Une femmr en tenue de mariée avec un casque de RV sur la tête derrière un personnage de manga

Les otome games, ces jeux qui permettent d'épouser son personnage de fiction préféré

© Barbara Zandoval via Unsplash

« Oui, je le veux. » Pourquoi dire oui à un quidam quand on peut dire oui à son personnage de manga préféré ?

Le mariage traditionnel n'a plus la cote. Pour les plus jeunes, le mariage est tout simplement trop cher ou non-conforme à leurs nouvelles aspirations. Aujourd'hui, on préfère parfois dire oui à son best friend ou convoler en trouple (en couple à trois) plutôt que de passer devant le maire. Au Japon aussi, les mariages sont au point mort. En 2020, ils ont selon The Japan News atteint des taux aussi bas que durant la Seconde Guerre mondiale... Et pendant ce temps, nos envies d'évasion sont plus prégnantes que jamais. Via le métavers ou grâce à des pratiques comme le quantum jumping, rejoindre une dimension parallèle peut paraître plus désirable que se coltiner le réel... Ce n'était donc qu'une question de temps avant que les mariages se téléportent dans l'univers de la fiction.

C'est quoi les otome games ?

C'est notamment le cas avec les otome games (littéralement « jeux pour jeunes filles » ), ces jeux numériques nippons conçus à destination d'un public féminin plutôt jeune. La fonction de ces jeux téléchargeables sur smartphone ou console ? Offrir « des gammes de partenaires désignés sous le nom d’ikemen (beaux gosses), conçus pour répondre aux besoins émotionnels des utilisatrices qui communiquent avec eux par le biais d’écrans tactiles », explique The Conversation. Au programme : romantisme sucré et dialogues fleur bleue tirant parfois sur le soft porn.

Et la formule fait fureur : en témoigne les revenus brassés par les 400 firmes japonaises qui se partagent le marché, revenus atteignant les 80 milliards de yens (608 millions d’euros) en 2020. Parmi ces sociétés, l'entreprise nippone Voltage, éditrice de mangas et jeux vidéo, qui toujours selon The Conversation rassemblait dès 2019 plus de 70 millions d'utilisatrices dans le monde.

Elle a dit oui à son oshi, son personnage préféré

Mais quand les échanges numériques affriolants ne suffisent plus, certaines passent le cap et orchestrent leur mariage avec leur personnage de fiction favori. C'est le cas de Yuko, 25 ans. Vêtue d'une volumineuse robe blanche, elle a épousé Shizuo Heiwajima, un personnage phare de la franchise Durarara !!. Tenue dans un hôtel de luxe décoré pour l'occasion, la cérémonie (qui n'a aucune valeur civile, rappelons-le) a eu lieu le jour de l'anniversaire de Shizuo, représenté le jour J par une figurine en carton grandeur nature.

Photos partagées sur Twitter par Yuko

Cette cérémonie n'est pas la première du genre, et sans doute pas la dernière. Des agences se lancent dorénavant sur ce créneau de niche, à l'instar de AIM. Cette dernière organiserait jusqu'à 30 mariages certains mois, parfois même façon joshi-kai ( « fêtes de filles » ) pour des mariages groupés entre copines. De son côté, Voltage a développé en 2018 un service proposant d’épouser son oshi en réalité virtuelle, sur fond de soleil couchant. Attention toutefois à ne pas réduire la tendance à une simple envie de fuir la réalité. Pour les autrices Agnès Giard et Cécile Guillaume-Pey, les choses sont plus complexes qu'il n'y paraît. Elles expliquent pour The Conversation : « Il serait réducteur de penser que les filles se contentent de "fuir" la réalité, tout autant qu’elles "fuiraient" leur devoir en refusant de devenir épouses et mères. Une telle analyse ne saurait rendre compte du potentiel extraordinairement fécond de leurs pratiques. »

Crédit photo : Voltage
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.