunes. Pour faciliter la mobilité de l’emploi, il faut aussi que le logement ne soit pas vu comme un obstacle. Pour répondre à cette problématique, des logements sociaux particuliers, par exemple des studios, pourraient être mis à disposition des jeunes qui souhaitent s’insérer dans l’emploi en provenance d’autres régions.

Ajuster les formations au niveau régional

L’action de la Caisse des Dépôts en matière de formation s’effectue largement grâce à Mon Compte Formation, un dispositif dont le vecteur est principalement numérique. Il permet de mettre en relation les emplois avec les offres de formations selon la zone géographique. Ce lien entre les emplois disponibles et le territoire permet de proposer instantanément des offres de formation adaptées à l’emploi. C’est une tendance qui devrait se poursuivre et être renforcée tant les évolutions technologiques et la mondialisation modifient en continu les compétences recherchées par les entreprises.

Renforcer les liens intergénérationnels

Des perspectives autour du lien intergénérationnel sur le numérique ont également été esquissées. Certaines start-ups se sont déjà saisies de la problématique. CLIC&MOI développe par exemple une solution intergénérationnelle pour favoriser l’accès à l’informatique pour tous. Des aînés peu à l’aise avec le numérique peuvent faire appel à des jeunes pour combler leurs lacunes et les accompagner dans leurs démarches, en échange d’une rémunération.        

Autant d’idées et de dispositifs qui permettent déjà, et permettront demain, de faciliter l’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi. Reste à tirer les leçons de ce qui fonctionne. Pour les observateurs, les clés de la réussite sont à trouver dans le fait de sortir des silos, de mobiliser une action collective et d’articuler ensemble l’accompagnement, la formation et la mobilisation des entreprises. Une bonne feuille de route à suivre pour les années qui viennent.


commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire