premium 1
premium1
une jeune influenceur au garde à vous dans la jungle avec d'autres jeunes.
© Tibo InShape via YouTube

Ces influenceurs qui font de la propagande

Le 11 sept. 2019

Promouvoir un pays qui bafoue les Droits de l’Homme, faire de la publicité pour l’armée ou chanter des hymnes patriotiques chinois : pour certains influenceurs, travailler avec une marque ou faire de la propagande, c'est la même chose.

 Arabie Saoudite : comment Instagram fait oublier la guerre au Yémen

Pendant les vacances de printemps 2019, les internautes ont vu passer sur leur fil de magnifiques photos d’Aggie, une influenceuse aux 875 000 abonnés. Sur ces dernières, on la voit adossée à un 4x4 en plein désert d’Arabie Saoudite, non loin du château de pierre de Madâin Sâlih.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 

There was a language in the world that everyone understood. It was the language of enthusiasm, of things accomplished with love and purpose, and as part of a search for something believed in and desired 💫 #TheAlchemist ::::: It’s been forever since I was in the flow of creativity so deep, this entire week has felt like a one long moment of ‘now’. I owe it to the talent (& humor) of @moliverallen who together with @seapea.vibes and myself created some incredible moments (& photos) together like this one here. Moment I will remember forever! Thanks boys for your drive & wiping my tears sometimes haha ::::: Photo idea: me 😌 Photo by: @seapea.vibes Photo edit: @moliverallen using his presets 💪🏻 #dreamteam :::: Please note that the sites of Madain Saleh are currently closed to the public whilst the Royal Commission develops the area to allow for future tourism. I received an official invitation allowing me to film and document these sites to share it with you. #DiscoverAlUla #LivingMuseum #AlUla @gatewayksa #saudi #saudiarabia #stars #nightphotography

Une publication partagée par TRAVEL IN HER SHOES (@aggie) le

Pourtant, cette monarchie islamique fermée ne délivre pas encore de visa de tourisme. On se demande donc quel est l’enjeu derrière ces belles images. D’après le journal Bloomberg, il s’avère que l’ensemble des dépenses de cette blogueuse voyage (et d’une dizaine d’autres influenceurs) a été pris en charge par le Prince Turki Al-Faisal. Il s’agit d’un ancien responsable des services de renseignement et ambassadeur du pays aux États-Unis en 2001. Son objectif ? Faire oublier les désastreuses conséquences de la guerre au Yémen ainsi que l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi qui s’est déroulé à l’ambassade d’Istanbul en octobre 2018.

Vanter les mérites de la Chine, ça rapporte gros

Faire la propagande d’un pays est-il un bon plan pour accumuler les likes sur les réseaux ? Il semblerait bien que oui. Bart Baker est un ancien youtubeur américain spécialisé dans les parodies de tubes pop. Il a quitté la plateforme après un changement d’algorithme qui lui a fait perdre en visibilité. En pleine dépression, il a eu la chance d’être repéré par une agence de talents chinoise. À présent, le jeune homme officie sur Douyin, l’équivalent de TikTok en mandarin. En quelques vidéos réalisées avec un portable, il s’est assuré une base de plusieurs millions de fans. Son secret ? Traduire de manière approximative des tubes patriotiques nationaux et les chanter en anglais en y mettant tout son cœur. Le fait de voir un Occidental vanter avec ferveur les mérites de l’Empire du Milieu est définitivement une formule gagnante.

Tibo InShape, le youtubeur préféré de l’armée, de la police et des matons

Les influenceurs peuvent aussi servir les intérêts d’un gouvernement ou d’un ministère en pratiquant de la propagande interne. C’est notamment le cas de notre Tibo inShape national ! Le youtubeur est plutôt connu pour ses vidéos fitness et ses reportages bizarres (comme la fois où il est allé disséquer un cadavre). Il a récemment créé la polémique quand il s’est filmé en train d’intégrer le nouveau Service National Universel. Derrière cette aventure atypique dans la jungle guyanaise se trouverait un beau chèque de plusieurs dizaines de milliers d’euros selon Slate. L'information a été démentie par l'intéressé, mais sa vidéo comporte la mention « inclut une communication commerciale », ce qui laisse planer le doute.

Le jeune homme travaille aussi régulièrement avec l’armée française. En 2017, on pouvait le voir en train de fendre les airs à bord d’un Mirage 2000. En 2018, c’était sur un cuirassé de la Marine qu’il s’amusait. Et pour l’été 2019, on a eu le droit à ses aventures à bord d’un sous-marin nucléaire. D’après Arrêt sur images, Tibo mange à tous les râteliers. La police, la gendarmerie et l’Administration pénitentiaire sont particulièrement friandes de ce Monsieur Muscle enthousiaste. Le tout se fait dans une ambiance conviviale et virile qui doit bien provoquer quelques vocations parmi ses 5 millions d’abonnés. Certaines de ces vidéos semblent rémunérées tandis que d'autres ne seraient que des échanges éditoriaux. À l'heure où les influenceurs ne jurent que sur l'authenticité et la transparence, certains d'entre eux ont encore un peu de chemin à faire.

POUR ALLER PLUS LOIN

> L'une des plus jolies chaînes de YouTube serait en réalité un outil de propagande massive

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.