premium
premium
Le groupe de Kpop BTS
© Min Kyung-bin

BlackLivesMatter : comment les fans de K-pop ont aidé la révolte

Le 11 juin 2020

En deux semaines, les fans de pop Sud-coréenne ont cassé des appli de surveillance policière, rendu des hashtags racistes inutilisables et collecté plus d’un million de dollars pour des associations luttant contre les violences policières.

Il y a très longtemps, c’est-à-dire avant le confinement, les stars avaient pris l’habitude d’appeler leurs fans à se mobiliser pour des causes. Votez ! Sauvez le climat ! Défendez le droit de tous et toutes à se marier ! Aujourd’hui, ce sont les fans qui mènent la danse. Celles et ceux-ci n’attendent plus que leur vedette leur dise quoi faire, elles et ils se mobilisent spontanément et efficacement pour les mouvements qui les touchent. Les fans de K-pop, pour « Korean pop », musique pop coréenne, et surtout du groupe BTS l’ont prouvé ces deux dernières semaines. Loin de l'image lisse que l'on veut leur donner, ils et elles ont réussi à prouver leur capacité d'action et d'engagement.

Leurs armes : des gifs et des vidéos de concerts

Rapidement après la mort de George Floyd, un homme noir étouffé sous le poids d’un policier blanc à Minneapolis, les fans de BTS, un des groupes les plus populaires au monde, ont commencé à s’organiser pour soutenir les manifestations contre les violences policières racistes qui secouent toujours le pays. Tout part d’un tweet. Le 31 mai, le fan du groupe @7soulsmap critique sur Twitter la police de Dallas, qui appelait alors les habitant·es de la ville à poster sur une appli toutes vidéos et photos d'activités illégales commises lors des manifestations. Pour protéger les manifestant·es, les fans de BTS se sont mis spontanément à inonder l’appli de photos, vidéos et gifs de leurs stars préférées mais aussi contre le racisme. Cinq heures plus tard, la police de Dallas annonçait que l’appli ne fonctionnait plus. Pour Buzzfeed, c’est probablement le résultat du nombre de vidéos envoyées et de la rapidité à laquelle elles ont envoyées. Les applis lancées par d’autres villes états-uniennes ont connu le même sort, a rapporté Vanity Fair US

La même technique a été déployée sur Twitter pour neutraliser la coordination des communautés racistes. Dès qu’un hashtag prend de l’ampleur - comme #whitelivesmatter ou #exposeantifa - les fans de BTS et d’autres groupes de K-pop se mettent à l’utiliser en masse, ce qui empêche les suprémacistes blanc·hes de l'utiliser pour s’organiser. Dans le même temps, les fans se sont activé·es pour garder le hashtag #blacklivesmatter visible sur Twitter, recommandant ainsi de ne pas célébrer le septième anniversaire du groupe. Un groupe de fans de BTS nommé One in an Army (Army est le nom de la communauté de fans du groupe) avait mis en ligne une page pour collecter des dons pour différentes associations soutenant le mouvement Black Lives Matter. D’après Vanity Fair, 50 000 dollars avaient été collectés en quatre jours et demi. Aux Etats-Unis, cette mobilisation a surpris. Les fans de K-pop y sont vu·es comme une communauté de jeunes léger·es, et les groupes de K-pop comme des artistes gentillets sans engagement politique.

D’ailleurs, pendant tout ce temps, pas un mot du groupe coréen. Ce n’est que le 4 juin qu’il annonce très sobrement son soutien au mouvement sur Twitter. « Nous nous opposons à la discrimination raciale. Nous condamnons la violence. Vous, moi et nous tous avons le droit d’être respectés. Nous sommes unis. #BlackLivesMatter », disait le tweet en anglais et coréen, liké par plus de deux millions de personnes. Le 6 juin, le site Variety révélait que le groupe et son label avaient donné un million de dollars à l’association Black Lives Matter. « La communauté de fans s’est mobilisée, la communauté de fans a donné, les fans ont protesté. Ensuite, les groupes ont montré leur soutien. La communauté de fans a ouvert la voix », explique Zina, une fan américaine de 29 ans à The Atlantic. 

