1. Accueil
  2. Tech à suivre
  3. Data : big et smart
  4. Quand l’I.A. combat les fake news

Quand l’I.A. combat les fake news

Quand l’I.A. combat les fake news
Introduction
Créé dans le but d’archiver les allocutions TV de Donald Trump, le projet Trump Archive permet aux journalistes de s’assurer de la véracité des déclarations du président américain, au cas où celles-ci disparaîtraient sans laisser de trace. Le fact-checking, enjeu majeur de cette année 2017 ?

Alors que les faits alternatifs pullulent à la Maison Blanche, notamment par le biais de Kellyanne Conway, bras droit médiatique de Donald Trump, chercheurs et journalistes mènent ce qui s’avère être le combat majeur de cette année : la lutte du fact-checking contre la propagation des fake news. Si le phénomène n’est pas nouveau, il a pris de l’ampleur ces dernières semaines avec l’engagement symbolique de Facebook qui annonçait la mise en place de son outil dédié début février, mais aussi du journal Le Monde qui lançait récemment son Décodex, une plateforme open-source et collaborative qui permet d’identifier les sites frauduleux et trompeurs.

Aujourd’hui, c’est au tour d’Internet Archive (une ONG américaine compilant des millions de sites web gratuits) de lancer sa plateforme de fact-checking autour des allocutions télévisées de Donald Trump : Trump Archive. L’objectif : répertorier et conserver tous les passages TV du président (discours, interviews, débats) sur TV News Archive. Aujourd’hui, la plateforme peut déjà se vanter de compiler 520 heures d’enregistrement, les premières séquences datant de 2009. À terme, le projet compte étendre son archivage à tous les membres de la Maison Blanche et du Sénat, sans oublier l’ancien président Barack Obama.
Faciliter le fact-checking et simplifier le travail de ceux qui véhiculent l’information, voilà la principale mission de Trump Archive. Pour ce faire, le site met aussi à disposition une liste collaborative de faits avérés par différents médias tels que Politifact, le Washington Post ou FactCheck.org.

Objectif I.A.

Mais le projet comporte un autre volet qui pourrait bien révolutionner l’avenir du fact-checking. « Nous voulons être en mesure d’extraire de nouvelles métadonnées autour de nos collections vidéo : qui parle, quand et quel type de programme ? » déclare Dan Schultz, technologue chez TV News Archive. Pour transformer des centaines d’heures de vidéo en datas exploitables de façon fluide et instantanée, c’est bien aux progrès de l’intelligence artificielle qu’il faut s’en remettre. Par le biais de technologies telles que la reconnaissance faciale, l’identification vocale ou même l’analyse de sentiments, qui peut être générée via le traitement d’une grande quantité de données textuelles, il sera possible d’explorer facilement la base de données et d’aller chercher une information précise, fraîchement extraite et préalablement traitée. Les équipes d’Internet Archive travaillent actuellement sur le développement de ces outils.

Le futur appartient au machine learning

Les programmes d’intelligence artificielle sont en plein boom depuis déjà plusieurs années. Facebook a depuis longtemps recours à la reconnaissance faciale (les utilisateurs sont en mesure de tagger leurs amis sur les photos qu’ils publient). Plus récemment, c’est le géant Microsoft qui décidait de s’aligner avec la mise à disposition de 25 nouveaux outils fondés sur des technologies d’intelligence artificielle. Parmi ces outils, Content Moderator, une technologie qui permet de filtrer automatiquement le contenu d’un site grâce à l’analyse d’images, de textes ou de vidéos potentiellement non désirées ou offensantes. De même, des chercheurs effectuent déjà des tests d’analyse de sentiments sur des données Twitter. Néanmoins, il reste que les données vidéo sont plus difficiles à analyser que des données écrites. À terme, grâce à la reconnaissance vocale, il sera possible de convertir des vidéos en contenus écrits de façon instantanée. Une avancée qui facilitera le travail des journalistes mais aussi des historiens, des analystes et des documentalistes.

De quoi conserver une trace indélébile de n’importe quelle data et de garantir véracité et objectivité aux internautes, qui tendent à ne plus savoir où donner de la tête en termes de sources et d’informations.

Romain F le 14 février 2017 / Répondre

Cela est tout à fait effrayant.

Ajouter votre commentaire