Image2

Tout pour réussir sur Instagram

Le 23 sept. 2016

Instagram compte désormais 500 000 annonceurs actifs par mois. Regards croisés de professionnels pour réussir sur le réseau social qui monte.

L’image a un impact considérable et ça, Instagram l’a bien compris et profite de ce point de force comme Paris Match a pu le faire à l’époque où « le poids des mots et le choc des photos » marquaient toute une époque. Car la photo reste le moyen le plus impactant de véhiculer un message. Il faut en effet 13 millisecondes à votre cerveau pour identifier une image et en comprendre le sens, l’assimilation se fait 60 000 fois plus vite qu’avec un mot…

Ces shots de messages (plus ou moins esthétiques) directement assimilés par votre cerveau ont rendu accrocs de nombreux utilisateurs qui peuvent aller jusqu’à passer 21 minutes par jour sur Instagram, et poster 100 photos par mois en moyenne. Vous êtes une femme de 25 ans ? Ce chiffre monte à 250 / mois. Au total ce ne sont pas moins de 95 millions de photos et vidéos qui sont partagées chaque jour. Car la photo ne fait pas tout et cela, Instagram l’a bien compris. Le mot d’ordre est désormais à la diversification pour permettre aux utilisateurs de s’exprimer notamment sur la vidéo qui a connu une croissance de 150% sur les six derniers mois.

N’allez plus faire vos vidéos éphémères chez Snapchat puisque avec Stories, Instagram vous propose désormais de faire l’équivalent avec son « me too » : Stories. Une nouvelle brique après les Hyperlapse ou Boomerang. Aujourd’hui être membre d’Instagram, c’est un peu être le propriétaire d’un petit studio créatif aux logiciels gratuits regardé par une potentielle audience de 500 millions de personnes. Rien que ça…

Et l’acquisition soudaine de ce studio jumelé à un média peut faire de belles histoires. C’est par exemple le cas de @aurelycerise femme de 29 ans dans le marketing pharmaceutique le jour et  DA reconnue sur Instagram le soir et le weekend. Présente lors du rendez-vous LE45 By We Are Social, l’influenceuse nous confiait les quelques règles qu’elle s’impose, bien qu’il n’y ait pas de vérité universelle : « premièrement j’essaye de conserver une certaine régularité dans mes posts, au minimum tous les deux jours. J’essaye de créer des rendez-vous, comme par exemple avec ma série « Monday ». J’essaye également de toujours de répondre à l’ensemble des commentaires. Et depuis peu, j’utilise Stories pour montrer les coulisses de mon travail ».

MONDAY.  #thebadmonday

Une photo publiée par Aurelie Cerise (@aurelycerise) le

Transparente dans sa relation aux marques, l’instagrameuse partage ses plus belles collaborations en citant la marque Swatch comme un modèle de collaboration idéal « après m’avoir sollicité, la marque m’a laissée libre de composer, et m’a apporté une visibilité incroyable en exposant mes travaux lors d'un important événement de lancement ».

Car si les marques veulent réussir sur Instagram, il n’y a pas d’autre règle que de se plier à celles de la plate-forme et pour réussir cela Julie Pellet, Brand Development Lead Europe du Sud pour Instagram explique qu’il y a 3 grandes stratégies possibles « Premièrement, en tant que marque vous pouvez transformer votre contenu existant, issu d’un tournage par exemple. Vous pouvez également développer des contenus en collaborant avec les influenceurs de la plate-forme. Et enfin, vous pouvez décider de développer du contenu spécifiquement pour la plate-forme. » Ces typologies de contenus doivent toujours respecter 3 règles « 3 secondes, sans sons et au format carré » explique Julie Pellet, « c’est le meilleur moyen d’accrocher vos audiences en les captivant tout de suite, en comprenant que le son risque d’être absent et en maximisant votre visibilité avec un format carré ».

Et les annonceurs sont de plus en plus friands de la plate-forme puisque jeudi 22 septembre, Instagram annonçait dans un communiqué « que plus de 500 000 annonceurs sont actifs chaque mois sur la plate-forme. En à peine six mois, le nombre d’annonceurs sur la plate-forme a plus que doublé. De plus, depuis le lancement de Business Tools il y a 2 mois, plus d’1,5 millions d’entreprises sont passés à un profil professionnel sur Instagram (…) Les gens viennent sur Instagram avant tout pour découvrir de nouvelles choses, et depuis que nous avons ouvert notre plate-forme à la publicité en septembre dernier, il y a eu plus d’1 milliard d’actions liées aux publicités sur Instagram ».

Et plus la puissance de storytelling d’Instagram sera exploitée, plus les campagnes seront créatives et impactantes. Comme l’explique Sandrine Plasseraud, Présidente et Fondatrice de We Are Social France : «Au-delà de l’image, on peut créer un vrai storytelling sur Instagram, notamment avec la diversité des formats. Il y a par exemple la campagne du Dodo que nous avons initiée le 13 septembre dernier pour Google Arts & Culture pour le lancement de leur plate-forme Natural History qui veut sensibiliser à la disparition des espèces. Pour cette sortie nous avions développé une campagne ayant pour héros un Dodo (première espèce ayant disparue à cause de l'Homme) et pour décor les différents musées partenaires. Nous avons réussi à construire la quasi intégralité de cette histoire sur Instagram ».

Au total, la campagne comptait :

  • 1 film mettant en scène l'éclosion d'un mystérieux oeuf de Dodo au NHM de Londres
  • 1 compte dédié Instagram où l'on peut suivre la fuite du Dodo
  • 8 stories Instagram sur le compte @GoogleArts qui mettent en scène les étapes du voyage du Dodo depuis Londres jusqu'à l'île Maurice, sa terre natale, en passant par les US, l'Australie, le Japon, l'Allemagne, etc. Chaque étape étant l'occasion de présenter les contenus produits grâce aux institutions partenaires.

Et l’intégralité des contenus est accessible en social via le hashtag #PreviouslyOnEarth et relayée sur les différentes entités Google Arts&Culture (InstagramFacebookTwitterGoogle+).

Avec tout cela, vous pouvez commencer à réfléchir sérieusement à votre campagne 2016-2017 sur Instagram.

Crédit photo @aurelycerise

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.