Une fille et un garçon dans un appartement devant un sapin de Noël

Comédies romantiques, films de Noël... Internet passe au crible les tropes de nos chefs-d'œuvre préférés

© Holidate via Netflix

Les tropes des films de Noël, c'est un peu la sensation d'enfiler une vieille paire de chaussons confortables. Pas forcément top qualité, mais pas question de s'en passer.

Triangle amoureux, coup de foudre, frenemy... les romcoms que l'on aime revoir en fin d'année regorgent d’archétypes et situations parfois téléphonées que l'on aime retrouver. C'est aussi le cas d'Internet, qui se plaît à les baptiser, cataloguer et rejouer en vidéo.

C'est quoi un trope ?

Anglicisme utilisé dorénavant partout sur les réseaux, un trope désigne une convention de narration, un archétype en tout genre, que cela soit une catégorie de personnage, un type de retournement de situation, ou encore un ensemble de ressorts et dispositifs propres à un genre, que l'on parle science-fiction, romans de fantasy ou films de Noël...

Comme l'explique le site TV Tropes qui s'amuse à recenser ces dispositfs dans les films et séries télé, les tropes sont le moyen par lequel « une histoire se raconte par quiconque à une histoire à raconter. »

Quelques exemples de tropes célèbres pour bien comprendre : The Chosen One ou L'Élu (ex  : Matrix, Harry Potter...), l'Insta-Love, (l'amour immédiat) très présent dans la littérature YA - pour Young Adult (ex : Twilight, Roméo et Juliette...), ou encore Woman in Refrigerator (la femme dans le frigo, terme forgé en 1999 par la scénariste américaine Gail Simone), que l'on retrouve souvent dans les comics qui ne passent pas le Bechdel Test et qui décrit ces situations où l'assassinat ou viol de la femme aimée (fille ou amante) en tout début de narration lance le héros dans une spirale vengeresse (ex : Gladiator, Braveheart, Taken...) À noter : il est possible de retrouver la liste non exhaustive de ces femmes violentées sur le site du même nom.

via GIPHY

Attention, un trope est différent d'un cliché, comme le souligne encore TV Trope : « (les tropes) peuvent être tout neufs mais paraître banals et éculés ; ils peuvent avoir des milliers d'années, mais sembler frais et nouveaux. Ils ne sont pas mauvais, ils ne sont pas bons. Les tropes sont des outils que le créateur d'une œuvre d'art utilise pour exprimer ses idées au public. Il est pratiquement impossible de créer une histoire sans tropes. » À l'inverse, il est possible (voire même recommandé) d'écrire une histoire sans clichés.

Internet adore les tropes

De YouTube en passant par Reddit et TikTok, tout Internet adore décortiquer les tropes, les déchiffrer et les classer par ordre de préférence, et surout décréter lesquels doivent être mis au ban de la pop culture (toi, Woman in Refrigerator ! )

À titre d'exemple, la chaîne Youtube The Take s'attaque à différents archétypes de personnage et les analyse en profondeur, qu'il s'agisse de la girl next door (la fille d'à côté), de la cool girl ou encore du nice guy (le mec sympa).

De son côté, l'autrice de fantasy américaine Jenna Moreci est célèbre pour les « top 10 » (les 10 pires tropes des histoires d'amour, les 10 pires profils de méchants...) proposés sur sa chaîne Youtube et pour ses avis bien tranchés sur les archétypes qu'il est urgent de jeter à la poubelle. (Celui qu'elle abhorre par-dessus tout : from Enemies-to-Lovers, très prégnant dans la littérature YA, qui raconte l'évolution d'une relation passant du statut d'ennemi à celui d'amant. Pour elle, ce trope est à bannir, car toxique pour une audience jeune qui serait trop prompte à croire que si un homme essaie de vous assassiner, c'est qu'en fait il vous aime bien...)

Sur TikTok, on rejoue les scènes des tropes les plus populaires, et notamment ceux des films de Noël (une journaliste trop occupée qui n'a pas le temps pour les relations personnelles, un prince qui tombe amoureux d'une institutrice ou d'une boulangère...) Où retrouver ces délicieuses saynètes : sous le #cheesymovietropes (1,3 million de vues) et le #hallmarkchristmasmovies (48,1 millions de vues), en référence à la Hallmark Channel, chaine télévisée américaine connue pour produire comme dans une usine des films de Noël bourrés de clichés...

@rynnstar

I’m convinced the Hallmark Christmas movie actors are made in a factory #hallmarkchristmasmovies 

♬ original sound - Rynn

Enfin, Reddit n'est pas en reste avec le subreddit r/HallmarkMovies créé en 2016 et comptant quelques 5000 membres. Ces derniers aiment à discuter tropes et films de Noël, tant et si bien que leur tropes préférés ont servi à établir un classement des meilleurs tropes repris par la presse...

Top 5 des tropes des romcoms de Noël

Pour les redditors, les choses sont claires, certains tropes sont devenus des incontournables. Voilà quelqu’un de leurs favoris... (Spoiler : le fil conducteur est que le personnage principal tombe amoureux.)

Le retour dans la petite ville natale : pour mener une enquête journalistique à l'angle approximatif, une accro au boulot surmenée qui déteste Noël est forcée de revenir dans la petite ville où elle a grandi. Là, elle redécouvre les joies simples de la vie, rencontre l'amour (un ami d'enfance qui travaille à la quincaillerie du coin) et ouvre une pâtisserie loin du tumulte de New York. (Ex : Un Noël à la maison)

L'amour sous le sapin : célibataire endurcie, elle se fait harceler par ses parents qui ne comprennent pas son célibat. Pour éviter les drames familiaux, elle amène son bestie (ou plan cul) pour jouer le rôle de sa moitié. Entre deux verres de vin chaud, elle finit par tomber amoureuse de lui au son d'un christmas carol. (Ex : Holidate, Love Hard)

Ils rejouent un classique de la littérature : l'histoire reprend le scénario d'un monument de la littérature anglaise (Orgueil et Préjugé, Un chant de Noël...) mais se déroule cette fois sous la neige à Chicago, avec des téléphones portables et des latte Starbucks. (Ex : Rasé...)

Et en fait, c'est une princesse (ou n'importe quoi en rapport avec la royauté) : une serveuse à Philadelphie reçoit un jour une mystérieuse missive calligraphiée lui apprenant qu'elle est en fait l'héritière du trône d'un minuscule pays (dont l'esthétique enneigée et très Vieille Europe rappelle vaguement la Suisse ou la Bavière). À bord d'un jet privé (ou parfois d'un traineau), elle doit au plus vite venir pour faire barrage à un premier ministre cupide et malhonnête qui veut mettre la main sur les finances du royaume. L’héroïne en profitera pour tomber amoureuse lors d'une partie de luge. (Ex : La Princesse de Chicago 1, 2 et 3, A Christmas Prince, Un Noël royal...)

L'héritière du Père Noël : alors qu'elle n'avait rien demandé à personne et menait une vie banale, elle se voit contrainte de reprendre flambeau de son père (le Père Noël) pour sauver les fêtes de fin d'année et rendre le monde meilleur. (Noelle, La fille du Père Noël...)

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.