habillage
Une femme indienne lisant un livre sur son lit
© Prashant Gupta via Unsplash

Trois livres à lire pour les leaders en temps de crise

Le 31 mars 2020

Quelles qualités faut-il pour être un bon leader ? Comment faire face à la détresse psychologique de ses équipes ? Comment les aider à retrouver du sens ? Réponses avec trois ouvrages à lire, y compris en temps de crise.

Qu’est-ce qu’un chef ? Pierre de Villiers

Dans son ouvrage paru aux éditions Fayard, l’ancien chef d’état-major des armées Pierre de Villiers dresse les qualités qui font « l’étoffe d’un bon chef ». Au cœur de son livre : la notion d’autorité qui, en pleine crise sociétale, doit être repensée. Non pas selon de stricts principes militaires, mais comme « le lien fondamental de toute société humaine ». Il n’est pas question ici d’abus de pouvoir, de démagogie, de dureté ou de jouer au chefaillon, mais de réinstaurer un principe essentiel entre la personne qui dirige et ses équipes : celui de la confiance. Et de rappeler que si l’on regarde du côté des racines latines du terme, l’autorité est censée permettre aux autres de s’élever, de « s’augmenter ».

Pour ce faire, chaque action des leaders doit être pensée au service du bien commun. « L’autorité écoute, décide, ordonne, entraîne, oriente, guide, sanctionne si besoin, encourage si nécessaire. » En conclusion : l’autorité ne doit pas être source de pression, mais de confiance et d’espérance. Des ressources plutôt bienvenues en ce moment…

Le Salaire de la peine, Sylvaine Perragin

En 2018, on comptait 30 000 burn-out, 3,2 millions de personnes en danger d’épuisement, 400 suicides liés au travail et plus de 4 000 infarctus imputables au stress professionnel. Des chiffres qui font froid dans le dos et contre lesquels s’indigne Sylvaine Perragin. Dans son ouvrage paru aux éditions Seuil, elle explore la façon dont le monde du travail provoque une détresse psychologique chez de nombreuses personnes – et en profite pour donner, au passage, des solutions.

Entre autres conseils, elle recommande aux leaders de redéfinir la frontière entre subordination et domination. Selon elle, les managers doivent vraiment réfléchir leur relation aux équipes, mais aussi remettre en perspective l’héritage de notre société capitaliste, où résultat et rentabilité sont les seules boussoles. Elle estime que les managers doivent garantir une relation de proximité avec leurs équipes pour permettre une organisation de qualité.

Elle rappelle aussi qu’une loi impose aux entreprises d’évaluer les risques que comporte leur activité, y compris au niveau psychosocial, pour les personnes qui y travaillent. Et plutôt que d’attendre qu’une catastrophe n’arrive, les leaders pourraient profiter du confinement pour se pencher sur la question.

Du labeur à l’ouvrage, Laëtitia Vitaud

Nous vivons peut-être une crise sanitaire, mais le monde du travail, lui, est en crise depuis bien longtemps. Dans son livre publié aux éditions Calmann-Lévy, Laëtitia Vitaud nous aide à la surmonter et à retrouver du sens. Au programme : une analyse historique qui remet les choses en perspective, et permet de prendre de la hauteur sur les nombreux maux qui pèsent sur le travail aujourd’hui.

La solution qu’elle propose est radicale, et demandera un vrai effort à celles et ceux qui veulent changer la donne : rompre le contrat de labeur aliénant dans lequel nous nous enfermons pour en imaginer un nouveau ; le contrat d’ouvrage.

Pour les leaders, cela demande de concevoir un travail plus autonome, moins divisé et mieux maîtrisé. Ce nouveau contrat doit permettre aux travailleurs et travailleuses de progresser, d’évoluer. Pour ce faire, les modèles doivent être plus mobiles, moins divisés, et les chaînes hiérarchiques, au même titre que les contreparties sociales, repensées.

Et si l’on profitait de ce temps particulier pour dessiner ce nouveau système ?

Mélanie Roosen - Le 31 mars 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.