Le confinement ou la revanche du DIY (et du pain)

Pain, cosmétiques, activités pour les enfants... la tendance du « fait maison » explose pendant le confinement.

Confinés, les Français ne passent plus leur temps dans les transports. Magasins, cinémas, musées et tous les lieux de loisirs sont désormais inaccessibles. Résultat : nous profitons de plus de temps libre. D’après une étude YouGov pour L’ADN, 70% des Français déclarent avoir plus de temps à consacrer aux activités de loisirs pendant le confinement. Même ceux qui ont des enfants, et qui doivent parfois combiner télétravail et école à la maison, semblent approuver. Il faut donc trouver à s’occuper tout en restant entre quatre murs.

Il n’a jamais été aussi utile de savoir faire quelque chose de ses dix doigts

Parfois vue comme une tendance de « bobos-écolos » ou de « déconsommateurs à la marge », le Do-It-Yourself profite d’un véritable élan en cette période exceptionnelle. Depuis qu’ils doivent rester chez eux pour limiter la propagation du virus, 40% des Français indiquent faire plus d’activités DIY. Pour les familles avec enfants, le chiffre monte à 48%. Que ceux qui ont peur que les enfants passent leur temps devant les écrans se rassurent.

Cette envolée du « fait maison » est majoritairement conjoncturelle. À tous niveaux, le confinement a bousculé notre rapport au temps. Pour près de deux tiers des Français, ce temps « supplémentaire » leur permet de se consacrer davantage aux activités DIY. En outre, les loisirs « faire soi-même » sont dans certains cas, une nécessité. Il s’agit de palier les manques pour 24% des sondés qui se remontent les manches car leurs magasins habituels sont fermés et pour 20% qui ne trouvent plus certains produits en magasin.

Pour d’autres, la démarche est plus profonde. La crise, sanitaire mais également socio-économique, est l’occasion de revoir nos pratiques de consommation. Une motivation qui pousse près d’un tiers des Français à se mettre au DIY.

La farine, l’or blanc du confinement

Les Français restent chez eux et font « maison ». Mais que font-ils au juste ? La création de jeux et activités pour les maisons occupent 34% des sondés. Certains préfèrent la salle de bain et se lancent dans la fabrication de produits d’hygiène et de cosmétiquesPénurie de gel hydroalcoolique oblige, on a vu beaucoup de recettes maison tourner sur le Net. Enfin, la couture occupe 20% des Français. Une précédente étude YouGov indiquait que 7% des Français avaient confectionné leur propre masque de protection. Mais la gagnante incontestable de l’opération confinement, c’est la cuisine. Quatre Français sur cinq se sont tournés vers les fourneaux en période de confinement.

Après la ruée sur les pâtes et le papier toilette, c’est donc au tour de la farine de manquer dans les rayons des supermarchés. D’après Wired, la farine et les pépites de chocolat seraient en rupture de stock sur Amazon aux USA. D’après les données Google Trends, on observe un nombre très supérieur à la normale de requêtes pour « faire du pain », avec des pics notables le week-end.

Les fourneaux, la thérapie anti-stress de la pandémie

Sur Twitter, la tendance amuse et les internautes s’en donnent à cœur joie.

Mais la tendance pourrait être plus sérieuse qu’il n’y paraît et nous permettre de ne pas succomber au stress et l’angoisse. Interrogée par Wired, Julia Ohana, fondatrice de Culinary Art Therapy, vante les bienfaits de la cuisine pour notre santé mentale. « Faire de la cuisine ou de la pâtisserie demande un vrai effort de pleine conscience, pour faire abstraction de tout ce qui se passe autour et être présent sur le moment, » explique-t-elle. Pratique pour ceux qui préfèrent avoir des cookies pour le goûter que de faire une séance de méditation.

Jacquelin Gollan, professeure de psychiatrie à l’université de Northwestern, nuance le propos. Elle rappelle qu’il faut faire attention à ne pas tomber dans une stratégie d’évitement et dans un cercle vicieux de procrastination. Tout est une question de dosage, donc. Comme pour faire un gâteau.

À lire aussi

Ce site utilise Google Analytics.