habillage
premium1
premium1
Une jeune femme en veste en jean posant devant un fond rose et utilisant son téléphone portable
© EnDyk via Getty Images

Nano et micro : comment mixer les nouvelles stars de l'influence pour une campagne réussie ?

Sampleo
Le 1 oct. 2019

Nano ou micro ? Bonne nouvelle ! Il ne faut plus choisir entre les deux. Le secret d’une opération d’influence marketing réussie réside dans un bon mix dans le choix de ses catégories d’influenceurs. Pour bien s’y prendre, rendez-vous le 8 octobre 2019 lors du petit-déjeuner conférence organisé par L’ADN avec Sampleo. 

Alors que le marché de l’influence ne cesse de croître et que les collaborations entre marques et influenceurs ont doublé en une année, les marques réfléchissent de plus en plus au bon mix pour leur campagne. Vous avez dit mix ? Oui, car après les macro-influenceurs et leur impressionnante flopée de followers, les nano et micro sont les nouvelles stars de l’influence. Plus petits que les mastodontes de l’influence, ils n’en sont pas moins suivis attentivement par leur communauté. 

Retour vers l’authenticité

Après l’heure de la crise de confiance dans les marques et dans les médias, le temps est à la recherche de valeurs sûres. Pointée du doigt par Jean-Laurent Cassely dans son ouvrage No Fake publié aux éditions Arkhê, nous vivons une période de quête d’authenticité, de racines, comme une « connexion à la vie authentique qui existe en chacun de nous ». Pour preuve, une partie des CSP+ ultra diplômés laisse tomber leurs jobs de cadres pour des métiers manuels. Ils deviennent néo artisans en boucherie, fromagerie ou magasin de vélo.  

Cette Révolte des premiers de la classe (du nom du premier ouvrage de l’auteur) trouve son pendant sur les réseaux sociaux où l’on aspire aussi à rencontrer des personnes authentiques.

Nano, micro de quoi parle-t-on ? 

Dans ce contexte de quête de sens et de recherche d’authenticité, les nano et micro-influenceurs ont leur carte à jouer. Alors que l’on pourrait penser qu’ils sont petits par leur communauté, une grande capacité de recommandation et d’achat sommeille en eux. Selon une étude IDC, ils sont considérés 92% plus crédibles et auront 24 fois plus de chances de générer des partages. 

Côté nanos, ils ont au compteur jusqu’à 1 000 followers, à qui ils parlent en toute transparence. Quant aux micro-influenceurs, ils comptent jusqu’à 100 000 followers et font légende pour crédibiliser une marque ou un produit. Niches sur leur segment, ils sont suivis pour leur expertise. Jugés sincères, leurs posts ont aussi plus de chance de générer de l’engagement.

Comment opérer le bon mix ? 

Macro versus nano et micro, faut-il que les influenceurs se livrent une bataille sans merci ? Non, et heureusement ! Piliers complémentaires dans une stratégie d'influence, ils servent des objectifs différents. Alors que l’on fera volontiers appel à des macros pour incarner un produit, les micro-influenceurs ont une place de choix sur l’amélioration de la notoriété d’un produit ou d’une marque. Quant aux nanos, ils sont les champions de la recommandation. Grâce à leur bouche à oreille 2.0, ils vont générer des ventes ou des UGC. 

Comment bien les repérer et opérer un bon mix pour sa marque ? Rendez-vous le 8 octobre 2019 en compagnie d'Adrien Fauth, Social Media Manager France Benelux de Kellogg's, Pauline Bony, fondatrice de Saeve et Raphaël Demnard, directeur général et co-fondateur de Sampleo >>> cliquez ici pour accéder à l'événement

À LIRE AUSSI : 

Comment mesurer le marketing d'influence ?

Ces influenceurs qui font de la propagande

À partir de combien de followers êtes-vous une star du web ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.