Miniature YouTube d'une vidéo de Nara Kang

Nara Kang, de réfugiée nord-coréenne à star des réseaux

© capture d'écran YouTube Nolsenara TV

Après avoir fui la Corée du Nord, Nara Kang a conquis Internet dans son pays d’accueil, la Corée du Sud. Portrait d’une influenceuse hors du commun.

En apparence, Nara Kang a tous les codes classiques d’une influenceuse sur les réseaux sociaux. Vlogs, foires aux questions… Si la jeune femme s’exprime dans les règles de l’art sur Internet, son discours, lui, est absolument inédit. Aujourd’hui installée en Corée du Sud, Nara Kang fait partie des « defectors » , nom attribué aux Nord-Coréens cherchant à déserter leur terre natale en quête de liberté. Pour s’installer de l’autre côté de la frontière, Nara Kang a bravé vents et marées durant des mois. Elle qui rêvait d’ailleurs, elle s'épanouit en développant sa notoriété numérique sur ses différents réseaux, et dévoile les détails de son parcours avec grande précaution. Zoom avant sur une personnalité du Web hors du commun. 

Libre et connectée : la nouvelle vie de Nara Kang loin de Pyongyang

317 000. C’est le nombre d’abonnés à la chaîne YouTube Nolsenara TV, ouverte par Nara Kang en 2015. L’essentiel de son public, Nara l’a trouvé en Corée du Sud, sa terre d’accueil. Et pour en arriver là, beaucoup de péripéties. À 18 ans, même si sa situation familiale en Corée du Nord lui permet de vivre à peu près convenablement selon elle, la jeune femme a soif de liberté. Alors, elle s’échappe progressivement grâce à un passeur, traverse un fleuve à contre-courant sans savoir nager, et passe près de 7 mois à fuir avant de trouver refuge. Cette histoire, Nara Kang la décrit tout sourire sur Internet, dans l’autre Corée. 

Avec le ton décomplexé d’une youtubeuse beauté, la jeune femme s’exprime face caméra au sujet de son pays natal.  « Quels objets indispensables à avoir sur soi lorsque l’on fuit la Corée du Nord » ,  « Les familles des transfuges sont-elles en danger ?  » « Sommes-nous fiers des mêmes choses en Corée du Sud et du Nord » … Tant de sujets si particuliers, et décrits, pourtant, avec une légèreté déroutante. Pour comprendre le personnage, il faut creuser un peu plus. En quête de liberté, l'influenceuse a trouvé dans les réseaux le soutien d'une communauté qui lui manquait dans la vie réelle. Depuis 2015, Nara Kang multiplie les apparitions télévisées, les sessions de broadcasting. Son statut de réfugiée intéresse de très nombreux sud-coréens. Mais pour elle, pas question de faire dans le dramatique ou de lancer l’alerte. Sa mission est informative, pas politique. 

Lorsqu’elle évoque son pays, c’est toujours par le prisme de sa vie personnelle, de ses expériences, sans jamais dire du mal d’un parti ou d’un individu. Il faut dire qu’à part sa mère, sa famille vit toujours sur place. La crainte d'éventuelles représailles pèse sensiblement sur ses épaules. En fin de compte, les contenus proposés par Nara Kang ne rendent pas compte de la réalité de la vie en Corée du Nord, mais bien plus de sa situation de réfugiée qui s'adapte à sa nouvelle patrie. Un propos moins politique, mais nettement plus vendeur.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.