Les tendances food 2021

Petit-déj, cuisine hygiéniste et ghost kitchen : les tendances food de 2021

© R.M. Nunes via GettyImages

Chaud devant ! Le rapport Future 100 de Wunderman Thompson vient de sortir et dévoile (entre autres) les tendances fraîches de 2021.

Imprévisible et inédite, l’année 2020 nous a apporté son lot de surprises et nous a forcé à changer de perspectives sur de nombreux sujets. Pour ce qui est de nos assiettes et de nos soirées au resto, l’édition 2021 du rapport Future 100 de Wunderman Thompson nous dévoile les grandes tendances qui feront l’année.

Le come-back du petit-déjeuner

Commençons par le commencement : le petit-déjeuner. Entre celles qui n’avaient pas le temps et ceux qui s’essayaient au jeûne intermittent, le premier repas de la journée était tranquillement en train de sortir de notre quotidien. Mais depuis la généralisation du télétravail, tartines, céréales, et pancakes reviennent en grâce dans nos assiettes. D’après une étude Kantar menée au Royaume-Uni lors du premier confinement, la consommation d’œufs a augmenté de 68% par rapport à l’année précédente. Autre classique du petit-déj’ outre-Manche, le bacon était en hausse de 21%. Et les viennoiseries de 25%.

Il n’y a pas que les classiques occidentaux qui ont la cote. Les spécialistes du breakfast notent des influences multiples du Japon au Mexique en passant par la Malaisie. À Londres, c’est le boom des resto consacrés à ce repas où tout le monde espère se retrouver quand la pandémie sera derrière nous. « De plus en plus, le petit-déjeuner devient un évènement » , affirme Bianca Bridges, autrice de Breakfast London: Where Real Londoners Eat.

Le petit-déj n’est pas le repas le plus important de la journée mais en 2021, il pourrait devenir le plus fun.

Le dîner : une aventure privée

Pendant que le petit-déjeuner devient une fête, le dîner se transforme en aventure privée. Mesures sanitaires obligent, les restaurants doivent proposer des expériences quasi-individuelles pour continuer à tourner. 

À Budapest, le restaurant étoilé Costes a imaginé un repas quatre étape servi dans les cabines de la grande roue de la ville. Vue époustouflante et gestes barrières inclus. À Paris, l’hôtel Les Bains, a converti sa piscine souterraine en salle privée pour des diners extra-exclusifs dans le respect des mesures sanitaires.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par Costes Downtown (@costes_downtown)

Enfin, pour celles et ceux qui trouvent leurs diners fades depuis qu’ils ne peuvent plus déguster des plateaux-repas à 3000 pieds. Les compagnies aériennes, fortement touchées par la crise, se réinventent en traiteurs. Finnair a lancé la gamme Taste of Finnair dans les supermarchés locaux. Singapore Airlines a transformé ses avions en pop-up restaurants. Et ça pourrait bien continuer en 2021.

Les nouvelles règles sanitaires (et de bienséance)

Le Covid-19 a bousculé notre quotidien, surtout à table. Les règles sanitaires ont changé et les règles de bienséances aussi. En pleine pandémie, plus question de piquer quelques frites dans l’assiette de son voisin. Pour les professionnels de la table, il faut s’adapter et réinventer l’expérience « en mode anti-virale » . Le studio autrichien March Gut a par exemple imaginé un plateau de service qui respecte la distanciation physique. En France, le designer Christopher Gernigon a imaginé des cloches en plexi pour protéger chaque convive individuellement

Boites Matter

©Designsake

À la maison aussi, la cuisine se veut hygiéniste. En 2021, on peut s’attendre à voir arriver sur le marché de plus en plus de packaging antimicrobiens qui nous assureront de ne pas ramener les virus du supermarché à la cuisine. À l’image de Designsake Studio qui a déjà commencé la commercialisation de Matter, un revêtement anti-virus qui peut être utilisé sur le papier, le métal, les textiles et le verre.

Ghost kitchen

Le concept des ghost kitchen – ces restaurants sans salle – n’est pas nouveau. Mais alors que le Covid-19 a fermé les établissements, il prend une dimension nouvelle. Début 2021, la livraison et la vente à emporter demeurent les seuls moyens de déguster les spécialités de nos restos préférés. À force de voir des salles vides et des files de livreurs, les restaurateurs commencent à se dire que l’important dans le resto c’est surtout la cuisine. D’après Euromonitor, le marché des ghost kitchen pourrait atteindre 1 000 milliards de dollars en 2030. On n’est pas près de remettre les pieds au bistrot… 

Les 3 ingrédients à suivre

Comme chaque année, le rapport Future 100 nous alerte sur trois ingrédients à surveiller et qui pourrait bien se retrouver dans toutes les assiettes.

Le poivre de Sichuan

2021 sera l’année du poivre de Sichuan. Plus que de simples grains à moudre, cet ingrédient chinois est à la base de certaines soupes qui s’exportent partout dans le monde de l’Asie du Sud Est au resto londoniens.

Des herbes ultra-locales

Quand on dit ultra-locales, on veut vraiment dire ultra-locales. À la faveur des confinements, le jardinage a redevenu plus in que jamais. Et quoi de mieux que des herbes aromatiques qui boostent le système immunitaire pour se lancer. Les néo-zélandais s’y sont déjà mis.

Le koji

Nous en sommes convaincus les champignons vont sauver le monde. Et surtout, révolutionner nos assiettes. Le rapport Future 100 attire notre attention sur le Koji, un ferment japonais obtenu par l’ensemencement d’un substrat par un champignon. Ingrédient courant au Japon, cette matière vivante pourrait se retrouver dans nos assiettes sous la forme d’alternatives végétales à la viande.

Pour découvrir le rapport complet et toutes les autres tendances, c'est par ici.

 

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.