habillage
premium
premium
dessin d'un drôle de chameau porte des lunettes
© Teddyandmia via Getty Images

Les licornes sont mortes ! Longue vie aux chameaux ?

Le 19 mai 2020

On savait que la tech avait dévoyé la magie des licornes pour en faire le symbole des startups valant un milliard. Est-ce que la crise du Covid leur préfèrera désormais les chameaux ?

Après les paillettes des licornes...

Connaissez-vous Quizlet ? C'est un site américain destiné à l'enseignement. Sa promesse est à la fois ridiculement énorme – "Maîtrisez n'importe quel sujet..." – tout en restant raisonnable – "un pas à la fois". Mais aujourd'hui, l'énorme a définitivement pris le dessus. Car à la faveur du confinement, les audiences du site ont littéralement explosé, et la valorisation de la boite aussi.

Pendant ces quelques semaines, les internautes se sont rués sur la plateforme, posant plus d'un milliard de questions (le milliard étant ici un chiffre... pas une expression). Basée à San Francisco, l'entreprise a connu une « croissance internationale massive », avec 200 à 400% de nouveaux utilisateurs sur ses principaux marchés internationaux.

Cet effet d'aubaine a su être exploité par Matthew Glotzbach le fringuant et tout nouveau PDG de la structure, ex YouTube, ex Google. En pleine pandémie, Quizlet a donc réussi à lever 30 millions de dollars.

Et ce qui devait arriver arriva : avec ce nouveau financement, la valorisation de Quizlet a passé la barre du milliard de dollars, cinq fois plus que lors de son dernier cycle de financement en 2018. Ainsi, Quizlet a rejoint le club très privé – et fort prisé – des licornes.

 

... vive la résistance des chameaux !

Le fondateur de Quizlet, Andrew Sutherland, sait rester modeste et ne voit là qu'une juste consécration.

Il a créé sa boite en 2005. Il n'était alors qu'un lycéen peinant sur ses cours de français. C'est pour l'aider que son père lui aurait composé quelques mémos, qu'il a directement créés en ligne. Andrew a réussi son examen, ses amis ont adoré l'outil, dans la foulée, l'entreprise fût lancée.

Le coup de la bonne idée bricolée seul au fond d'un garage... on nous en a servi des kilolitres. Mais Andrew Sutherland apporte quelques nuances intéressantes au storytelling siliconé.

Il raconte qu'il a voulu bâtir Quizlet en progressant lentement, sans capital-risque ni argent extérieur. Il aurait attendu 2015, alors qu'il avait atteint les 40 millions d' utilisateurs mensuels, pour faire sa première levée de fonds : 12 millions de dollars.

Pourquoi cette (très relative) lenteur ? Parce que son truc à lui n'est pas d'être une licorne façon Uber, WeWork ou Airbnb qu'on voit s'effondrer à la première pandémie. Son truc à lui serait d'être un bon vieux chameau.

« Ils peuvent survivre dans les environnements les plus difficiles, a expliqué Matthew Glotzback à EdSurge. Ils peuvent vivre de longues périodes sans eau ni nourriture. Et lorsque les chameaux arrivent à un point d'eau, ils peuvent absorber l'eau plus rapidement que n'importe quel autre animal de la planète. Et ils l'économisent pour pouvoir durer. »

 

Mais doit-on vraiment prendre les enfants du SBF 120 pour une ménagerie sauvage ?

Certes, il est savoureux de tacler de vieilles gloires arrogantes, ces licornes qui s'éparpillent façon cafards une fois la crise mondiale venue. Il n'en reste pas moins que les chameaux censés les remplacer ne valent pas plus, pas moins qu'elles.

Eux aussi courent le milliard de 'valo'. Eux aussi cherchent la croissance forte et rapide. Eux aussi visent la scalabilité.

Chameaux et licornes ont ici strictement la même philosophie : le winner est là pour rafler toute la mise.

En cela la crise du Covid-19 est passée comme un songe sur le monde des startupeurs : certains joueurs quittent la table, mais les cartes sont rebattues, et la partie recommence avec les mêmes règles du jeu.

Et la beauté évocatrice de la licorne, comme l'énergie résiliante du chameaux n'ont juste rien à voir avec tout ce cirque-là.

Béatrice Sutter - Le 19 mai 2020
À lire aussi
premium2
premium1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.