ford

Comment comprendre une voiture autonome ?

Le 15 sept. 2017

En déguisant un conducteur en siège auto, Ford a tenté de déterminer le meilleur langage à adopter.

Aux passages piétons, il est courant pour un passant et un conducteur d’échanger des signes – pour savoir qui va passer en premier, notamment. Mais quand personne n’est au volant, la communication devient tout de suite plus compliquée.

Pour éviter de se retrouver dans des situations complexes à l’avenir, Ford a mené une drôle d’expérience afin d’analyser la réaction des piétons et cyclistes face aux signaux de communication d’une voiture autonome… en déguisant un humain en siège-auto, afin de simuler une conduite sans chauffeur.

‘Mystery Van’ Helping Self-Driving Cars Communicate with People | Autonomy | Ford
Se pose ensuite la question du signal : diffuser du texte ou des symboles sont deux options qui ont été rejetées – la première sous-entendant que chacun parle la même langue, la deuxième ayant montré ses limites historiquement.

Finalement, les chercheurs ont opté pour des signaux lumineux afin de créer une communication visuelle entre les piétons et les voitures. Déjà utilisés avec les clignotants ou les freins, ils sont largement reconnus et compris.

 

Au total, ce sont 150 heures de données récoltées sur 1 800 miles – soit près de 3 000 kilomètres – qui ont été récoltées pour analyser les réactions des passants, cyclistes et autres conducteurs. Entre surprise et curiosité, le véhicule trafiqué a sans aucun doute attiré l’attention des curieux. Leurs réactions vont être analysées afin de déterminer s’ils sont réceptifs aux signaux émis.

L’objectif est de parvenir à un standard dans l’industrie. Ford travaille déjà avec plusieurs organisations en ce sens, notamment l’International Organization for Standardization et SAE International. « Pour se préparer aux voitures autonomes, nous allons devoir tous travailler main dans la main », a déclaré John Shutko, Spécialiste Technique.

La marque essaye par ailleurs de trouver des solutions pour que les personnes mal et non-voyantes puissent elles-aussi comprendre les signaux émis par les véhicules autonomes.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.