La statue du taureau de Wall Street

Les plateformes de seconde main à l’attaque de Wall Street

© Lloyd Blunk via Unsplash

Poshmark, StockX, ThredUP… les applis de revente d’articles de seconde main se lancent en bourse.

Une IPO par-ci, une IPO par-là. En ce moment, à Wall Street, c’est comme s’il en pleuvait. On y trouve des poids lourds de la tech du style Airbnb, Deliveroo, son concurrent américain Doordash ou encore Bumble. Mais aussi des plateformes de seconde main qui connaissent un véritable boom.  

Le Vinted californien à l’assaut de la bourse

En France, l’app lituanienne Vinted règne en maître sur le marché. Mais outre-Atlantique, le chouchou des penderies s’appelle Poshmark. Jeudi 14 janvier, la plateforme née en Californie a démarré en l’année avec une introduction en bourse. Un succès pour l’appli dont les actions ont culminé à 140% du prix initial portant la valeur de Poshmark à 7,5 milliards de dollars. Cette IPO était à l’origine prévue en 2019 avant d’être retardée puis finalement boostée par la pandémie. Et Poshmark ne devrait pas être la seule marque a en profiter.

Tous à Wall Street !

De tendance de niche à véritable mode de vie, la seconde-main est devenue un mode de consommation à part entière qui attire désormais les investisseurs. En octobre, Crunchbase annonçait que ThredUp, une autre plateforme de revente, avait entamé des démarches d’IPO en déposant une déclaration d’enregistrement confidentielle.  

Côté sneakers, la plateforme StockX a levé 275 millions de dollars en décembre dernier, ce que les analystes considèrent comme un « comportement pré-IPO » , indique VogueBusiness.

Premier arrivés, premier servis ?

Ces IPO en pagaille indiquent une certaine urgence à se lancer dans le grand bain de la bourse. À la faveur de la pandémie, la consommation de seconde main qui grimpait de plus en plus s’est installée durablement dans nos mœurs. C’est donc le moment idéal pour se lancer, comme l’affirme Navin Chadha, directeur général de la société de capital-risque Mayfield Fund qui fait partie des premiers investisseurs de Poshmark. Mais surtout, toutes les marques ont bien compris qu’il fallait s’y mettre. Burberry, Stella McCartney et Gucci se sont déjà associées à TheRealReal pour développer leur propre service de seconde main. Pour les plateformes vintage, c’est maintenant ou jamais.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.