Elle Faning et Dua Lipa en tenue d'époque

Royalcore : la tendance qui veut nous faire vivre un conte de fées à base de diadème, trône et sceptre

Dans un nuage d'opulence et de paresse élégante, les internautes vivent leur meilleure vie de reine fastueuse et raffinée.

Poses régaliennes, accessoires dignes de Marie Stuart et tenues de contes de fées. L'esthétique Royalcore qui prend d'assaut les réseaux revisite l’esthétique cottagecore – celle qui nous faisait battre la campagne, cueillir des champignons en robe à carreaux et lire un livre parcheminé auprès du poêle – et la passe à la sauce Guenièvre à Camelot.

Alors, c'est quoi la tendance Royalcore ?

Exubérante, fantasque et luxueuse, l'esthétique Royalcore fétichise la royauté européenne, mixant à loisirs Belle Époque, période élisabéthaine et vagues imageries médiévales ambiance légendes du Roi Arthur. Sur les réseaux, fleurissent donc des imitations d'Anne Boleyn, Madame de Pompadour et Marie-Antoinette (Vous reprendrez bien un peu de gâteau?) accompagnées de hashtags royaux : #marieantoinette, #victorian, #history. Et puis surtout #bridgerton...

La série La Chronique des Bridgerton diffusée fin 2020 sur Netflix avait déjà remis au goût du jour la Régence anglaise, donné son nom à une couleur (« Bridgerton blue ») et fait exploser les recherches de vêtements d'époque. Depuis, la tendance ne désenfle pas.

Sur TikTok, le #royalcore frôle les 244 millions de vues, mêlant les tenues de soirées évoquant la prom night ratée aux reproductions historiques les plus sophistiquées et fidèles.

@asta.darling

#grwm in an 1850s winter ballgown #victorian #makeitmagical #festivefashion #victorianfashion #costume #hellowinter #costumes

♬ Here We Come a Wassailing - Acoustic Christmas Music Mandolin Christmas

Rendez-vous sous le monoptère

Sur les réseaux, on ne se contente pas de porter des robes à crinoline. Certaines activités sont aussi très en vue : se promener dans une roseraie au lever du soleil, lire de la poésie à l'ombre d'un monoptère, écrire de longues lettres à la plume, languir sur un divan rebondi aux couleurs fanées, boire du thé, folâtrer dans l'herbe et rêver d'aller au bal... En gros, tout ce qui permet de jouer à la dinette et de se prendre pour Marie-Antoinette version Sofia Coppola peut faire l'affaire.

Évidemment, les accessoires ne sont pas en reste. Parmi les plus prisés par l’esthétique royalcore : colliers de perles et tapisseries, tableaux anciens et chandeliers, verres en cristal et miroirs dorés rococo, porcelaine fine et livres anciens, à arborer sur une photo format smartphone.

À noter toutefois : l’esthétique ne se veut pas que girly, les princesses troquent parfois leur crinoline contre une épée. Et le Royalcore existe aussi dans une version plus sombre et tourmentée, flirtant avec le baroque, le gothique et les références au roman Dracula de Bram Stoker.

Royalcore sur les réseaux

Il n'y a pas que sur TikTok que se déploie l'esthétique. Sur Youtube, les compilations de saynètes Royalcore mélangeant scènes de films (The Duchess avec Keira Knightley), séries (Reign, Les Tudors...) et créations TikTok se disputent la place avec de longues vidéos d'ambiance superposant musique classique et scènes de bal.

Sur Pinterest comme sur Instagram (où le #royalcore cumule quelques 46 500 vues), les internautes proposent des images plus léchées mais tout aussi fantasmagoriques de type lookbook, empruntant parfois quelques pièces à des marques contemporaines. Et Reddit n'est pas non plus à la traîne : sur le subreddit Royalcore rassemblant quelques centaines de wannabe royals, on échange version de la chanson Titanium jouée à la harpe, clichés d'appartements napoléoniens et débats sur les différentes ères de la royauté.

Pourquoi un tel engouement ?

Raréfaction des ressources, milliardaires qui s'en mettent plein les poches (selon un rapport Oxfam, la fortune des milliardaires a davantage augmenté depuis le début de la pandémie qu’en une décennie) et surpopulation... Nos rêves d'opulence sont bien mis à mal. Entre la pandémie, le réchauffement climatique et les explosions colériques au supermarché, on ne peut pas vraiment dire que notre quotidien baigne dans le féérique...

Encore une fois, tout les moyens sont bons pour échapper à la réalité. Du quantum jumping aux robes à crinoline, faites votre choix. Ou pas.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.