conspi

Les repentis de QAnon tentent de faire revenir les membres du bon côté de la réalité

© Patrick Daxenbichler

Après la fin du mandat de Donald Trump, plusieurs internautes qui se revendiquent de la mouvance QAnon sont revenus à la réalité.

« Je reviens d’une interview avec CNN et c’est fou parce que c’est le média dont j’avais le plus peur quand j’étais dans QAnon [...] mais ils étaient gentils et j’ai beaucoup aimé parler avec eux. Je suis contente, car ils vont faire un bon sujet sur ce que ça fait d’être piégé par les théories conspirationnistes, et j’espère que ça fera bouger les choses pour ceux qui sont concernés. » Ce témoignage, diffusé sur TikTok, est celui d’Ashley Vanderbilt, une mère de famille américaine qui fait actuellement la tournée des médias et produits de nombreuses vidéos sur les réseaux. Comme d’autres, elle fait partie des repentis de la mouvance QAnon.

Le complot qui a divisé l'Amérique

Parti d’un canular partagé sur 4chan, QAnon est devenu en l’espace de trois ans la mouvance conspirationniste la plus influente au monde. Son mode de fonctionnement basé sur des mécaniques de jeux de réalité alternée a séduit des millions de gens aux États-Unis, mais aussi en Europe. Le mouvement a profité de la pandémie de Covid-19 pour convertir des mères ou des pères de famille en détresse psychologique et enfermés dans des bulles de filtre sur Facebook. Face à l'échec de leur prophétie qui voulait que Donald Trump arrête les membres d’une prétendue cabale pédosataniste, beaucoup se sont mis a questionner le mouvement et quelques-uns tentent d’aider des familles à renouer des liens avec les membres qui se sont enfoncés et isolés dans des délires conspirationnistes.

Les repentis prennent la parole

L’un des premiers à avoir entrepris cette démarche est Jitarth Jadeja. Après être sorti de la mouvance QAnon en 2020, ce dernier a ouvert un forum Reddit intitulé r/ReQovery, dans lequel il donne son avis et son expertise d’ancien membre de ce culte. Beaucoup de familles désespérées de voir leurs proches s’enfermer dans une idéologie extrémiste se sont aussi retrouvées sur ce subreddit afin de comprendre la psychologie des personnes conspirationnistes.

D’autres organismes commencent à prendre le relais et tentent même d’utiliser les armes de QAnon pour mieux les retourner contre les membres. C’est le cas de The Thinkin Project, un compte Twitter qui crée des vidéos pleines d’empathie et de douceur enjoignant les internautes à dialoguer avec leurs proches victimes de conspirationnisme pour tenter de les déradicaliser. 

Le bon timing

Si plusieurs voix tentent de ramener des membres de QAnon vers la raison, c’est sans doute parce que la période est la bonne. Les émeutes du 6 janvier au Capitole ont été un évènement suffisamment fort pour instiller le doute dans la tête de nombreux conspirationnistes. Comme l’indique Shannon Martinez, une ancienne néonazie maintenant spécialiste des mouvances d’extrême droite et des sectes, le doute est une première étape vers une remise en question de l’idéologie. « C‘est un moment crucial, car deux choses peuvent arriver, raconte-t-elle sur Medium. Les gens peuvent décider de ne plus s’investir et de sortir de cette mouvance ou bien ils peuvent au contraire s’enfoncer encore plus en se disant qu’ils ont trop investi et qu’ils doivent faire en sorte que ça fonctionne. »

Mission impossible ?

Cette déradicalisation menée par des internautes engagés et des repentis demandra du temps, et ne sera peut-être pas un succès. Après la dissolution des nombreux groupes dédiés à la mouvance sur Facebook, le mouvement s’est dispersé sur des myriades de sites web ainsi que sur le dark social. Sur WhatsApp, Telegram ou Discord, des centaines de groupes plus ou moins privés continuent de discuter des théories de Q. Il est aussi possible que les convertis changent tout simplement de fixation idéologique et passent du soutien de Donald Trump à la lutte anti vaccination par exemple. 

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.