habillage
premium1
premium1
Comment Apple copie et tue les meilleures applications
© Xavier Wendling via Unsplash

Comment Apple copie (et tue) les meilleures applications

Le 9 sept. 2019

Les applications populaires de l’App Store se font régulièrement copier par Apple qui se sert de sa plateforme d’achat comme d’un outil de benchmark. Certaines applis y ont même laissé leur peau, raconte une enquête du Washington Post.

Faire partie des applications les plus populaires de l’App Store est une victoire dangereuse. C’est le meilleur moyen pour Apple de repérer les fonctionnalités préférées des utilisateurs, de les intégrer à ses propres applications et de concurrencer voire anéantir les applications pillées. Le Washington Post met en lumière cette pratique dans un article publié jeudi 5 septembre 2019.

Le quotidien américain cite l’exemple de Clue, une application permettant aux femmes de mieux gérer leurs cycles menstruels. Ces derniers mois, Clue s’est hissée dans les tops téléchargements de la catégorie « Fitness et Santé ». On vous le donne en mille : Apple a annoncé en juin 2019 que des fonctionnalités de suivi de règles – très similaires à celles proposées par Clue – seraient disponibles dans son application Santé (gratuite alors que Clue est en partie payante).

C'est loin d'être la première fois que le géant fait le coup. L’App Store est pour la marque un formidable outil de benchmark. En plus de repérer les applications populaires, il permet d'identifier celles qui sont utilisées durablement.

La pratique est tellement populaire qu'elle porte un nom : « Getting Sherlocked » (se faire Sherlocker), Sherlock étant l’outil de recherche de Mac créé en 2002 et inspiré d'un service développé par une autre entreprise. 

Copier puis gêner les concurrents : le combo gagnant

Souvent, les applications pillées ne se remettent pas de cette concurrence déséquilibrée et disparaissent. Lorsqu’Apple a intégré la lampe torche à son OS en 2013, toutes les applications qui proposaient cette fonctionnalité comme MyLite de DoApp sont devenues immédiatement obsolètes. Leurs revenus ont chuté drastiquement, explique l'un des anciens dirigeants de DoApp, qui a depuis revendu l'entreprise et s'est retiré du marché des applications mobiles.

Apple ne se contente pas de copier les meilleures applications, le géant leur met aussi des bâtons dans les roues. La version copiée par Apple dispose généralement d’avantages que les autres n’ont pas : un accès exclusif à l’Apple Watch ou à Siri par exemple. C’est le cas de l’application talkie walkie d’Apple qui peut être reliée à l’Apple Watch contrairement à ses concurrentes. Et bien souvent, les applications de la marque à la pomme sont gratuites, contrairement à celles qu’elle copie.

Tout le monde le sait, personne ne bronche

Les développeurs d’applications mobiles acceptent cette situation malgré eux. Ils n’osent souvent pas poursuivre Apple en justice ; les frais qu’il faudrait engager les en dissuadent. Et impossible de se développer sans l’App Store, qui représente 71 % des parts du marché des applications mobiles.

Copier est chose courante dans l’industrie numérique, et dans l’économie de manière générale. Mais la pratique devient problématique lorsqu’elle est mise en place à l’échelle d’une plateforme comme Apple ou Amazon (qui est aussi un spécialiste du genre). Car le déséquilibre avec les concurrents est évident. Via son App Store, le géant est le seul à avoir accès à toutes les données d’utilisation des applications. 

Ces pratiques anti-concurrencielles, longtemps passées sous silence, pourraient commencer à être réprimandées. La Commission européenne et le département de la justice aux États-Unis enquêtent sur le sujet depuis plusieurs mois. 

Affaire à suivre, donc.

POUR ALLER PLUS LOIN : 

> Google a déjà tué 150 applications, et certains internautes ne s'en remettent pas

> Candy Crush, Akinator, Viber... Ces vieilles applis qui rendent encore accro

> Oui, Microsoft et Google n'hésitent pas à écraser les petits nouveaux

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.