One in an Army lance alors le hashtag #MatchAMillion, invitant le « fandom », c’est-à-dire la communauté de fans de BTS, à égaliser le don du groupe sur une page créée pour l’occasion. Un peu plus de 24 heures plus tard, One in an Army avait atteint son objectif grâce à plus de 35 000 donateurs et donatrices. Aujourd’hui, près de 1,3 million de dollars a été récolté. D’autres communautés de fans se sont mobilisées, comme celle de Blackpink, un autre groupe de pop coréenne, ou de Harry Styles, mais aucune n’a été aussi efficace que celle de BTS.

La puissance des fans

Plusieurs fans de BTS ont expliqué à The Atlantic ressentir une forme de responsabilité. Savoir mobiliser des fans en ligne fait partie de l’ADN de ces communautés. Ces fandoms ont appris des techniques pour faire exploser le nombre de vues d’une vidéo sur YouTube, propulser une chanson en haut des charts à sa sortie, ou occuper l’espace sur les réseaux sociaux en diffusant massivement des mèmes et des fancams, courtes vidéos mettant en avant un ou une chanteur·se d’un groupe. Leur objectif : prouver que « leur » groupe est supérieur aux autres. Ils peuvent facilement toucher des millions de personnes en une journée,  explique Kaitlyn Tiffany, l’autrice de l’article. L’an dernier, le clip de « Boy With Luv » a été vu 74,6 millions de fois en 24 heures sur YouTube, un record. « De plus en plus de fandoms réalisent qu’ils ont des capacités d’organisation et d’amplification considérables et qu’ils n’ont pas besoin d’attendre les stars qu’ils adorent pour s’engager pour une cause », continue-t-elle.

Le groupe One in an Army a été créé par des fans pour soutenir des causes qui leur tiennent à coeur, comme la reforestation ou la lutte contre les violences faites aux enfants. Sur leur site, on peut lire qu’elles et ils ont financé du lait pour des nourrissons au Venezuela, des cours de danse pour des enfants au Rwanda et de la nourriture pour des réfugié·es LGBTQ+. L’an dernier, le ministre de l’Intérieur du Chili a accusé les fans de K-pop d’avoir attisé la révolte qui a eu lieu dans son pays. 

Ecouter les voix noires

L’engagement des fans de pop coréenne pour le mouvement de Black Lives Matter n’est, en réalité, pas si surprenant. Contrairement à ce que beaucoup imaginent, les fans de K-pop ne sont pas des adolescentes principalement blanches qui crient et pleurent dès qu’elles voient leurs stars. C’est une communauté réunissant des personnes d’âges, de milieux sociaux et de couleurs de peau différentes. En Amérique du Nord, les premier·es fans issu·es de la diaspora asiatique ont vite été rejoint·es par des jeunes racisé·es fatigué·es par la culture américaine mainstream dans laquelle elles et ils ne se sentaient pas représenté·es, comme l’explique Michelle Cho, enseignante-chercheuse à l’université de Toronto, au Canada, au Technology Review.

Aujourd’hui, les fans de K-pop noir·es déplorent que les fans blanc·hes reçoivent tout le crédit de cette campagne pro-Black Lives Matter. C’est particulièrement difficile à accepter pour celles et ceux qui ont dénoncé l’appropriation culturelle et les actions et propos racistes de certaines stars de la pop coréenne et qui se sont fait harcelé·es en conséquence, explique le Technology Review. De quoi nuancer l’emballement médiatique pour ces activistes pop.

Keidra Chaney, une autrice pour le site The Learned Fangirl, met d’ailleurs en doute l’authenticité de cet activisme. « Si l’altruisme est définitivement une motivation pour ces campagnes, c’est aussi une façon de faire de la publicité pour les artistes préféré·es des fans », explique-t-elle au Technology Review. L’autrice note que les efforts de la communauté pour soutenir #blacklivesmatter commence d’ailleurs à s’affaiblir. 

Les communautés de fans, particulièrement de pop coréenne, ne sont pas exemptes de problèmes raciaux, mais leurs mobilisations paient. A l’image du mouvement Black Lives Matter, elles sont composées d’une jeunesse qui veut agir, qui refuse d’attendre que des leaders ou des célébrités leur disent quoi faire. Elles n’ont d’ailleurs plus besoin des stars, elles sont capables de s’organiser rapidement sur les réseaux et d’avoir un impact massif et rapide.

Aline Mayard - Le 11 juin 2020
À lire aussi
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.