La troisième édition du tournoi d'échecs de Chess.com, Pogchamps3
© Chess.com

Twitch, méta-échecs et des milliers de dollars : comment Chess.com a construit son empire

Le 2 mars 2021

Sur Netflix, sur Twitch et sur les stores d’application, les échecs règnent en maîtres. Une entreprise tire particulièrement son épingle du jeu : Chess.com, qui domine le marché avec 70% des joueurs et joueuses en ligne.

À l’origine du succès de Chess.com, un algorithme qui matche super bien les adversaires, une intelligence artificielle dont la personnalité s’adapte aux internautes, et une détection fine des profils de bots. Ajoutez à cela un partenariat avec Twitch et une collaboration avec Netflix, et vous obtenez le leader du marché – qui comptabilise 427 580 adeptes à travers le monde, d’après Protocol.

Investir dans la communauté avant qu'elle n'explose

Sponsoriser des streamers sur Twitch aura permis à Chess.com de rendre le jeu résolument hype. En janvier 2021, ce sont plus de 18 millions d’heures de tournois d’échecs qui auront été visionnées sur la plateforme – « presqu’autant que sur toute l’année 2019 », note Protocol. Un intérêt tel que la discipline a, un court instant, surpassé les célèbres League of Legends ou Fortnite dans le cœur des spectateurs et spectatrices. Pour ce faire, Chess.com n’aura pas lésiné sur les moyens. En juillet 2017, les équipes « investissent » sur le grand maître des échecs Hikaru Nakamura et le « forcent à streamer » en l’échange d’un contrat. Une star est née. En parallèle, Chess.com continue de sponsoriser d’autres joueurs et joueuses, moins visibles.

Bienvenue dans l’ère des « méta-échecs »

Début 2020, Hikaru Nakamura peut se targuer de rassembler quelques 80 000 fans sur Twitch. Et puis… les premiers confinements arrivent. Et avec eux, ce que Nick Barton, vice-président du business development chez Chess.com, appelle les « méta-échecs ». Sur Twitch, un « meta » est un engouement délirant pour une curiosité. Il peut s’agir d’un jeu d’enfants, de quelque chose de complètement rétro, ou d’une private joke. Ici, des échecs, donc. Rapidement, Hikaru Nakamura n’est plus le seul à surfer sur le créneau, et les investissements précédents de Chess.com (BotezLive, GothamChess, Chessbrah…) commencent à payer.

Faciliter les interactions entre streamers

La stratégie de Chess.com est simple : faire dialoguer tout ce petit monde afin de créer des collaborations entre les streamers pour forcer le sentiment d’une communauté en ligne. « Nous avons réussi à quadriller des personnalités diverses de façon à ce qu’un utilisateur puisse se connecter et regarder un joueur de son niveau, le grand maître Hikaru Nakamura qui possède désormais plus d’un million de followers sur Twitch, ou quiconque entre les deux extrêmes », explique Nick Barton, en précisant que le tout résulte d’une stratégie qui a mis plusieurs années à se construire.

Des tournois avec des milliers de dollars à la clef

Chess.com continue sur sa lancée et organise des tournois, les PogChamps, dont les premiers prix atteignent de coquettes sommes – 50 000$ pour le PogChamps de juin 2020. Hikaru Nakamura fait désormais office de coach puis de commentateur aux côtés d’Alexandra Botez de la chaîne BotezLive. De champion d’échecs à présentateur télé, il n’y a qu’un pas… Résultat : plus d’un million de vues uniques – un record. La troisième édition du tournoi, qui s’est soldée le 28 février 2021 par la victoire de Sardoche, est elle aussi un succès.

De quoi agacer les puristes, qui comparent le tournoi à une téléréalité… tiens, une nouvelle idée de format dérivé pour Chess.com ?  

Mélanie Roosen - Le 2 mars 2021
À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.