Un homme en chemise assis à son bureau

Travail : patrons, salariés ou freelances, ils pratiquent un Internet vintage

© Mart Production

Téléphone fixe, connexion filaire, machine à écrire... Ils sont nombreux à utiliser des outils de travail datant de l'Internet balbutiant. Et à les écouter, vous pourriez bien vous laisser tenter.

Sursollicités, stressés, noyés sous les notifications intempestives, ils se sentent fébriles et incapables de se concentrer. Pour préserver leur santé mentale, ils plébiscitent désormais les outils de travail des années 2000.

Des anciennes technologies pour se réconforter

Pour travailler, ils utilisent donc Internet filaire et 3310 (ou mieux encore, téléphone accroché au mur) plutôt que wifi et iPhone. C'est le cas de Bobbie Carlton, 56 ans. À Lexington, Massachusetts, sa vieille maison est un fouillis de câbles Ethernet, rapporte The Wall Street Journal. Chef d'entreprise dans le numérique, Bobbie avoue que c'est « franchement moche » , mais qu'elle « adore ça. »

Pour le média américain, l'engouement autour de ces outils de travail d'un autre temps est palpable : « Certaines personnes en télétravail retrouvent les joies de la technologie robuste de la vieille école, démêlent les écouteurs filaires, déterrent les cordons de cette boîte au fond du placard et redécouvrent le plaisir d’un téléphone qui sonne et qui est attaché au mur. » Ces tech des années 2000 nous « ramènent à une époque où la vie était moins compliquée. Nous prenions le téléphone si nous voulions parler à quelqu’un, allumions la télévision si nous voulions nous divertir. » Un avis partagé par Maya May, animatrice américaine d’une émission en streaming : « [Ces anciennes technologies sont] l’équivalent d’un plat réconfortant. » Un bon moyen aussi de contrebalancer l'éternelle Zoom fatigue qui nous terrasse encore parfois maintenant que le télétravail s'est démocratisé. Et qui nous pousse à nous déconnecter...

Nouvelle époque, nouvelle machine

Comme le note Le Courrier International, certaines entreprises ont senti le filon. C'est le cas de Freewrite, qui propose une machine du même nom : dépourvue de navigateur Internet, celle-ci permet d'écrire et d'éditer des textes sans être interrompu par des e-mails avec 20 personnes en copie et des envois d'émojis de vos collègues sur Slack. D'autres appareils vintage et rétro ont le vent en poupe. Rappelons que les téléphones à clapet sont hautement plébiscités par la génération Z pour prendre des photos au grain délicieusement suranné...

Et pour ceux qui auraient besoin de plus d'encouragements, il reste toujours le café anti-procrastination... Baptisé Manuscript Writing Cafe, il se trouve au Japon à l'ouest de Tokyo. Réservé aux écrivains, éditeurs et dessinateurs confrontés à des délais, le café n'autorise pas ses clients à quitter les lieux avant d'avoir accompli la tâche annoncée. Et plus on prend de temps pour boucler son article, plus les prix du matcha latte augmentent... Comme quoi, l'avenir du travail est peut-être dans les (très) low tech.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.