habillage
premium1
premium1
Tendance : pourquoi la mode de seconde main rencontre-t-elle un tel succès ?
© Cottonbro via Pexels

Tendance : pourquoi la mode de seconde main rencontre-t-elle un tel succès ?

Le 22 janv. 2021

Plus écolo, moins chère... la mode de seconde-main fait son grand retour et c'est normal : elle coche toutes les cases des attentes des consommateurs. Et c'est particulièrement vrai chez les jeunes. On fait le point.

Dépenser moins

Trouver des chaussures pour ses pieds et un manteau pour l’hiver, OK, mais pour pas trop cher... Selon une étude Kantar, 69 % des acheteurs d’articles de mode de seconde main cherchent la bonne affaire, et c’est là leur première motivation (source : Les achats de textile seconde main, Kantar 2020). Et ils ont raison, car 72 % des vendeurs sur leboncoin préfèrent pratiquer des prix tout petits, quelques euros, leur objectif étant de se séparer rapidement de biens dont ils n’ont plus l’utilité (source : leboncoin). 

Vendre pour financer ses achats

Le succès du boncoin repose sur l’agrégation en ligne d’échanges informels à la cool entre particuliers : les ventes en mode vide-grenier ou ces petits trocs qui se pratiquaient gratos entre amis. Pourquoi donner à cousine Caroline les barboteuses en 3 mois de junior, quand leur revente en ligne peut financer l’achat des salopettes taille 6 mois ? Les ados ont capté l’astuce : avec la seconde main, ils apprennent à autofinancer leurs dépenses mode en achetant des articles – neufs ou pas – avec le fruit de leurs ventes. Un cercle vertueux, donc, qui fait que les acheteurs – 15,1 millions – sont presque aussi nombreux que les vendeurs – 18,7 millions de Français (Source : Kantar). 

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par leboncoin (@leboncoin)

Acheter plus

Payer moins cher, OK, mais pour acheter plus, beaucoup plus. C’est le principal plaisir pour 37 % des consommateurs de mode de seconde main (Source : Kantar). Et la tendance est particulièrement notable chez les 25-34 ans. « Ils ont transposé les comportements de surconsommation du neuf sur le marché d'occasion », confirme Hélène Janicaud, Business Unit Director – Fashion Insights chez Kantar, avec toutefois l’adoption de certains comportements nouveaux, comme l’achat par lots, voire au kilo, surtout sur les vêtements pour enfants. Côté réseaux sociaux, les fashionistas ont fait du OOTD, à traduire par « Outfit of the day », soit « tenue de jour », un hashtag indétrônable.  Sur Instagram, cette manie de partager son look quotidien représente plus de 340 millions de publications (loin devant le #Sport et ses 91 millions publications). Avec 1 100 000 vidéos et 13,7 milliards de vues, #Ootd est également très populaire sur TikTok (source Visibrain). Conséquences ? Un besoin accru de faire tourner sa garde-robe en achetant et revendant vite... 

Gagner des sous

Les plus motivés le savent. Le marché du vintage peut être carrément lucratif. Les sacs à main de luxe, par exemple, ont des rendements parfois supérieurs à ceux de l’or. Le sac Constance d’Hermès a vu sa valeur multipliée par 10 entre 2006 et 2018, avec un prix record de 40 118 euros atteint en 2015 pour un modèle en crocodile noir, tandis que le Timeless de Chanel se revend quatre fois plus cher ancien que neuf. Côté sneakers, même constat. En juillet 2019, Sotheby’s a adjugé une paire de baskets Nike « Moon Shoe » de 1972 à 437 500 dollars. Et certains vêtements connaissent le même sort. En septembre 2020, un sweat à capuche Supreme cosigné avec Louis Vuitton est parti, chez Sotheby’s encore, à 6 048 dollars, loin des 935 dollars de son prix neuf trois ans avant.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Vinted (@vinted)

Limiter le gaspillage

Choisir une mode moins polluante ! C’est le critère qui monte en flèche chez les consommateurs. Aujourd’hui, 46 % des consommateurs de seconde main le revendiquent, soit + 10 points comparé à 2019 (source : Kantar). Si la fast fashion sent les excès du monde d’avant à plein nez, c’est que son bilan carbone est juste cata. Au niveau mondial, la mode émet 2 % des émissions globales de gaz à effet de serre, et serait responsable de 20 % des eaux usées.

Afficher un style unique

Pour nous faire passer d’un look à l’autre, l'industrie de la mode a inventé l'obsolescence esthétique programmée. Mais les vrais amoureux du style revendiquent d’imposer leur tempo et leur vision personnelle du beau. Pas question de se soumettre bêtement aux diktats décidés par quelques-uns. Avec le vintage, ils se régalent. Ils travaillent leur silhouette unique et inimitable avec des exigences maniaques, célèbrent la créativité des mélanges, et vouent un culte aux matières et aux lignes qui tiennent dans la durée. Pour eux, le shopping n’est plus une activité compulsive mais un loisir d’esthète, prêt à chasser la pièce rare dans les bacs les plus improbables.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Frusques vintage (@_frusques)

Autre signal : désencombrer ses placards

Faire place nette pour s’entourer uniquement d’objets qui provoquent chez nous une étincelle de joie... l’esprit minimaliste de Marie Kondo a fait des émules. Cette entrepreneuse japonaise a bâti sa renommée internationale sur ses conseils de d’ordonnancement de nos fonds de tiroir et penderies. L’art du rangement, la série que lui a consacrée Netflix en 2019, a remporté un tel succès qu’aux États-Unis les friperies ont constaté une explosion des dons.


Cet article fait partie d'un dossier consacré à la mode vintage, qui sera à retrouver dans la prochaine revue de L'ADN.

Pour en savoir plus sur le sujet, découvrez  le replay de notre émission dédiée :

Béatrice Sutter - Le 22 janv. 2021
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  • Tendance : pourquoi la mode de seconde main rencontre-t-elle un tel succès ?
    La pauvreté, le manque de sous, la dictature du régime ? La peur du virus de la peur du régime ?

  • Merci pour cette tentative d'expliquer pourquoi la mode de seconde main rencontre un tel succès. Bien à savoir qu'il est parfois possible de gagner plus avec la vente des sacs à main de luxe qu'avec de l'or. Je vais donc essayer de vendre quelques-un de mes vêtements de luxe pour gagner de l'argent.