The GlassRoom vous sensibilise à la data

Un detox bar pour dédramatiser la data

Le 8 nov. 2017

« Que sont les données personnelles à une époque où les données sont tout sauf personnelles ? ». C’est la question posée par The Glass Room, un pop-up store qui vous aide à prendre de meilleures décisions concernant vos activités en ligne.

À Londres, The Glass Room fait office de salle de réflexion et d’expérimentations concernant l’usage de nos données personnelles. Ici, il n’y a rien à vendre, tout est même plutôt bon  prendre.

 

Dans un espace d’un blanc immaculé et orné de grandes baies vitrées, l’initiative entend nous expliquer la data de façon moins abstraite et plus pratique, nous incitant par la même occasion à nous poser les bonnes questions : qu’est-ce que mes données disent de moi ? Comment sont-elles utilisées pour me définir ? Quel impact ont-elles sur ma vie personnelle et professionnelle ?

The GlassRoom

Pensé par Mozilla et produit par la société Tactical Tech, une société à but non lucratif explorant le rôle politique et social des technologies dans notre quotidien, The Glass Room permet d’obtenir des conseils personnalisés sur la façon dont vous pouvez mieux protéger votre vie privée en ligne, via des ateliers interactifs ou des interlocuteurs dédiés répondant à toutes les questions que vous vous poseriez.

Divisée en quatre sections thématiques, The Glass Room peut également être visité en ligne en webVR. Une vignette explicative apparait à chaque atelier et vous explique le b.a.-ba de la data, comme si vous y étiez : du retargeting jusqu’au fonctionnement de la technologie de reconnaissance de l’iris.

Si vous doutiez de la bonne foi de Mozilla, il importe de rappeler qu’il s’agit de l’organisme à but non lucratif de Firefox et que le navigateur est financé grâce à ses utilisateurs. On aurait du mal à imaginer Google faire de même.

intérieur du detox bar The Glass Room

L’opération, arborant des airs de campagne de sensibilisation, rappelle l'initiative de la société spécialisée en cyber-sécurité, Kaspersky Lab. En septembre dernier, la marque avait ouvert un magasin éphémère dans l’est de Londres et y vendait des goodies de l’artiste de rue Ben Eine en échange de vos propres data. Surpris, les visiteurs étaient invités à se questionner sur leur propension à accepter l’instrumentalisation de leurs données personnelles et sur les limites à y apposer.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.