Un couple en train de faire du roller

Dry dating : en 2022, le dating aussi passe au sans alcool

© powerofforever

Cette année, on drague à sec : les rendez-vous galants seront à base de jus d'orange et grenadine.

Au printemps dernier, on vous racontait que le monde entier attendait l'été pour s'adonner à une immense orgie. Loin du FODA (fear of dating again, la peur de faire des rencontres amoureuses), les célibataires affichaient sur les réseaux leur envie de s'en donner à cœur joie une fois vaccinés et sortis du confinement. Quelques mois plus tard, ces folles velléités ont laissé place à des ambitions plus tièdes : le dry dating.

C'est quoi le dry dating ?

Le dry dating, ou le fait de ne pas boire d'alcool en date (ou rencard si vous préférez) ferait de plus en plus d'adeptes. Cette année, il n'y aura donc pas qu'en janvier que l'on renoncera à l'alcool : pour de nombreux Z et millennials, 2022 tout entier sera placé sous le signe du Dry January, ce challenge proposant de ne pas ingérer une seule goutte alcoolisée en janvier. (Sur TikTok, le challenge fait déjà quelques 47,6 millions de vues...)

D'après le rapport prédictif de l'application de rencontre Bumble, 54 % des sondés se déclarent plus « mindful » (conscients) par rapport à la manière dont ils organisent leur rendez-vous amoureux, ce qui impacterait aussi directement ce qu'ils consomment avec leur match. L'objectif : garder la tête froide et être bien au clair sur ce que l'on souhaite vraiment. (Reconnaissez que si vous devez enchaîner les caïpirinhas avec Olivier pour ne pas qu'il vous ennuie mortellement, il vaut peut-être mieux passer votre chemin.)

Cette tendance dating ne ferait que refléter une mouvance de fond : en trois ans, la moyenne nationale des personnes buvant a diminué de 5 % aux États-Unis selon un sondage Gallup.

@david.lutman

Are you ready for dry dating? @the Drew Barrymore show #dating

♬ Love Grows (Where My Rosemary Goes) - Edison Lighthouse

Pendant ce temps, le grand retour de la cigarette ?

« T'as pas une clope ?  »

Voilà une phrase délicieusement vintage. Depuis quelques années, la cigarette était tombée en disgrâce, surtout chez les plus jeunes. D’après un sondage*, les jeunes fument de moins en moins : en 2017, près de 6 adolescents sur 10 avaient déjà expérimenté le tabac, soit 59 % d’entre eux, 18 points de moins qu’en 2000...

De manière un peu contre-intuitive, et alors que la consommation d'alcool décroit, la cigarette revient. C'est ce qu'explique une journaliste du New York Times, notant que l'on (re)fume aujourd'hui aussi bien IRL que sur les réseaux.

Plusieurs éléments expliqueraient ce revival. D'abord, les jeunes seraient avides d’activités à pratiquer ensemble. Partager un briquet, échanger du tabac contre du papier, s’emmitoufler dans son écharpe et braver le froid pour aller en griller une...

En outre, la pandémie aurait accentué notre perspective fataliste : nous allons tous mourir, fumer tue, autant fumer... « Nous avons tous plus au moins envie de mourir, a rapporté Ryan, assistant d'agent Angelino de 25 ans, au New York Times. On regarde vers le nord et on voit des incendies, le sol tremble sous nos pieds, et on nous dit que les eaux montent... Alors on se demande : qu'est-ce que ça va changer ?  »

Dernier facteur contribuant au retour de la cigarette, le grand come-back des années 80. Sur les réseaux, l'esthétique paillette-épaulette fait un retour fracassant, et quel meilleur accessoire pour accompagner l'ambiance eighties qu'une cigarette répandant ses volutes de fumée ? En 2022, le dry dating s'accompagnera-t-il donc d'une Lucky Strike ? Peut-être bien.

Méthodologie : sondage mené par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies, réalisé en 2019 sur plus de 46 000 adolescents âgés de 17 ans.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.