habillage
premium1
premium1
Des gants connectés au service des activistes

La tech se met au service des activistes

Le 14 déc. 2017

Sur le terrain des manifestations, la tech a souvent donné l'avantage aux forces de l'ordre. Le studio steady a imaginé une collection destinée à celles et ceux qui protestent.

Non, la tech n’est pas toujours très friendly avec ses users. En ce qui concerne les manifestants-antes, elle peut même s'avérer franchement hostile.
La designer Celine Setiadi s’est intéressée à leur sort en imaginant pour eux une série d’objets pacifistes et connectés.

Pour ce faire, elle s’est prêtée à la méthodologie classique du design thinking : définition précise des attentes de la cible, freins rencontrés, recherches des tendances, scénario d’usage... Et le résultat est plutôt convaincant !

En premier lieu, Celine Setiadi a isolé certaines valeurs communes aux activistes - la spontanéité, l’ingéniosité, la capacité de mobilisation et le besoin d’utiliser les réseaux sociaux - ainsi que les obstacles à lever - la confrontation aux méthodes déployées par les forces de l’ordre, la censure, et la surveillance liée aux données.

Le constat est clair : si les forces de l’ordre sont de mieux en mieux équipées (drones, caméras de surveillance et autres brouilleurs internet), les manifestants-antes sont contraints-aintes d’utiliser les réseaux radio mesh plutôt que les accès internet, et de bidouiller des équipements en détournant les objets du quotidien.

Alors que les manifestations se multiplient aux Etats-Unis comme ailleurs, Celine Setiadi pense qu’il est important d’aider ces voix à s’élever et de porter les discours avec des outils spécialement conçus. S’il ne s’agit ici que de prototypes, on imagine aisément une déclinaison IRL.

Au programme : une caméra bluetooth capable de diffuser en live et de façon anonyme une manifestation, des gants qui s’illuminent lorsque les participants-antes se prennent la main afin de pousser l’intensité visuelle d’un mouvement, et une application fonctionnant via les ondes radio mesh pour permettre aux activistes de se retrouver par causes, par exemple.

« Notre génération est caractérisée par un désir de révolte, de démocratie, et de justice sociale », explique Celine Setiadi. Tacler les injustices par l’activisme, « qu’il s’agisse de protestations pacifistes ou violentes, de grèves de la faim, ou d’occupation de lieux publics », est devenu un combat pour de nombreuses communautés. « Quelles que soient les revendications, les masses sont plus bruyantes face à l’autorité. Il leur faut des solutions adaptées ! »

Alors, les activistes sont-ils une cible marketing comme les autres ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.