La mère et la fille @areteuhhhlouloutte sur TikTok

« Arrête louloute »  : sur TikTok, une mère provoque la polémique en mettant en scène sa fille

© areteuhhhlouloutte sur TikTok

Le compte Familymylou est tenu par une mère qui met continuellement en scène son adolescente potache. Les vidéos font des millions de likes, mais divisent les utilisateurs de TikTok.

Depuis près de deux ans, la maman influenceuse répondant à plusieurs pseudos comme Juldici love, famillymylou, Julie jalousyy ou enarmony, met en scène sa fille âgée de 11 ans qu’elle interpelle continuellement avec sa réplique, devenue culte, « Arrête ma louloute ». Souvent reprises dans les compilations de vidéos cringes (gênantes) comme celle de french dream, ces vidéos publiées sous le compte TikTok areteuhhhlouloutte génèrent des millions de vues et de likes, mais aussi beaucoup de polémiques. 

@areteuhhhlouloutte

Haull du jour avec ma louloutte

♬ son original - famillymylou

Pour l'amour du cringe

Il faut dire que les vidéos « Arrête louloute » sont particulièrement malaisantes. Le principe de base ressemble beaucoup aux vlogs de parents qui filment continuellement leurs enfants. Louloute reçoit un cadeau par jour pendant son isolement suite à un Covid, Louloute fait les courses au supermarché, louloute demande des Vbucks (la monnaie virtuelle de Fortnite) à sa mère et montre sa console nouvellement acquise. Mais Louloute est une enfant particulière qui a le don de provoquer un sentiment de gène. Elle fait des mimiques, parle avec des accents ou des zozotements, louche, parle de pipi, de prout, de caca et chante des chansons paillardes issues des émissions de Cyril Hanouna. Ces délires d'enfants n'ont absolument rien d'anormaux quand il sont fait dans la sphère privé. Mais quand tout est enregistré sur caméra et diffusé sur les réseaux, ça change évidement la donne.

Alerte rouge sur TikTok

Avec un tel duo, il n’a pas fallu longtemps avant que le TikTok francophone fasse d' « arrête louloute » un véritable phénomène. Les hashtags « #louloute » et « #arretelouloute » comptent respectivement 25,9 et 20,1 millions de vues. Sous ces mots-clés on retrouve deux types de contenu. La plupart sont des parodies des vidéos originales, utilisant l’audio d’origine et refaisant des scènes considérées comme drôles.

Les autresvidéos sont plutôt des avertissements fait par des tiktokeurs qui se considèrent comme des lanceurs d’alerte. Ils décrivent les vidéos d’areteuhhhlouloutte comme une forme de maltraitance et se disent inquiets des effets que peut avoir une telle exposition médiatique sur la vie privée de la petite fille. Beaucoup évoquent le possible harcèlement dont « Louloute » pourrait faire l’objet au collège ou plus tard dans sa vie. Difficile de leur donner tort à première vue, mais les choses semblent plus complexes que ça. 

@laulevy

Franchement je pense qu’il faut boycotter ce compte afin de preserver cette petite fille ☹️ #arretelouloute #parentalité #harcelement #ado #enfantsurtiktok #badbuzz

♬ son original - Laurène ✨

Tout est calculé

Comme nous l’avons vu au début de cet article, la maman de louloute, dont on ne connaît pas le vrai nom, possède une multitude de comptes et de pseudos sur les réseaux sociaux. Sur Instagram, on la retrouve sous le pseudo de Enarmony tandis que sur YouTube, elle est derrière le compte Juldici love. Ces deux comptes proposent des contenus radicalement différents. Sur Instagram, les filtres sont de mises et surtout les légendes des photos sont écrites dans un français parfait qui détonne avec les fautes grossières que l’on retrouve sur TikTok. Les seules images qui concernent louloute sont des captures TikTok mettant en exergue les bons résultats des vidéos. Mais c’est surtout sur YouTube que l’on découvre une autre facette de ses personnages. Dans une vidéo intitulée « Twitter, tik tok vos avis les kassos ont s'en balance », la maman et la Louloute expliquent à quel point elles jouent un rôle sur TikTok. La petite fille retrouve une élocution tout à fait normale et des réflexions assez poussée, loin du personnage fantasque qu’elle met en scène sur TikTok. Elle évoque aussi la phrase culte « arrête ma louloute » qui, d’après elle, est une réplique parfaitement réfléchie pour susciter le buzz, au même titre que le fameux « nan, mais allo quoi » de Nabila.

Dans une autre vidéo, la maman évoque aussi avec sa fille la manière dont ils reçoivent les avis positifs ou négatifs. Là encore, le discours est construit, professionnel et semble assez sain par rapport aux réactions d’amour, mais aussi souvent de haine que le duo peut provoquer sur TikTok. 

Il n’est alors plus possible de douter : « arrête louloute » n’est pas un compte tenu par une famille à problèmes, mais un projet professionnel bien réfléchi où les deux protagonistes jouent le rôle de cassos du Web pour mieux attirer les clics. 

Une stratégie qui pose question

Faire du clic en jouant un personnage clivant et insupportable n’est pas une chose nouvelle. Il y a quelques années L’ADN avait retracé le parcours de Dimitar, un ado québécois qui avait buzzé en jouant un personnage caricatural et facile à moquer.  C’est exactement la même formule qui est utilisée sur TikTok à la différence que le public visé n’est pas le même. Ici, il s’agit moins d’imiter un freak qu’une caricature de famille à problèmes dont est coutume le public de la plateforme. C’est un tour de passe-passe, très bien fait qui posent toutefois des questions d’éthique. Même en jouant un personnage très différent d’elle-même, la fillette reste exposée sur les réseaux ; d'autant qu'elle n'a pas encore l'âge légal d'être sur la plateforme. Le compte areteuhhhlouloutte compte plus de 120 vidéos la mettant en scène et, vu le succès et le buzz que cela génère, cela ne risque pas de s’arrêter. En grandissant, louloute arrivera-t-elle à maintenir cette frontière entre sa vraie vie et ce qu’on dit d’elle sur les Internets ? La question reste ouverte.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.