habillage
premium1Advertisement
premium1Advertisement
Une femme avec de la fibre optique sur la tête
© THEPALMER via GettyImages

Et si on s'offrait des deepfakes pour Noël ?

Le 30 oct. 2020

Que se passe-t-il quand on mélange un hologramme avec un peu de deepfakes ? On peut faire revivre les morts !

Depuis quelques années, les deepfakes envahissent nos écrans. Dans la pub, sur les réseaux sociaux ou dans le porno, ces vidéos sont partout. Et elles peuvent faire dire n’importe quoi à n’importe qui – même à Mark Zuckerberg. C’est flippant mais pour certains, elles seraient le nouveau cadeau à la mode.

Kim Kardashian reçoit un hologramme comme cadeau d’anniversaire

Le 21 octobre 2020, Kim Kardashian-West fêtait ses 40 bougies. Au programme : un week-end de festivités sur une île privatisée. La plus célèbre des influenceuses d’Instagram a vu grand. Mais son mari, Kany West, a vu encore plus grand. En cadeau, le rappeur lui a offert un hologramme de son père Robert Kardashian, décédé en 2003.

Kim Kardashian a partagé ce cadeau très spécial avec ses 190 millions d’abonnés sur Instagram. On y voit un Robert Kardashian, plus vrai que nature souhaitant un joyeux anniversaire à sa fille et la félicitant de tout ce qu’elle a accompli. Le défunt avocat réalise même une petite danse sur un souvenir musical familial. Clin d’œil à la légendaire humilité de Kanye West, son beau-père n’oublie pas de dire à Kim qu’elle a épousé « l’homme le plus génial du monde » avant de disparaître en une petite pluie d’étoiles scintillantes. La magie du deepfake a rencontré celle des hologrammes et Kim est aux anges.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Kim Kardashian West (@kimkardashian) le

La vie éternelle à portée de tech

Hyper émouvant ou carrément flippant, chacun a son opinion sur ce cadeau d’anniversaire. Mais cette résurrection via hologramme en dit surtout long sur notre rapport à la mort et la technologie. L’année dernière, le Hollywood Reporter avait annoncé le retour de James Dean, décédé il y 65 ans, sur les écrans grâce aux effets spéciaux. Il y a quelques années, l’entreprise coréenne Elrois lançait une application pour générer l'avatar d’un proche décédé afin de faire des selfies avec lui.

Plus la technologie se perfectionne, plus la « vie » éternelle semble à portée de main. C’était l’idée de la créatrice de Replika, l’une des applis stars du confinement, qui voulait faire revivre un ami décédé via une I.A nourrie de son activité en ligne. Une histoire qui n’est pas s’en rappeler l’épisode « Be Right Back » de la saison 2 de Black Mirror qui illustrait la difficulté à accepter le deuil, surtout quand la technologie s’en mêle.

Aujourd’hui, l’apogée des deepfakes, toujours plus vrais que nature, continue de brouiller la frontière entre vies physique et virtuelle. En faisant parler les morts, c’est aussi la limite entre le présent et le passé qui s’efface. Et qui risque de rendre notre monde encore plus complexe.

Alice Huot - Le 30 oct. 2020
À lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.