premium 1
premium 1
Donald Trump

L'effet Trump sur les marques

Le 13 déc. 2016

La notoriété sur les réseaux sociaux de New Balance, Pepsi et Kellogg's a été impactée par l’élection de Trump. Démonstration par TayKey.

 

Taykey analyse les activités des internautes sur les principaux réseaux sociaux comme Facebook, Twitter, Youtube ou encore LinkedIn afin de déterminer les tendances du moment. Récemment, comme nous le révèle Adweek, la startup s’est penchée sur l’influence que les controverses autour de Donald Trump et son élection ont eues sur certaines marques phares.

Tout le monde se souvient de ces images  et video postées sur Twitter par de jeunes américains : on les voyait brûler leurs New Balance ou les jeter dans des bennes à ordures. Un acte fort qui faisait suite à une interview donnée Wall Street Journal par Matt LeBretton, le vice-président de New Balance, au sujet de Trump: des propos mals interprétés par les adeptes de la marque ou notamment par un média extrémiste qui avait érigé la marque « en chaussure officielle de l’homme blanc » (en savoir plus). Depuis, New Balance ne cesse d’affirmer son intégrité et son engagement pour la diversité… mais le bad buzz a pris sur les réseaux sociaux. Selon Taykey, le volume des conversations sociales au sujet de New Balance a augmenté de 100% (leur plus grand événement générant des conversations de l'année) ; le sentiment  positif envers la marque a diminué, lui, de 75%.

Avant d’être nommé Président des États-Unis, Donald Trump a joué dans un nombre incalculable de publicités, notamment pour Pepsi. Indra Nooyi, la patronne de PepsiCo, aurait donc dû se méfier avant de déclarer que les résultats de cette élection, la plongeait, elle, et ses employés dans une forme de deuil. Bien mal lui en a pris, même si elle a reconnu juste après qu’il ne s’agissait que d’une partie des employés de PepsiCo… le mal était fait et les pro-trumpistes ont appelé à un boycott immédiat sur les réseaux. Résultats : le volume de conversation au sujet de Pepsi a augmenté de 50% ; le sentiment positif envers la marque a chuté de 72 à 4,5%.

Autre marque touchée par les controverses autour de Trump : Kellog’s. L’annonceur qui avait annoncé se retirer du media extrémiste Breitbart s’est vu, en retour, attaqué par ce dernier. Kris Charles, un des porte-parole de la marque confiait à Bloomberg qu’il travaillait « régulièrement avec les acheteurs d’espace publicitaire afin de s’assurer que les médias sur lesquels la marque est présente respectent bien les valeurs de celle-ci ». En réponse, le média a décidé de lancer une campagne de boycott contre Kellogg’s autour du hashtag #dumpkellogs en expliquant : «Kellogg’s a annoncé mardi sa décision de retirer ses investissements publicitaires de breitbart.com car ses 45 millions de lecteurs mensuels ne « partagent pas les valeurs de la marque » » (en savoir plus). Résultats : le volume de conversation au sujet de Kellog’s a augmenté de 99% ; le sentiment positif envers la marque a chuté de 75%.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.