habillage
premium1
congresamericain

Les Américains veulent acheter les data de leurs élus

Le 31 mars 2017

Le Congrès américain a pris la décision de revenir en arrière sur les lois qui garantissent la neutralité du net. Mécontents, des activistes prennent leur revanche en levant des fonds pour acheter les données personnelles... des parlementaires.

Plusieurs activistes américains ne voient pas d’un très bon œil la décision de la Chambre des représentants et du Sénat américains de revenir en arrière sur les lois qui garantissent la neutralité du web. En effet, les fournisseurs d’accès à Internet peuvent désormais vendre les données personnelles des internautes américains, comme un historique de recherche, sans leur accord. Les décisions prises par l’administration Obama pour garantir la sûreté des données utilisateurs, mondialement saluées, n’entreront donc jamais en application. La neutralité du net désormais morte et enterrée, deux Américains ont voulu rendre la pareille aux élus. Deux GoFundMe (plateforme de crowfunding) ont ainsi été mis en place pour aider leurs créateurs à acheter les historiques de navigation des membres du Congrès américain.

congres2

Le premier crowdfunding, le plus populaire, est organisé par Adam McElhaney, un ingénieur du Tennessee. Il scande sur son site web « Aidez-moi à récolter des fonds pour acheter les historiques de navigation de ceux qui ont bafoué votre droit à la vie privée ». Avec un objectif initial de 10 000 dollars, l’Américain est parvenu à récolter plus de 150 000 dollars. Le scientifique place la barre toujours plus haut et annonce un nouvel objectif d’1 million de dollars sur son site internet. McElhaney prévoit d’acheter les données de « tous les législateurs, membres du congrès, membres de l’exécutif et leurs familles » et « les rendre facilement accessibles sur le web ».

congres

Misha Collins est l’auteur d’un second GoFundMe qui a récolté plus de 60 000 dollars sur un objectif de 500 millions de dollars. Il veut lui aussi acheter les données de toutes les personnes qui ont voté en faveur de la nouvelle loi. Mais contrairement à McElhaney, l’activiste précise à ses contributeurs qu’il ne cherche pas vraiment à dévoiler des informations confidentielles susceptibles de mettre des politiques en danger. S’il ne parvient pas à rassembler suffisamment d’argent pour atteindre l’objectif de collecte de fonds, chose impossible au vu de la somme demandée, Collins transfèrera l’argent récolté à l’ACLU, l’Union américaine pour les libertés civiles.

On ne sait pas si McElhaney, vraisemblablement le seul activiste prêt à aller jusqu’au bout de sa démarche, sera en mesure d’acheter les données personnelles des législateurs. L’usage de l’argent récolté n’est pas non plus très clair, surtout s’il ne parvient pas à ses fins. Sur GoFundMe, l’ingénieur rassure : « Je n’ai pas toutes les réponses aux nombreuses questions que l’on me pose pour le moment (…) Mais je travaille avec beaucoup de personnes qui m’assistent dans le développement d’un plan élaboré. Même si vous êtes sceptiques, j’espère que vous resterez à mes côtés et verrez ce que nous sommes en passe de faire ».

En France, la loi pour une République numérique consacre le principe de « Neutralité de l’Internet » dans son volet télécom. Pour autant, cette loi n’empêche pas les géants du net comme Facebook de vous soutirer des informations personnelles, en toute légalité. Dans sa dernière saison, South Park imaginait une société où les historiques internet seraient disponibles sur simple demande... On vous laisse juger du chaos qui en résulte...

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.